Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Ven 23 Sep - 19:17

.
Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)


La visite de Jeanne d’Arc à la basilique de Saint-Denis

Avant de conduire l’attaque sur Paris en septembre 1429, Jeanne d’Arc s’arrêta à la basilique de Saint-Denis où elle put se recueillir sur les reliques du saint ainsi que sur les gisants des ancêtres de Charles VII. Elle y reparut également après.
Elle est alors à la fin de son épopée glorieuse et s’apprête à être abandonnée par les conseillers du roi. Celui-ci, à l’inverse de la pucelle, n’avait guère envie de reprendre immédiatement la capitale à l’ennemi et préférait négocier avec le duc de Bourgogne.
Il laissa toutefois faire la troupe dirigée par le duc d’Alençon et Jeanne. Et pour satisfaire l’opinion, il vient jusqu’à Saint-Denis, le 7 septembre, où il put d’une certaine façon compléter le sacre de Reims, d’où il venait.

L’échec du premier assaut sur la porte Saint-Honoré le conforta dans son plan. Alors qu’Alençon et Jeanne – dont la blessure était superficielle – projetaient de reprendre l’attaque le lendemain, le souverain envoya le duc de Bar et le comte de Clermont (futur duc de Bourbon Charles I°) donner l’ordre de la retraite, et dans la nuit fit détruire le pont de bateaux qu’Alençon avait fait construire pour traverser la Seine.

Charles VII resta à Saint-Denis jusqu’au 13 septembre 1429. Le roi logeait dans l’abbaye. Avant de quitter la ville, il envoya une lettre circulaire aux bonnes villes pour justifier son choix, expliquant qu’il va retirer son armée parce qu’il estime que c’ »eût été pour nos pays de par deçà la destruction totale » et qu’il a conclu une trêve avec le duc de Bourgogne.
En vérité, le roi est las de la popularité de la Pucelle qui devient encombrante. Depuis le début, le très cérébral Charles VII est effarouché par ce tempérament de feu, cette assurance inébranlable, cette conviction d’être l’agent de la Divine Providence. Psychologiquement, tout l’oppose désormais à Jeanne qui le pousse jusque dans ses retranchements à prendre des décisions audacieuses auxquelles il répugne par prudence. L’aura surnaturelle de Jeanne et les victoires successives qu’elle a remportées depuis Orléans le poussent à la ménager. Mais les manières abruptes de la Pucelle qui n’hésite pas à s’imposer dans les conseils paraissent de plus en plus à Charles VII comme des atteintes à son autorité.

Au conseil qui se tient à l’abbaye de Saint-Denis le 12 septembre, le différend éclate au grand jour. Les partisans de la négociation l’emportent. On laisse donc le comte de Clermont, le comte de Vendôme, l’amiral de Culant à Saint-Denis, et on se replia plus au Sud.



L’ex voto de Jeanne à la basilique de Saint-Denis

Durant l’été, à Tours, Charles VII avait payé à Jeanne une armure coûtant cent écus, soit 2500 sols, soit 125 livres tournois de l’époque. La somme n’est certes pas considérable ; ce n’était pas une armure bas de gamme puisque l’on sait par le témoignage du comte de Laval qu’il s’agissait d’un « harnois blanc », c'est-à-dire de pièces d’armure d’un seul tenant, et non d’une brigandine. L’armure valait seulement deux fois plus que l’équipement le moins coûteux, et presque huit fois moins que le plus cher. Si l’on compare avec le prix des chevaux, on constate que Charles VII acheta des bêtes coûtant de 350 à 1100 livres, l’armure de Jeanne ne valant donc que le huitième d’un très bon cheval de guerre. Pour ce prix, il est hors de question que l’armure ait été faite sur mesure, il ne peut s’agir que de pièces fabriquées à l’avance, peut-être adaptée à la taille de Jeanne.

Cette armure fut offerte le 13 septembre 1429 à Saint-Denis en ex voto, après l’échec de l’assaut sur Paris et la blessure de Jeanne. On ne sait où elle fut exactement exposée dans l'église.
La Pucelle suivait en tout cas une coutume des combattants de l’époque, qui consistait à accrocher dans les églises une partie ou l’ensemble de leur armure.
A partir de ce moment, elle porta une autre armure, prise sur un Bourguignon, sans qu’on connaisse la valeur de ce nouvel équipement.

L’armure déposée à Saint-Denis fut décrochée par les Anglais lorsqu’ils reprirent la ville, et on ignore ce qu’elle devint.

Il est probable que les pièces en furent partagées entre les vainqueurs du moment, comme cela se faisait habituellement, sort qui fut sans doute celui de l’armure que portait Jeanne lors de sa capture à Compiègne.
Il n’était pas conforme aux usages du temps qu’une armure déposée comme ex voto ait été détruite, mais ce n’est pas impossible puisque les Anglais qui voulaient faire passer Jeanne pour une sorcière auraient pu croire qu’un mauvais sort y était attaché.
Le souvenir de l'ex voto est pourtant parvenu jusqu'à nous.
Une petite plaque commémorative sur la façade Ouest et une grande au début du collatéral Sud rappellent le passage de Jeanne en la basilique de Saint-Denis.


Statue équestre de Jeanne d'Arc en bronze doré, par Emmanuel Frémiet,
place des Pyramides à Paris, érigée en 1874


sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Ven 23 Sep - 20:56


Cher Alexandre dans l'inventaire de 1710 était conservé dans l'armoire VIII l épée de Jeanne d'arc ainsi que un portrait de celle-ci en 1752 on dit : "Au dessus de ces Armoire son voit l'épée de Jeanne d’Arcq, Pucelle d’Orleans, et son portrait. lors de la dispersion du trésor en 1793 on ne sait ce qu'il advint de l'épée fut elle détruite ou fut elle volée nul ne sait ce qu'il en advint .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Sam 24 Sep - 9:24

C'est une information importante ! Car on sait que Jeanne d'Arc avait précisément brisé son épée (celle de Sainte-Catherine de Fierbois) à Saint-Denis.
Pourriez-vous nous préciser ici le contenu exact des extraits tirés des inventaires de 1710, puis de 1752 ?
C'est que le moindre détail a en effet son importance.

1°) Le portrait :
S'agissant du tableau représentant la Pucelle, est-il mentionné dans les deux inventaires ou seulement dans celui de 1752 ?
Car on ne possède aucun portrait véritable de Jeanne d'Arc fait de son vivant. Le célèbre dessin de Fauquembergue a été réalisé par l'imagination d'un parisien qui n'avait jamais vu Jeanne. L'autre célèbre représentation, celle de Jeanne avec son étendard d'une chronique bourguignonne, date de 1440, soit 9 ans après sa mort.
Bref, aucune représentation réelle de Jeanne n'est parvenue jusqu'à nous. On ne sait rien du visage de l'héroïne.

On sait pourtant qu'elle avait posé, lors du sacre de Charles VII à Reims, pour un artiste écossais. Mais nul ne sait ce qu'est devenue cette peinture ...
Alors le tableau (?) de Saint-Denis était-il une représentation très postérieure ... ou ... ??????

Y at-il des détails dans les inventaires ? Que disent-ils précisément ?

2°) L'épée :
En plus de l'étendard de Jeanne, Charles VII avait voulu lui faire don d'une épée, mais elle refusa, préférant porter une épée qui était conservée dans l'église Sainte-Catherine de Fierbois. Elle fut longtemps interrogée sur cette arme lors de son procès à Rouen. Toutes sortes de légendes circulent sur cette épée, notamment une voulant que ce soit l'épée de Charles Martel.
Trois chroniques, celle de Jean Chartier, le Journal du siège et la Chronique de la Pucelle, mentionnent l'épée et les circonstances de son acquisition par Jeanne d'Arc dans des termes semblables :
- le roi voulait lui donner une épée, elle demanda celle de Fierbois
-on lui demanda si elle l'avait vue, elle répondit que non
Mais nous savons par Jeanne elle-même (interrogatoire du procès) qu'elle était bien restée une journée à Fierbois.

En fait, un forgeron fut envoyé depuis Tours et découvrit l'épée parmi plusieurs ex voto déposés là, apparemment dans un coffre placé devant l'autel. La présence de ces armes dans l'église est expliquée par le Livre des miracles de Sainte-Catherine de Fierbois, composé vers 1470 et rassemblant des récits notés par le conseil de fabrique de l'église lors de la déposition de certains ex voto.
On y apprend que la chapelle fut entièrement reconstruite en 1375 sur un terrain laissé à l'abandon et couvert de ronces. Au début, les récits ne parlent que de guérisons miraculeuses ou le sauvetage de voyageurs échappant à la noyade lors d'un accident. Toutefois, à partir de 1380 sont mentionnées des rafles de paysans et de voyageurs par des cavaliers anglais venant de Bordeaux pour en tirer des rançons. A partir de 1387 ont lieu des expéditions militaires vers Limoges pour les repousser. Les effets semblent limités puisqu'en 1401 les paysans ne sont plus seulement enlevés mais pendus en masse par les Anglais dans le Périgord. Après 1415 et le désastre d'Azincourt, des hommes d'armes viennent déposer leur armement en remerciement de la protection de sainte Catherine.
C'est parmi ces armes que fut prise l'épée donnée à Jeanne.
Cette épée fut donc portée par la Pucelle lors des batailles d'Orléans, de Patay, pendant la campagne de la Loire et le sacre de Charles VII à Reims.

Lorsque le roi et Jeanne s'installèrent à Saint-Denis au moment de l'attaque sur Paris, la Pucelle brisa, dit-on, son épée sur le dos d'une prostituée qu'elle voulait chasser. Elle avait déjà ainsi chassé des filles de joie de l'armée à Auxerre et à Château-Thierry, selon Jean Chartier et son page Louis de Coutes. S'il est vrai que Jeanne n'aimait guère les ribaudes et les chassait des camps militaires, il paraît peu vraisemblable que ce soit sur le dos d'une prostituée que l'épée se soit effectivement brisée. Sans doute une chute en fut la cause pendant cette petite poursuite.
Détail intéressant, le duc d'Alençon précise que l'incident intervint après l'échec de la tentative sur la porte Saint-Antoine.
Une Jeanne un peu exaspérée de retour à Saint-Denis aurait donc eu ce geste d'agacement envers un groupe de prostituées rôdant près de ses hommes.
L'aurait-elle regretté après, en faisant offrande de cette épée brisée comme ex voto à l'abbaye, en compagnie de son armure ? Car l'on sait que Charles VII se montra très mécontent du bris de l'épée. Y voyait-il un symbole fâcheux ? Celle-ci avait pris des allures d'arme magique aux yeux des compagnons de Jeanne et sa destruction passa pour un mauvais présage.
Les chroniques ne donnent aucun indice sur ce que sont devenus les morceaux.

Alors ? Si les Anglais se sont emparés de son armure lors de la reprise de Saint-Denis, seraient-ils passés à côté d'une simple épée brisée qui ne les intéressaient guère ? C'est possible et les moines ont pu la conserver puisque c'était un ex voto. Après la réhabilitation de Jeanne en 1456, les débris pouvaient acquérir une valeur plus importante. Avec le temps, on aurait pu la placer dans le trésor.

Cher Saint-Eloi, un détail nous renseignerait-il ? Un bout d'épée dans le trésor ? Des morceaux ? Ou un texte restant vague ? (On pouvait appeler "épée de ..." un ou deux morceaux, étant donnée son importance historique, sans mégoter...)
Qu'en pensez-vous ?

Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Sam 24 Sep - 12:03


Cher ami merci pour ces information supplémentaire mais concernant l'épée et le portrait , les deux inventaire que j'ai mis en ligne ne dise que 5 mots ce sont ceux que j'ai reproduit plus haut maintenant je vais consulter le livre de félibien et celui de monfaucon peut être aurais-je plus de renseignement sachez que d'après la base de donnée galicas tout les inventaire du trésor depuis 1534 à 1790 vont être numérisé d’où je surveille et dés qu'il y en a un que je ne possède pas je le mettrai en ligne et regarderai les objets qui si trouve donc pour l'épée je vais faire des recherches mes un peu de patience ...

Quand au portrait je vais voir si félibien l'évoque .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Sam 24 Sep - 13:23


Cher ami voici se que félibien dit au sujet du portrait et de l'épée

concernant l'épée il dis les anglois emportèrent l'armure excepté son épée ave sa ceinture de buffle dont les annelets avec la garnitures et les boules pendants étaient d'or mais ce n'était pas celle tirée de l'église de sainte Catherine de fierbois car il est rapporté quelle la rompit sur le corps des femmes débauchées qui voulaient détourner les soldats au service du roy alors en chemins pour aller a Reims .(texte en vieux français )

Quand au portrait voila ce qu'il en dit on conserve encore à saint denys le portrait de la pucelle d’Orléans : je n'oserais assurer qu'il fut peint de son vivant .Voila ce que félibien dit de l'épée et du portrait donc l'épée de sainte Catherine aurait brisée par Jeanne sur la route de Reims.. voila donc pour l'épée et le portrait les dernière information .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Sam 24 Sep - 14:44

C'est très étrange, car à lire Félibien, il s'agit d'une épée intacte, n'est-ce pas ? Alors d'où peut-elle provenir ?

Ou alors c'était bien l'épée que Jeanne cède le 13 septembre 1429, mais elle en aurait rompu une autre ??? ...


Dommage que Félibien ne soit pas plus explicite sur le portrait ... Mais il dit lui-même qu'il n'oserai affirmer qu'il a été peint de son vivant. Alors ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Jeu 24 Nov - 22:28

Cher Alexandre en lisant les extrait de l'inventaire de 1634 du trésor quelques chose m'a frappé on y découvrait des pièces disparue lors de la ligues en le relisant attentivement l’auteur nous apprend que l'inventaire de 1634 fut copié sur celui de 1534 d’où une certaine confusion .Par contre l’auteur parles de 4 épée conservée au trésor la première l'épée du sacre ,la seconde l'épée de l’évêque turpin mentionnée en suite dans les inventaire de 1710 et 1754 et dont voici la description sommaire :"une autre de l’archevêque Turpin ,garny d'amatistes et de saphir ...40 livres.

L' espées dite de saint Léonard jadis garnye de son fourreaux couvert de velour bleu semé de fleur de lys d'or de Chypre.

Et enfin l'éspée dite de Charles le septiésme ,garny au milieu de son pommeau de deux esmaulx d'or l'un de soleil l'autre de nostre dame .

Ici dans cet inventaire il n'ai nullement fait mention de l'épée de Jeanne mais bien de celle de son roi Charles VII.
S'agit -il alors de l'épée qui sera mentionnée ultérieurement comme étant celle de Jeanne pour justifier sa présence dans le trésor mystère ???

au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Mer 19 Mar - 18:03

Bonsoir , voici se que je viens de trouver sur l'épée de Jeanne dans le livre de dom Doublet :"Histoire de l'abbaye de St Denys en France, contenant les antiquités ..."

Autre espee de très bonne trempe garnie au milieu de son pommeau de deux esmaux d'or l'un de nostre Dame et l'autre d'un Soleil, qui est celle de la très valeureuse Pucelle Jeanne

dans l'inventaire de 1634 la description de l'épée correspond a celle de Charles VII tandis que le religieux don doublet affirme que c'était celle de la pucelle il se peut que se soit l'épée que Charles VII lui offrit et non celle de sainte Catherine .D'ou la confusion quand au propriétaire de cette arme .

Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)   Aujourd'hui à 5:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeanne d'Arc à Saint-Denis (septembre 1429)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Seine-Saint-Denis accuse un sérieux retard éducatif
» Villemomble (Seine-Saint-Denis)« J'ai cru que ça allait taper dans l'immeuble»
» La Seine-Saint-Denis fait appel au partenariat public-privé pour ses collèges
» 9 octobre : Saint Denis et ses compagnons
» Saint Denis, évêque d'Athènes et de Paris (9 octobre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: L'ABBAYE :: la basilique, son histoire et son architecture-
Sauter vers: