Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 Le mystère du crâne de Saint Louis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Le mystère du crâne de Saint Louis   Mer 12 Oct - 19:05

.
Le mystère du crâne de Saint Louis



Le crâne de Saint a disparu en 1793. Pour toujours ?
Qu’est devenu le crâne de Saint-Louis ? Conservé en 1793 avec le trésor de Saint-Denis, enfermé dans un somptueux reliquaire, le reste du saint roi a été ramené à Paris avec les trésors de Saint-Denis et de la Sainte Chapelle. Ceux-ci ayant alors été démantelés puis envoyés à la fonte, le sort des reliques fut funeste (jetées, perdues, volées). Alors que la mâchoire du roi était pourtant sauvée, le crâne de Saint Louis, lui, disparut. L’opinion prévaut toujours qu’il a été jeté ou détruit.
Qu’en est-il ?


Rappel de l'histoire du crâne de Saint Louis
En août 1297, Louis IX était canonisé et devenait saint Louis.
Le 25 août 1298 – qui était la première fête de saint Louis – lors d’une cérémonie solennelle à Saint-Denis en présence du roi, petit-fils du nouveau saint, Philippe IV le Bel, de nombreux témoins du procès de canonisation – dont Joinville – de prélats, de barons, clercs, chevaliers, bourgeois et gens du peuple, les ossements de saint Louis furent retirés du tombeau royal, « élevés » et placés dans une châsse derrière l’autel.
Mais en 1305, le roi obtint du nouveau pape Clément V le droit de transférer le crâne de saint Louis de Saint-Denis à la Sainte-Chapelle à Paris. On ferait une exception pour le menton, les dents et la mâchoire inférieure qui seraient laissés à Saint-Denis. Dès 1299, Philippe le Bel avait commandé un magnifique reliquaire pour la tête destiné à la Sainte-Chapelle. La translation solennelle de Saint-Denis vers Paris eut lieu le 17 mai 1306.


Dans le trésor de la Sainte Chapelle se trouvait le grand reliquaire de la tête de Saint Louis, donnée par l’abbaye de Saint-Denis en 1306
On en possède une stupéfiante description : « la tête était couronnée et vêtue d’or, pain et en couleur chair (les cheveux gris, la barbe rase – c'est-à-dire non pas rasée mais courte et coupée au couteau – mais paraissant la racine grisâtre ) sans être supportée par les anges comme il a été faict .»


Chef-reliquaire de Saint-Louis, ayant fait partie du trésor de la Sainte-Chapelle de Paris,
Gravure anonyme illustrant l’Histoire de Saint Louis, par Jean de Joinville, éd. 1668 © cliché RMN

En 1791, pour des raisons de sécurité, Louis XVI donna l’ordre de rapatrier le trésor de la Sainte-Chapelle auprès du trésor de Saint-Denis.
Le somptueux reliquaire de la tête gagna donc la basilique. Pour peu de temps !

Car le 14 novembre 1793 les pièces des deux trésors sont ramenées de Saint-Denis et apportées dans la salle de la Convention nationale, aux Tuileries, à Paris. Trois semaines après la fin des profanations des tombeaux royaux, une députation de "Franciade", nouveau nom de St Denis, sous la conduite du citoyen Blanc, avait en effet apporté en pleine convention, devant les députés rassemblées, les objets du trésor de St Denis et du trésor de la Sainte Chapelle. Une commission des Monuments était chargée de faire le tri des objets pouvant être sauvés, le reste étant destiné à être envoyé à la fonte à l’Hôtel de la Monnaie. Un « Comité des inspecteurs de la salle » chargea l’un de ses membres, le citoyen Sergent, de grouper les pièces et de les emmener à la monnaie, puis d’apporter les reliques contenues dans les reliquaires à la « Commission temporaire des Arts » ; celle-ci devait sélectionner les objets intéressants et les faire parvenir au Cabinet des Médailles. C’est d’ailleurs là qu’un conservateur, l’abbé Barthélemy, cacha la plus précieuse des reliques, la Sainte Couronne d’Epines du Christ, dans un tiroir. Restituée à Notre Dame sous l’Empire, elle est donc parvenue jusqu’à nous.

Au total, la plupart des reliques disparurent et les trésors, sauf quelques petits fragments, furent fondus. Le magnifique reliquaire de Saint Louis fut détruit …

Mais qu’est devenu le crâne de Saint-Louis ? A-t-il été jeté dans une décharge ou perdu ? C’est ce que l’on a cru jusqu’à ces dernières années et ce que l’on aurait pu continuer à croire si …


Coup de théâtre
En enquêtant sur un coeur (de Saint Louis ?) redécouvert en 1843 sous le maître autel de la Sainte Chapelle, Philippe Boiry a en effet trouvé il y a quatre ans deux documents surprenants dans les archives de l’archevêché de Paris. [ Philippe Boiry, Le mystère du coeur de Saint Louis, éd. DIE, 2008 ]

C’est en effet dans la section « reliques » des Archives historiques de l’archevêché qu’apparaît d’abord un mémoire en date du 13 mai 1817 intitulé « Mémoire à Monseigneur le grand Aumônier sur l’authenticité à donner au chef de Saint Louis », et signé de Mgr d’Astros, alors vicaire général. Il est donc adressé au grand Aumônier du roi Louis XVIII.

En voici le contenu.
[NB1 : Les passages relatifs au rappel des conditions de reconnaissance des reliques par l’Eglise en ont été retirés ici, pour la clarté du propos. Nous en donnons donc une version très abrégée, comme P. Boiry l’a fait dans son ouvrage.
NB2 : les pièces jointes (n°1, n°2 …) mentionnées dans le rapport, ne sont plus dans les archives de l’archevêché. On ne sait ce qu’elles sont devenues. ]

« Monseigneur,

J’ai entre les mains une relique extrêmement précieuse, le chef de Saint Louis. Il serait bien à désirer qu’elle put être authentiquée (sic) et exposée à la vénération des fidèles.
L’approbation des reliques appartient, il est vrai, au jugement de l’ordinaire et nous pourrions, mes collègues et moi, prendre une détermination sur celle dont il s’agit ; mais le rapport qu’elle a avec la famille royale et l’importance dont elle est sous ce rapport, nous font désirer d’avoir, sur cet objet, l’avis de votre grandeur, et si vous le jugez à propos celui de quelques uns de nosseigneurs les évêques. Je prends en conséquence la liberté de mettre sous vos yeux, Monseigneur, les faits et les réflexions qui peuvent aider à porter un jugement sur ce point.

Voici les faits.

Vers le mois d’octobre de l’année 1815, Mme de Prébois demeurant rue du fg st honoré n°52, vint me dire que le sieur Amelot domicilié dans la même rue n°35, voulait déposer entre mes mains le chef de Saint Louis.

Je me transportai chez le sieur Amelot le 29 du même mois, il me déclara qu’étant attaché au comité des inspecteurs de la salle de la Convention lorsqu’on y apporta les reliques de l’abbaye de Saint-Denis et celles de la Sainte Chapelle, il avait pris secrètement et avait emporté chez lui le chef de Saint Louis son patron ; qu’il ne s’en était ouvert alors qu’à trois ou quatre personnes, au nombre desquelles était dom de Villevieille, ancien bénédictin, qui s’était trouvé chez lui au moment où il apportait la relique, et à qui il en avait donné un morceau.

Je fis observer au sieur Amelot que dans un sujet de cette importance, il ne devait rien avancer qui ne fût très exact, et qui ne pût être attesté avec serment.
Je dressai ensuite l’acte de la déclaration, dont je joins ici la copie (n°1), je la lui lu et lui demandai s’il pouvoit jurer devant dieu la vérité de tous les articles qui y étaient contenus il le fit sans hésiter, et avec un esprit pénétré d’un sentiment religieux.

Je l’engageai de plus à mettre lui-même par écrit la manière dont il avait eu la relique, ce qu’il fit, et on peut lire son récit dans la pièce n°2 qui en est la fidèle copie. Je n’ai voulu y rectifier ni le style ni l’orthographe, pour conserver la naïveté de l’original que j’ai par devers moi.

Après avoir entendu le sieur Amelot, j’allai sur le champ chez dom de Villevieille, bénédictin ; Il me confirma avec serment le rapport du sieur Amelot en ce qui le concernait, et je dressais un procès-verbal de la déposition qu’il signa (voy. A la suite de la pièce n°2)


Translation du chef de Saint Louis de Saint-Denis à la Sainte Chapelle en 1306,
Miniature extraite du Missel pour les grandes fêtes à l’usage de la sainte-chapelle de paris, début du XVI°s (Paris, Bibliothèque nationale de France) ©BNF

(…)

Si nous venons maintenant à l’examen du fait particulier qui nous occupe, nous voyons un vieillard qui à l’âge de plus de 80 ans, remet entre les mains de l’autorité ecclésiastique une relique qu’il a sauvée du milieu des profanations durant le règne de l’impiété, qu’il a gardée durant près de vingt-cinq ans comme étant le chef de son patron Saint Louis.
Il dit comment et pourquoi il s’en est emparé, et ce qui l’a engagé ensuite à s’en désaisir .
L’emploi subalterne qu’il avait dans le lieu des séances du comité des inspecteurs de la salle de la Convention, lui a procuré la facilité d’enlever cette relique précieuse au moment où on l’a apportée dans ce comité et après qu’elle a été dépouillée de son reliquaire. Il l’a enlevée par un sentiment religieux, et il l’a prise de préférence ; parce qu’elle est de son patron.

Après l’avoir gardée si longtemps et dans un grand secret, il la déposa enfin entre les mains de l’ordinaire ; parce qu’étant âgé de 83 ans et devant penser à quitter cette vie, ce sont ses propres termes, il ne veut pas exposer cette sainte relique à la profanation.

Tout est simple et naturel dans ces faits comme dans ces motifs. L’époque où le sieur Amelot a sauvé la relique est certaine et attestée avec serment par dom de Villevieille qui en a eu connaissance à l’époque même.

Remarquez que le sieur Amelot restitue un objet aussi important, aussi important, sans bruit, sans appareil, sans empressement. Il n’écrit pas lui-même, il laisse à une personne étrangère le soin de nous de nous donner avis de ses intentions à ce sujet. Ce n’est pas à Mgr le grand Aumônier qu’il s’adresse, quoique la relique intéresse la famille royale et qu’il eût dû naturellement porter là sa pensée, s’il avait agi par quelque motif d’ambition : il se contente d’en faire parler à un grand vicaire.

Le sieur Amelot est mort l’année suivante, jusqu’à sa mort, je n’ai plus eu de lui aucune nouvelle.
J’ajouterai que tout ce que j’ai vu dans cet homme ne m’a offert que l’idée de la sincérité, et de la même simplicité qu’on retrouve dans son rapport.
On pourra craindre peut-être qu’il ne se soit trompé, et qu’il n’ait pris le chef de quelque autre Saint pour celui de Saint louis. Cette pensée m’est aussi venue dans l’esprit et m’a porté à lui demander comment il avait su que la relique qu’il prenait était bien celle qu’il voulait prendre.

Il me dit alors cette circonstance, qu’on a porté deux têtes de saints en même temps, celle de Saint Denis et celle de Saint Louis, et que comme il voulait avoir celle de Saint Louis parce que ce saint était son patron, il l’avait remarquée pour s’en saisir, et avait laissé l’autre.

Tout ce qu’on pouvait craindre encore, d’après ce récit, c’est que le sieur Amelot n’eut pris le chef de Saint Denis pour celui de Saint Louis. Mais ce n’est plus ici, ce me semble, qu’une crainte vague et sans fondement. Le sieur Amelot, à l’époque dont il s’agit, n’était pas âgé de 83 ans, comme il l’était en 1815, lorsqu’il a restitué la relique ; il avait tout au plus une une 60aine d’années, et puisqu’il jouissait de toute sa tête à 83 ans, il devait à plus forte raison l’avoir toute entière à soixante. Le grand intérêt qu’il mettait à se saisir de la relique de son patron, a dû le précautionner contre une méprise. D’après ces réflexions, ne serait-il pas à regretter que l’on fût privé de la consolation de vénérer une relique aussi précieuse que le chef de st louis, par la seule crainte vague que peut-être le sieur Amelot, malgré l’attention qu’il a dû y mettre, s’est trompé et a pris une relique pour l’autre.

(…)


Mâchoire de Saint-Louis – trésor de Notre Dame de Paris –
Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN

(…)

Le chef de St Louis que j’ai entre les mains est en deux pièces, savoir : l’os antérieur de la face jusqu’à la suture du sommet de la tête, et la partie gauche du sommet de la tête au-delà de la suture, la mâchoire inférieure ne s’y trouve pas.

On voit dans le rapport du sieur Amelot qu’il avait donné un morceau de cette relique, ou, comme il dit, une esquisse, à dom de Villevieille. C’est apparemment la partie droite du sommet de la tête qui manque en effet.

Les deux os que je possède appartiennent bien évidemment au même chef, un médecin à qui je les ai montrés, m’a fait observer que la dentelure respective des deux morceaux se répond et s’emboite parfaitement, et il a trouvé naturel que ces deux pièces se soient séparées l’une de l’autre à l’endroit de la suture, une fois qu’elles ont été hors du reliquaire.


On ne doit pas non plus être étonné de ne pas voir à cette tête la mâchoire inférieure, il est constant que cette partie manquait au chef de Saint Louis, quand il a été transféré en 1296 par l’ordre de Philippe le bel, de l’abbaye de Saint-Denis à la Sainte Chapelle.

De tout ce que nous venons de dire, il résulte que la bonne foi du sieur Amelot ne peut pas être suspecte, et que l’unique motif de douter de la vérité du chef de Saint-Louis, serait la crainte que le sieur Amelot ne se fût trompé et n’eût pris le chef de Saint Denis pour celui de st louis

Mais ce brave homme jouissait de toute sa raison et de tous ses sens ; qu’il pouvait facilement éviter l’erreur, et qu’il avait intérêt de l’éviter, la crainte qu’il ne se soit trompé, n’est-elle pas une appréhension vague, destituée d’un fondement raisonnable, et doit-elle empêcher qu’on fasse rendre à une relique aussi précieuse la vénération qui lui est due et qui sera un grand moyen d’édification pour les fidèles.

Telle est, Monseigneur, la question que nous soumettons à vos lumières.

Je suis avec un profond respect, Monseigneur, de votre grandeur, le très humble et très obéissant serviteur.

D’Astros v.g.
Paris le 13 mai 1817. »



Saint Louis, le roi Christ : ce dessin faisait partie de la collection du célèbre érudit provençal Peiresc, au début du XVII°s.
Elle reproduirait la tête du roi lavant les pieds des pauvres, d’une fresque de la Sainte Chapelle aujourd'hui disparue.
« Le roi, imitateur du Christ, pénitent barbu et après la croisade, qui s’achemine par ses pratiques
dévotionnelles et son aspect physique vers une image de l’Homme de douleurs… » (J. Le Goff)
Carpentras, Bibliothèque inguimbertine, Ms 1779, f 74v°


Assurément, ce mémoire découvert par Philippe Boiry constitue une véritable révélation et ouvre de belles perspectives de recherches.


Mais un autre document de ces mêmes archives appuie cette hypothèse.
Il s’agit d’un procès verbal dressé le 30 juillet 1820, c'est-à-dire cinq ans après les confidences d’Amelot et trois ans après le mémoire d’Astros. Ce monument montre clairement que le crâne de Saint Louis n’a pas été perdu de vue, mieux, qu’il a été soigneusement conservé, non plus par d’Astros mais, sans doute, par l’archevêché de Paris.

Rédigé sur papier à en-tête de l’archevêché de Paris », il dit ceci :
« Ce jour vingt juillet mil huit cent vingt, Nous soussignés avons extrait de la partie gauche du sommet du chef de Saint Louis, remis à son Eminence l’archevêque de Paris par Mgr l’évêque de Bayonne, le neuf de ce mois, ainsi constaté par le procès verbal du même jour, deux morceaux coupés à la scie en angle obtus, lesquels nous avons remis à notre dit seigneur évêque de Bayonne pour le premier et le plus considérable, emporté par lui dans son diocèse, le second pour être donné à madame la princesse Louise de Condé, prieure des religieuses bénédictines de l’Adoration perpétuelle du Très Saint Sacrement au monastère du Temple de Paris, en présence de notre dit seigneur évêque de Bayonne, de MM. Legris, chanoine honoraire de l’église métropolitaine et maître des cérémonies du clergé, Gallard, chanoine honoraire de l’église métropolitaine, chapelain du Roi, à Saint Cloud, secrétaire des affaires ecclésiastiques, et Cahier, orfèvre du roi, paroisse de Notre Dame de Paris, qui ont signé avec nous, ce jour, mois et an que dessus.
D’Astros, évêque de Bayonne
L’abbé Gallard
Legris c. Cahier
M. des cérémonies du clergé
+ Hyacinthe, coadjuteur de paris »


Il apparaît donc que :

1) Mgr d’Astros devenu évêque de Bayonne tenait à avoir pour son diocèse un petit fragment tiré du crâne qu’il avait récupéré.

2) que l’authenticité du chef de saint louis n’était pas mis en doute, compte tenu des signatures du procès-verbal :
l’évêque coadjuteur de l’archevêque de Paris, deux chanoines de Notre Dame, l’un chapelain du roi, l’autre maître des cérémonies du clergé.

3) que l’intervention de l’ »orfèvre du Roi » donne à penser que le précieux reste avait été déposé dans une châsse ou un reliquaire .

4) que ce don d’un morceau de ce crâne à un monastère et spécialement à sa prieure, une Condé, descendante de Saint-Louis, indique qu’elle pouvait être présentée à la vénération des fidèles.

5) que le chef de Saint Louis a dû être confié à la cathédrale Notre Dame de Paris.

Au moins l’une des trois partie du crâne pourrait permettre une expertise ADN comparative avec la mâchoire conservée au trésor de Notre Dame.
Encore conviendrait-il d'enquêter parmi les reliques non exposées à Notre-Dame ou à l'archevêché.
Mais comment une telle relique a-t-elle pu tomber ainsi dans l'oubli ?

Une dernière question : La basilique de Saint-Denis expose un os de Saint-Louis dans la chapelle absidiale de la Vierge. Mais la date et les conditions de l’acquisition en sont inconnues . En 1941, la Société du mémorial de Saint-Denis a commandé un nouveau reliquaire en vermeil (œuvre du joaillier Chaumet) pour l’abriter et le transfert de la relique dans la nouvelle châsse a donné lieu à une cérémonie très solennelle le 8 mai 1956.
... Ce morceau ne serait-il pas le petit fragment du crâne remis à Louise de Bourbon Condé en 1820 ?

What a Face

Voir aussi sur ce forum, sur les ossements et les entrailles de Saint Louis :

http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t73-que-sont-devenus-les-ossements-de-saint-louis

http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t75-les-entrailles-de-saint-louis

Et sur le coeur de Saint Louis [ mais cet article sera bientôt modifié et complété en raison de nouveaux éléments de connaissances sur la question ] :
http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t74-le-coeur-de-saint-louis



.


Dernière édition par Alexandre Lenoir le Sam 15 Oct - 16:15, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1377
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Mer 12 Oct - 20:38


Que voila une belle découverte cher Alexandre il serait intéressant d'avoir le lien pour ce livre pour pouvoir le consulter mais si la relique existe toujours ou se trouve -elle .?

Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Sam 15 Oct - 15:17

Cela, cher Saint Eloi, j'aimerais bien le savoir ! Parfois, le clergé mélange un peu les reliques gardées en réserves. Cela s'est déjà vu ! Voyez le parcours des entrailles de Saint-Louis à Tunis ! Le clergé catholique les avait bien abandonnées puis en avait perdu la trace !

Il faut bien voir aussi que la cathédrale Notre Dame de Paris a connu de nombreux bouleversements au XIX°s : sac de l'archevêché en 1830, travaux de restaurations massives / restitutions de 1844 à 1866 sous la direction de Violet-le-Duc, destruction des quartiers à l'Est, de l'Hôtel-Dieu et de l'archevêché, constructions de nouveaux bâtiments pour le clergé ...

Certaines reliques ont dû être déplacées et déménagées à de multiples reprises durant les travaux. Le secteur du choeur a notamment été très atteint avec l'élimination du décor du XVII°s.
Voyez, par exemple, comme nous sommes ignorants du destin des restes de la reine Isabelle de Hainaut, épouse de Philippe Auguste et grand-mère de Saint Louis ; Violet-le-Duc avait retrouvé son tombeau durant les travaux - et en a laissé échappé le sceau de la reine, aujourd'hui dans un musée londonien ! - mais a-t-il remis ensuite le corps à sa place ? On est incapable de me le dire ! Le XIX°s a joué parfois les voitures-balai sans trop prendre de précautions ...

Le crâne dort-il en quelque endroit des réserves de la cathédrale ou en un autre diocèse ... ? Il faudrait mener une véritable enquête et reprendre toute la piste depuis 1815.


Saint-Louis portant la maquette de la Sainte-Chapelle
miniature extraite des Grandes Chroniques de France, fin du XIII°-début du XIV°s
Paris, © Bibliothèque Sainte-Geneviève

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Ven 4 Nov - 20:00

Pour être très précis, ce crâne n'était pas un crâne entier (même sans la mâchoire inférieure qui, elle, était restée dans le trésor de Saint-Denis). Et on le devine par l'allusion dans le texte aux deux parties du crâne.

Il s'agissait de la calotte crânienne qui avait été placée dans le reliquaire de la Sainte-Chapelle.
Mais la mâchoire supérieure et le nez, elles, n'y figuraient plus.

Que s'était-il passé ? Philippe IV le Bel avait fait diviser en 3 parties la tête de son grand-père :
- la mâchoire inférieure resterait entre les mains des moines de Saint-Denis, dans la châsse du trésor, les ossements reposant, eux, derrière l'autel ;

- la calotte crânienne reposerait dans le somptueux reliquaire-buste du trésor de la Sainte-Chapelle;

- et enfin ... le visage du saint roi ( parties osseuses constituées de la mâchoire supérieure et des pourtours du nez, autrement dit, la partie basse du visage) serait confié à la grande fondation de Philippe IV : la somptueuse priorale Saint Louis de Poissy. Philippe le Bel fit construire à proximité de cette relique, dans l'église, son tombeau de coeur.
Le visage de Saint Louis fut donc extrait du reliquaire de la Sainte-Chapelle et apporté à Poissy en 1306, placé dans un nouveau reliquaire.

Saint-Louis de Poissy fut détruite durant la Révolution ; je ne sais ce qu'est devenue cette relique faciale de Saint Louis ...
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1377
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Ven 4 Nov - 20:19

cher ami auriez vous des vue de saint Louis de poissy qu' est devenus le tombeau de cœur de Philippe le bel ?? en tout cas quelle sujet passionnant que celui de l'histoire du saint roi .

Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Ven 4 Nov - 20:23

Justement si, cher Saint Eloi, je prépare un sujet sur le tombeau de coeur de Philippe le Bel. C'est pour bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1377
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Ven 4 Nov - 20:37


merci cher Alexandre je l'attend avec impatience .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1377
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Lun 25 Avr - 20:22

Bonsoir suite a mes trouvailles sur le trésor de la sainte chapelle , voici la description précise est minutieuse du buste reliquaire du chef de saint Louis .En lisant ces pages on ne peu que avoir des regret que de ne pu pouvoir admirer ce chef d’œuvre d’orfèvrerie. la description prenant six page je la répartirais sur trois post car il me faut du temps pour télécharger . Bonne lecture .











voila pour les deux première page et demi de la description la suite demain

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1377
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Mar 26 Avr - 16:15

Bonjour , voici la suite de la description du buste reliquaire ayant un vieux pc je ne sais pas tout télécharger d'un coup donc il restera encore une dernière partie veuillez m'en excuser et bonne lecture .









Voila donc pour la seconde partie sous peu les dernières pages de cette description seront téléchargée pour le plaisir des amateurs de belle pièces qui malheureusement ont été détruite par des gens fanatisé et haineux


Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1377
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Ven 29 Avr - 21:03

Bonsoir poursuivons aujourd'hui la description des pierres du buste reliquaire de saint Louis .















c'est avec cette dernière page que ce termine la description de ce fabuleux buste reliquaire

Au plaisir

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1377
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Mar 10 Jan - 21:22

Bonsoir le cabinets des médailles conserve un infimes fragment du buste reliquaire de saint Louis il s'agit d'une foliole dont le rubis balais central manque la bnf viens de mettre en ligne cet illustre fragment avec sa notice .

Photos




Notice

Désignation générale :foliole"Foliole provenant du buste reliquaire de saint Louis"

Création / Exécution :Guillaume Julien

France, Ile-de-France, Paris (lieu de création)entre 1299 et 1306

Matières et techniques :or (émail opaque, émail translucide)

Mesures :H. 2.8 cm, L. 3.2 cm

Description :Foliole provenant du chef-reliquaire de saint Louis. Le trou central était prévu pour le rubis balais qui ornait chaque pétale. Celui-ci est décoré d’émaux verts translucides, traversés de tigelles d’or et ponctués de trèfles, coeurs et fleurettes d’émail opaque.

Mode d'acquisition :saisie révolutionnaire

Donateur(s), testateur(s) ou vendeur(s) :Trésor de la Sainte Chapelle

Date de l'acte d'acquisition :1796

Ancienne(s) appartenance(s) :Trésor de la Sainte Chapelle

Numéro d'inventaire :Inv.56.333

Désolé pour la qualité de la photos je vais tacher d'en trouver une meilleur

Au plaisir

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1377
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   Mer 11 Jan - 21:04

Bonsoir comme promis j'ai trouvé une meilleur photos de la folioles la voici tel quelle est exposée au cabinet des médailles et antique de la BNF.




Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mystère du crâne de Saint Louis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mystère du crâne de Saint Louis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Louis-Marie Grignion de Montfort et commentaire du jour "Je suis venu dans le monde pour que celui qui croit..."
» Ordre de Saint-Louis
» 3 séries de Cantiques de Saint Louis-Marie Grignon de Montfort.
» Saint Louis, Roi et Confesseur
» Litanies de Saint Louis de Gonzague

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: LE SORT DES RESTES ROYAUX ET PRINCIERS, DE LA REVOLUTION A NOS JOURS :: Inventaire des restes royaux dispersés ( à / hors de Saint-Denis)-
Sauter vers: