Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 Le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV (1715)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Linceul royal
Admin


Messages : 239
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV (1715)   Ven 30 Sep - 18:45

.
Le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV (1715)


Voici le procès verbal de l’autopsie du corps du Roi Soleil, mort le 1° septembre 1715 à 10 h du matin.
Il est à noter que l’on ne possède pas de procès verbal d'embaumement avant celui de Louis XVIII.

« Aujourd’huy, deuxiesme septembre de l’année 1715, nous nous sommes assemblés à 9 heures du matin, dans le château de versailles, pour y faire l’ouverture du corps du roy, où nous avons trouvé ce qui suit :

A l’extérieur, tout le côté gauche nous parut gangrené depuis l’extrémité du pied jusqu’au sommet de la tête. L’épiderme s’enlevoit généralement par tout le corps des deux côtés le côté droit était gangrené, en plusieurs endroits, mais beaucoup moins que le gauche, et le ventre paroissait extrêmement bouffi.

A l’ouverture du bas-ventre, les intestins se sont trouvés altérés avec quelques marques d’inflammation ; principalement ceux qui estoient situés du côté gauche, et les gros intestins, prodigieusement dilatés.

Les reins étoient assés dans leur état naturel. On a trouvé seulement dans le gauche une petite pierre de pareille grosseur à celle qu’il a rendue par les urines plusieurs fois pendant la vie, sans aucun signe seulement de douleur.

Le foie, la rate, l’estomac, la vessie étoient absolument sains et dans leur état naturel, tant au-dedans qu’au dehors.

A l’ouverture de la poitrine, nous avons trouvé les poumons sains, aussi bien que le cœur dont les extrémités des vaisseaux et quelques valvules étaient osseuses ; mais tous les muscles de la gorge étoient gangrenés.

A l’ouverture de la tête, toute la dure-mère s’est trouvée en adhérance au crâne, et la pie-mère avoit deux ou trois taches purulentes le long de la faux au reste du cerveau étoit dans l’état naturel tant au-dedans qu’au dehors.

La cuisse gauche, dans l’intérieur, s’est trouvée gangrenée, aussi bien que les muscles du bas-ventre et cette gangrène montoit jusqu’à la gorge.

Le sang et la lymphe étoient dans une entière dissolution, universellement dans les vaisseaux . »



Image extraite des Mémoires de Saint-Simon, ouvrage rassemblé par Le Goffic et Tellier, Paris 1862.


Il s’agit sans doute d’un cas de gangrène diffuse due au diabète sénile du roi.
Dès le 10 août 1715, Louis XIV avait ressenti une vive douleur à la jambe gauche. Fagon, le médecin personnel du roi, crut à une sciatique et prescrivit du lait d’ânesse ( !)
En vérité, il s’agissait des prémices d’une infection cutanée et des tissus mous. Au moment de l’autopsie, on remarqua les signes de décomposition avancée du royal cadavre : coloration noirâtre des chairs, décollements bulleux cutanés putréfactifs.
Louis XIV présentait de larges zones de nécroses sur le corps dans la dernière phase de son agonie.
D’autres lésions ont été trouvées durant cette autopsie : calculs rénaux et, au niveau du cœur, calcifications des valves aortiques et mitrales et des vaisseaux. Mais ces derniers points ne sont pas rares chez un homme d’un âge aussi avancé.

Les entrailles ont été portées sans cérémonie à Notre-Dame de Paris par deux aumôniers du roi, dans l’un de ses carrosses.
Le cœur, lui, fut remis au supérieur des Jésuites de la rue Saint-Antoine pour rejoindre celui de Louis XIII.
Le 9 septembre 1715, la dépouille mortelle embaumée du Grand Roi fut inhumée en la basilique de Saint-Denis.

L’embaumement fut efficace, car en 1793, les révolutionnaires trouvèrent le corps momifié en bon état.
Certes, la peau était devenue « noire comme de l’encre ». Mais n’est-ce pas une conséquence de la gangrène ?
[ Sur la momie de Louis XIV, lire sur ce forum :
http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t77-la-momie-de-louis-xiv ]

En outre, cet état de bonne conservation laisserait espérer une bonne conservation du corps de Louis XVIII (dont le cercueil n’a jamais été ouvert depuis 1824) qui, souffrant du même mal, a été l’objet d’un embaumement encore plus draconien que celui de son aïeul.

king

On trouve ce procès-verbal dans le livre du docteur Philippe Charlier : Médecin des morts, récits de Paléopathologie, Fayard, 2007.

.


Dernière édition par Linceul royal le Mer 5 Oct - 12:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
Madame Sophie



Messages : 148
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 44
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: Le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV (1715)   Ven 30 Sep - 19:50

Linceul royal a écrit:


L’embaumement fut efficace, car en 1793, les révolutionnaires trouvèrent le corps momifié en bon état.
Certes, la peau était devenue « noire comme de l’encre ». Mais n’est-ce pas une conséquence de la gangrène ?


On a décrit aussi l'aspect du roi au moment de l'ouverture du cercueil comme d'un pruneau What a Face .

Je crois que c'est plutôt les produits d'embaumement qui ont tanné la peau comme du cuir noirci , conséquence que l'on retrouve aussi avec les momies égyptiennes farao

A propos de l'état de santé du roi-soleil , je rajouterai très probablement des problèmes vasculaires ( artérite ) des membres inférieurs , dus à la goutte dont il souffrait ( et conséquence de la grande quantité de viandes de gibiers qu'il ingurgitait ) , et qui peuvent aussi expliquer cette gangrène , aditionné au diabète .
On peut vraiment dire qu'il a pourri vivant affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexanderpalace.org/palace/
Linceul royal
Admin


Messages : 239
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Re: Le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV (1715)   Ven 30 Sep - 19:57

Certainement. Les produits d'embaumement ont dû jouer un rôle. On ne retrouve toutefois pas cela sur les têtes (au moins pas au dessus du cou) et visages d'Henri IV et de Louis XIII, eux aussi remarquablement conservés.

La gangrène avait atteint la tête. Alors peut-être a-t-elle aussi joué. (???)

En tout cas, il fallait un drôle de courage pour mourir dignement en public tout en serrant les dents ... avec un corps qui se décomposait de tous les côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
Madame Sophie



Messages : 148
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 44
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: Le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV (1715)   Ven 30 Sep - 20:08

Linceul royal a écrit:


En tout cas, il fallait un drôle de courage pour mourir dignement en public tout en serrant les dents ... avec un corps qui se décomposait de tous les côtés.

Oui c'est sûr , et il a fallu aussi beaucoup de courage pour procéder à l'autopsie et à l'embaumement , d'autant qu'il ne valait pas traîner à cause de la gangrène qui accelère le processus de putréfaction post-portem .

Je crois que les médecins et embaumeurs devaient porter des masques enduits de baumes odorants .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alexanderpalace.org/palace/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV (1715)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV (1715)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Procès-verbal de perte de denrées
» Procès verbal et faux en écriture
» Les procès-verbaux du Directoire exécutif (An V-an VIII), tome IV
» Procès-verbal d'installation erroné...
» (1977) hans-georg schmid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: LE CORPS DU ROI :: Autopsie, embaumement et exposition du corps-
Sauter vers: