Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Mer 19 Sep - 15:04

.
La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu
pour le tombeau de Jean duc de Berry

Bonjour.
Aujourd'hui, voici l'histoire du tombeau de Jean Ier de Berry, dit Jean le Magnifique, (30 novembre 1340 à Vincennes - 15 juin 1416 à Paris).
Il était le troisième fils du roi de France, Jean II dit le Bon et de Bonne de Luxembourg. Mais il fut aussi un grand protecteur des arts et collectionneur avisé. Il offrira entre autre le bras reliquaire et le buste de saint Benoit au trésor de saint Denis. Et c'est à lui que l'on doit un des plus beau livre d'heure du XIV éme siècle richement décoré. Mais malheureusement ce qui était un des symbole de sa richesse mais aussi l'écrin de son tombeau n'existe plus.
Voici donc chers amis la sainte Chapelles de Bourges et le tombeau du duc Jean ..

histoire de la saint Chapelle

1404 - Le duc de Berry âgé alors de 63an décide d'établir son tombeau dans la sainte Chapelle de son palais de Bourges devant le maitre autel. Il veut ainsi rivaliser avec le tombeau de son frère le duc de Bourgogne Philippe le hardi qui se fait inhumer à la chartreuse de Champmol voir :
http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t59-la-chartreuse-de-champmol-saint-denis-des-ducs-de-bourgogne-xiv-xv-siecles.

Historique de la sainte chapelle

Un religieux de Saint-Denis, chroniqueur du règne de Charles VI, évoque à plusieurs reprises la piété de Jean de Berry. Il n'est donc pas étonnant de trouver mention, en 1392, de l'érection d'une Sainte-Chapelle à Bourges. C'est une bulle du pape Clément VII qui l'autorisa. La volonté du duc était de faire élever à Bourges un édifice semblable à la Sainte-Chapelle de Paris.
La Sainte-Chapelle fut investie le jour de Pâques 1405 par M.Arnaud Belin, trésorier et douze chanoines, treize chapelains et treize vicaires, puis consacrée le lendemain par Aymeric, archevêque de Bourges1. On alluma en cette occasion le grand lustre à cent bougies (trois-cent d'après la description de Thomas Platter), suspendu au centre de l'église.

Le 15 juin 1416, le corps de Jean de Berry est déposé dans la Sainte-Chapelle, puis inhumé dans son tombeau au centre de la nef.

La Pragmatique Sanction de Bourges est une ordonnance qui fut débattue dans le chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges et promulguée le 7 juillet 1438, par le roi de France Charles VII, avec l'accord du clergé réuni en assemblée à Bourges. Le roi s'affirme comme le gardien des droits de l'Église de France.En 1447, le Roi fit don de 200 écus pour faire enchâsser la relique de la Vraie Croix, plus tard, en 1465, le reliquaire du chef de Saint-Jérôme fut vendu à la Sainte-Chapelle.

Le 9 août 1501, Louis II d'Amboise, nommé par Alexandre VI, évêque d'Autun, conserve sa charge de questeur de la Sainte-Chapelle.

Le 21 février 1505, le corps de Jeanne de France, femme déchue du Roi Louis XII, est déposé dans la Sainte-Chapelle durant un jour et une nuit avant d'être inhumé. Pour la dernière fois de l'existence de la Sainte-Chapelle et la seconde fois depuis sa consécration, on alluma le lustre monumental.

Le 29 octobre 1505, Madame de Bourbon-Montpensier décède. Elle fut inhumée sous la même travée que le Duc Jean La Sainte-Chapelle possédait un chœur perpétuel.


déclin et destruction

En 1683, dans son écrit sur les églises de Bourges, le Sieur Catherinot fait état du comportement du trésorier de la Sainte-Chapelle, vivant à la fois dans la puissance, qu'il compare au niveau de celle d'un archevêque, et dans l'autarcie.

Une tension entre les Chapitres de la Sainte Chapelle et de la Cathédrale n'est pas étrangère au destin du monument. En effet, le Cardinal de La Rochefoucault, soutenu par l'Abbé Véri, en souhaitait le démantèlement.

En 1693, la Sainte Chapelle fut incendiée et la toiture étant mal réparée, une partie du pignon s'écroula en 1756. Le Chapitre avait les moyens suffisants pour les réparations mais crût bénéfique et adroit de réclamer un soutien auprès de l'archevêque. Celui-ci saisit alors l'occasion pour faire détruire l'édifice, en faisant grossir le devis de remise en état.voici en résumé l'histoire de cette destruction :"Le cardinal de La Rochefoucauld alors archevêque de Bourges avait pris en aversion l église fondée par le duc Jean La haute dignité du trésorier l' indépendance du chapitre de la Sainte Chapelle exempt de sa juridiction lui avaient toujours fait ombrage Il ne pouvait A oublier qu entrant un jour dans le chœur de cette église pendant l office il avait vu les chanoines cesser leurs chants sur l ordre du trésorier et ne les reprendre qu après son départ L' accident du 18 février fut pour lui une occasion de satisfaire ses rancunes avec l'aide de l'intendant du Berry qui y voyait un moyens de s'emparer des revenus du chapitre et de les réunir a la mense épiscopale pour ce faire ils augmentèrent la facture des réparation la faisant passer de 10000 livre a 200000 livre car il avait compris dedans les dégâts de l'incendie du palais ducal en 1696 suite a cela le roi signa l'avis de démolition le trésor et le tombeau furent transféré a la cathédrale et la sainte chapelle fut rasée et les pierres furent en partie récupéré par l'intendant pour sa propre demeure .

Malgré les protestations des chanoines, qui avaient obtenu le soutien de la Princesse de Conti, la Sainte Chapelle fut rasée en 1775.



description et dimension



Batie sur le modèle de la Sainte Chapelle de Paris, la Sainte Chapelle de Bourges était rattachée perpendiculairement au Palais du Duc Jean de Berry, offrant son chevet hexagonal sur une place adjacente. Entre chaque contreforts, les murs étaient percés par d'imposantes verrières, pour certaines actuellement visibles dans la cathédrale Saint-Etienne de Bourges.

Dimensions

longueur 38 m
largeur 12 m
hauteur 21,50 m
hauteur des verrières 16,50 m

Le trésor



Jean de Berry enrichit sa Sainte Chapelle de très nombreuses œuvres d'art4 parmi lesquelles :

d'anciens et précieux manuscrits disposés en une bibliothèque, qui finit sans être vidée de son contenu, transformée en poulailler puis détruite5 ;
un fragment de la "Vraie Croix" offert par le Roi Charles V ;
une statue d'animal monstrueux, surmontée de bois de daim d'une très grande taille, et figurant une bête fantastique soi-disant tuée par le Duc ;
des ossements gigantesques ;
des objets précieux ;
le gisant du Duc (aujourd'hui en la cathédrale de Bourges) ;
des vitraux (dont certains fragments furent remontés sur cinq baies de l'église basse de la cathédrale)
un grand chandelier de bronze en forme de couronne suspendu au centre de la nef6 ;
des statues, dont cinq sont visibles au Musée du Berry de Bourges

Voici maintenant la description du trésor faite en 1599 .

Bourges, Trésor de la Sainte Chapelle
Témoignage de Thomas Platter, voyageur bâlois, de passage à Bourges en 1599.

Dans la Sainte Chapelle de Bourges, qu’il visite en 1599, Thomas Platter admire des trésors ecclésiastiques qui sont des objets d’art parfaitement exceptionnels, mais note aussi la présence, on le voit à la fin du texte, de diverses curiosités naturelles.

S’y dresse également une Sainte Chapelle : le duc Jean de Berry, frère du roi Charles V, l’a fondée. Elle a été dédiée au Saint Sauveur. Elle ressemble, de par sa forme, à la Sainte-Chapelle de Paris, et l’on y voit la sépulture des ducs de Berry et celle de la reine Jeanne, épouse [répudiée] du roi Louis XII.

Cette chapelle est une ancienne église. On m’y a présenté, ainsi qu’à d’autres Allemands, de très précieux ornements sacrés. Le duc de Joyeuse les a inspectés, dans le temps, lors d’une visite. D’après ce qu’on m’a indiqué, il a déclaré qu’entre Rome et Bourges il n’avait rien vu d’aussi splendide, en fait de trésors ecclésiastiques ! Tout d’abord, je me souviens d’un hanap taillé dans une grosse pierre précieuse verte comme l’émeraude, serti d’or et travaillé avec le plus grand art. On a envoyé cette coupe précieuse à Rome et ailleurs pour la faire estimer. Mais, d’après ce que les gens nous ont dit, il n’a pas été possible de trouver un maître orfèvre qui soit capable de procéder à cette estimation, ni qui puisse déterminer dans quelle substance précieuse avait été sculpté ce pichet. Il était pourvu d’un pied ornemental et il pouvait contenir environ un quart de mesure bâloise ou Baselmass [soit 35.5 cl, n. d. t]. Cette œuvre d’art passait ici, nous disait-on, pour un trésor incroyable.

On nous a montré aussi une grande croix. De tous côtés, elle était garnie de très grosses pierres précieuses et de belles perles, chacune de la taille d’une noisette. Et puis, sur cette croix, des rubis, des turquoises énormes, et encore des émeraudes, des saphirs, etc. Une valeur inimaginable, cette croix !

Nous vîmes aussi la grande couronne d’or du duc de Berry, sculptée en or massif, pur, lourd… Les vêtements de messe, chasubles et ornements d’église enfilés par les prêtres étaient différents presque à chaque jour de fête, avec des images et historiettes brodées sur soie, velours et satin ; ces broderies étant elles-mêmes de soie, d’or et d’argent, très artistement et précieusement exécutées. Et puis, par là-dessus, comme toujours, une avalanche de pierres précieuses parmi lesquelles quantités de perles orientales du plus haut prix. Le tout étant appliqué de telle manière, en forme d’ornementation, que ma plume se refuse à la description ! Il y en avait tellement, une si grande quantité, que nous pensions que ça ne finirait jamais.

Ces objets hautement décoratifs et bien d’autres du même genre étaient conservés dans une crypte, enfermés à clé, cadenassés dans des caisses ; mais tous nous furent montrés, du plus petit au plus magnifique.

Ensuite, nous avons observé un lustre en bronze, pendu à la voûte, au centre de l’église ; ça m’a rappelé celui de la cathédrale de Metz. On pouvait le munir de trois centaines de cierges. Nous avons vu aussi, dans ce sanctuaire, une sculpture sur bois qui représentait un très grand cerf, à l’image d’un animal du même genre qui fut capturé dans le royaume de France, à ce qu’on dit ; c’est le fondateur de la chapelle qui a installé ici la statue de cette bête. Non loin de là étaient suspendus de gigantesques ossements..

Le tombeau .

Histoire et description.


Le tombeau commandé du vivant du duc au sculpteur Jean de Cambrai n'était pas terminé a la mort de ce dernier se sera le roi Charles VII qui en 1449 après avoir payé les héritier du sculpteur( mort en 1438) pour le gisant qui décidera d'achever la sépulture .pour ce faire deux sculpteur seront sollicité :Etienne bobillet et Paul Mousselman ce seront eux qui exécuterons la deuxième série de pleurant .

Le tombeau faisait 2metre 95 de Long le soubassement était orné de pilier entre lesquelles était placé des pleurant le gisant du duc était représentait en tenue d'apparat avec une couronne ducale et il devait tenir un sceptre disparus avant 1756 et dans sa main droit une banderole qui souligne le caractère transitoire de la haute naissance et des richesse au pied du gisant un ours son animal emblématique le gisant reposait sur une dalle de marbre noire sur lequel une inscription indique quelle fut commandée par Charles VII en 1450.
EN 1756 le tombeau et placé dans la cathédrale de Bourges. Mais en 1793 le soubassement et détruit et les pleurants dispersés; seul reste le gisant et la dalles qui sont épargnées après la tourmente. Ils sont déposé dans la crypte sur un simple socle de pierre. Quant aux soubassements plusieurs fragments se trouvent dans les musées ainsi que nombre de pleurants que l''on retrouve au Louvre au Met de New York mais aussi au musée de Berry à Bourges .

Photos du tombeaux et des pleurant

Le gisant et la dalle dans la crypte avec derrière une statue du duc provenant de la sainte chapelle .



détail du gisant




reconstitution en plâtre du tombeau




pleurant conservé au met





un des pleurant conservé au Louvre



Fragment d'un pilier



restitution du tombeau du duc



Vue de la sainte chapelle




restitution de la sainte chapelle



Au plaisir.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Dim 23 Sep - 16:36

Bonjour,outre les 3 photos des pleurants que j'ai mis 24 autres étaient connus mais seulement 22 sont localisé .Voici aujourd'hui quelques un des pleurant ainsi que leur notice si il y a .

Pleurant du musée de Berry à Bourge .



Matériaux/techniques : albâtre
Description: Albâtre blanc
Mesures: Hauteur en cm 38.2 ; Largeur en cm 16.7 ; Profondeur en cm 12

Sujet représenté : figure (pleurant, homme, en pied, manteau, couvre-chef, livre)
Précision sujet représenté: Pleurant debout, vêtu d'un manteau et coiffé d'une capuche, tenant dans sa main droite un livre. Le visage, entièrement visible, a les traits contractés, ce qui lui confère une expression maussade

Anciennes appartenances: Juillien (architecte) Barthélemy


Musée Rodin




Pleurant

Art français du Moyen-Age

Milieu du XVe siècle, Bourges

Albâtre

H. 41 cm ; L. 12,8 cm ; P. 11,4 cm

Co.914

Anciennes collections Mercier, Romagnesi et Emile Molinier. Acquis par Rodin le 3 janvier 1917 chez les antiquaires Bacri à Paris, par l'intermédiaire de l'antiquaire Charles Mori.

Le personnage en costume de deuil, tenant un livre, était placé dans une niche en albâtre creusée dans le soubassement du tombeau de Jean de France, duc de Berry (1340-1416) à la Sainte-Chapelle de Bourges. Il formait, avec vingt-six autres pleurants aux attitudes variées, le cortège funèbre du défunt, représenté en gisant sur le dessus du tombeau.



Au début du XVe siècle, le duc Jean de Berry commanda sa sépulture au sculpteur Jean de Cambrai qui réalisa avant 1438 la figure du gisant et au moins cinq des pleurants. Le pleurant du musée Rodin fut sculpté par une seconde équipe d’artistes dits « flamands », actifs à Bourges vers 1450.
Achetée par Rodin en 1917 à la toute fin de sa vie

Musée du Berry à Bourge




exécutant :Jean de Cambrai
Sujet représenté : figure (pleurant, homme, en pied, manteau, couvre-chef)
Précision sujet représenté :Pleurant voilé, cachant son visage derrière ses mains, drapées dans un pan de son manteau
Anciennes appartenances : Voguë de (collection privée)






exécutant : Jean de Cambrai

Sujet représenté : figure (pleurant, homme, en pied, de trois-quarts, manteau, couvre-chef, barbe, moustache)
Précision sujet représenté : Pleurant debout, de trois-quarts, les mains croisées sur le ventre. Il porte une courte barbe et une petite moustache
Matériaux/techniques: marbre blanc (taillé)
Mesures: Hauteur en cm 37. 4 ; Largeur en cm 11.4 ; Profondeur en cm 10.4

Anciennes appartenances :Voguë de (propriété privée)




Matériaux/techniques : albâtre
Description : Albâtre blanc
Mesures : Hauteur en cm 39.4 ; Longueur en cm 14 ; Profondeur en cm 9.8

Sujet représenté : figure (pleurant, en pied, manteau, robe, calotte, livre)

Précision sujet représenté : Pleurant debout, dont le manteau ouvert laisse voir une robe serrée à la ceinture ; son capuchon est rejeté vers l'arrière de la tête, dégageant son visage et la calotte qui dissimule ses cheveux. Il tient de ses deux mains un livre ouvert

Anciennes appartenances : Juillien (architecte) Barthélemy

voici pour l'instant ceux dont j'ai trouvé trace sur le net j'invite nos membres si ils ont d'autre photos de les posters pour compléter le sujet .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Mar 25 Sep - 10:53


Bonjour voici une seconde série de photos avec leur notice des pleurants conservé au Musée de Berry à Bourges.

musée de Berry




Sujet représenté : figure (pleurant, laïc, en pied, manteau, livre)

La statuette figure un deuillant laïc, debout, avec son pourpoint mi-long, doublé de fourrure, sur lequel est passé un manteau maintenu court devant et long derrière. Le visage du personnage se laisse entrevoir dans l'ouverture étroite du capuchon. Il tient un livre de sa main gauche

matériaux/techniques : albâtre, taillé

Description: Albâtre blanc veiné. Le dos est travaillé sommairement en ronde-bosse
Mesures: Hauteur en cm 38 ; Longueur en cm 14 ; Profondeur en cm 11.7







Sujet représenté :figure (pleurant, homme, en pied, manteau
Pleurant debout, la main gauche portée à son visage dissimulé sous le capuchon

Matériaux/techniques : albâtre

Description : Albâtre crème veiné de brun
Mesures :Hauteur en cm 38.7 ; Largeur en cm 14 ; Profondeur en cm 11

Anciennes appartenances: Juillien (architecte) Barthélemy





Sujet représenté : figure (pleurant, homme, en pied, manteau, livre)
Pleurant, debout, vêtu d'un grand manteau et la tête couverte d'un capuchon, tenant des deux mains un livre ouvert. Il semble distrait de sa lecture par un appel, qui l'amène à tourner vivement la tête, et à arrêter sa déambulation, dont le livre indique la direction
Matériaux/techniques : albâtre(taillé)

Description : Albâtre blanc sculpté
Mesures: Hauteur en cm 39.3 ; Largeur en cm 13 ; Profondeur en cm 10.3

Anciennes appartenances : Juillien (architecte) Barthélemy





Sujet représenté : figure (pleurant, homme, en pied, manteau, livre)
Pleurant, debout, enveloppé dans un manteau aux drapés abondants, tenant de la main droite un livre ouvert .

Matériaux/techniques: albâtre (jaune, taillé)
Description :Albâtre ocre jaune sculpté
Mesures :Hauteur en cm 39.5 ; Largeur en cm 15.8 ; Profondeur en cm 12.2

Anciennes appartenances : Duchapt



Sujet représenté: figure (pleurant, homme, en pied, manteau, couvre-chef, ceinture, livre)
Pleurant debout ayant revêtu le grand manteau et le capuchon du deuil sur un vêtement civil court et ceinturé. Le pouce de la main droite est passé dans la ceinture. Il tient un livre de sa main gauche

Matériaux/techniques: albâtre (taillé)
Description: Albâtre ocre jaune veiné sculpté
Mesures: Hauteur en cm 38.8 ; Largeur en cm 14.5 ; Profondeur en cm 11.4

Anciennes appartenances:Duchapt

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Mar 1 Avr - 21:15

Bonsoir en regardant le site de la salle de vente christies quelle ne fut pas ma stupeur de voir que le 8 novembre 2013 dans leur salle de Paris deux pleurant provenant du tombeau du duc de Berry ont été vendu pour la modique somme de 4.017500 euro .Malheureusement on ne précise pas le nom de l'acheteur .voici le lien:"http://www.christies.com/lotfinder/sculptures-statues-figures/deux-pleurants-en-albatre-sculpte-provenant-du-5735384-details.aspx".

et la photos de ces deux pleurant .



et leur provenance .

Provenance

Exécutés pour le tombeau de Jean de France, duc de Berry, dans la Sainte-Chapelle de Bourges vers 1450-1453. Déplacés en 1756, sur ordre de l'évêque de Bourges dans la crypte de la cathédrale Saint-Etienne de Bourges.
Dispersion révolutionnaire.
Collection Pierre-Henri Péan de Saint-Gilles (1757-1823) reçu par donation en 1807.
Dans la famille de Denys, Baron Cochin (1851-1922) depuis son mariage avec Hélène Péan de Saint-Gilles (1857-1946) en 1876 puis par descendance jusqu'à nos jours.

Quelle perte pour le patrimoine et pour le musée de bourge.

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Dim 5 Juin - 20:57

Bonsoir voici un article qui annonce ce 13 juin la vente par Christie's à Paris des deux derniers pleurant du tombeau du duc Jean de Berry conservé dans une collection privée .voici l'article en question


Les deux derniers pleurants en marbre du tombeau du duc de Berry vendus aux enchères

Les deux derniers pleurants en marbre du tombeau du duc de Berry, datant du début du 15e siècle et estimés entre 4,5 et 5,5 millions d'euros, seront mis en vente par Christie's le 15 juin à Paris, a-t-on appris auprès de la maison d'enchères.

Représentés dans une attitude traditionnelle de désolation, ces personnages vêtus d'un drapé ont été exécutés par Jean de Cambrai, un des grands sculpteurs de son temps, et sont considérés comme des "chefs d'oeuvre de la statuaire médiévale", souligne Christie's.

Conservés dans la même famille depuis 1807, ils appartenaient à un groupe de quarante pleurants décorant le soubassement du tombeau de Jean de France, duc de Berry et frère du roi Charles V, initialement construit dans la Sainte-Chapelle du palais ducal à Bourges.

Mort en 1438, Jean de Cambrai n'a sculpté, en marbre, que le gisant et cinq pleurants (l'un est au musée de l'Ermitage et les deux autres au musée de Bourges). Les autres pleurants sont en albâtre et ont été réalisés par deux autres sculpteurs (Etienne Bobillet et Paul Mosselmann).

Transporté dans la cathédrale de Bourges, le tombeau est très endommagé à la Révolution. 29 pleurants ayant échappé aux destructions ont été répertoriés. Jean de France, grand mécène de son époque, est notamment le commanditaire du manuscrit enluminé des "Très riches heures du duc de Berry".

En 2013, Christie's Paris avait également proposé à la vente deux pleurants en albâtre provenant du même tombeau et de la même collection. Estimés ensemble entre 500.000 et 800.000 euros, ils se sont vendus 4.017.500 euros.


voici le lien vers l'article :http://www.leberry.fr/cher/actualite/2016/03/29/les-deux-derniers-pleurants-en-marbre-du-tombeau-du-duc-de-berry-vendus-aux-encheres_11847010.html

Il serait intéressant que un des musée nationaux conservant certains des pleurant s'en porte acquéreur sinon tout comme en 2013 ces trésor seront perdu pour la france .

Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Jeu 16 Juin - 19:23

Bonjour voici les dernières nouvelles concernant les pleurant mis en vente hier par Christie's .

Les deux pleurants du tombeau du duc de Berry ont été en effet préempté par le Louvre pour la somme de 4,4million d'euro voila donc une heureuse fin pour ces témoins du faste du tombeau de Jean duc de Berry

voici la photos de ces deux chef-d’œuvre du sculpteur Jean de Cambrai .



et voici le lien, vers la tribune de l'art qui développe la manière dont c'est fait cette préemption et bien que je ne soit pas fan de monsieur Rickner (voir le sujet concernant la restitution de la tour Nord ) rendons a César ce qui lui appartient cet articl vaut le mérite d'être lu .


lien

http://www.latribunedelart.com/les-pleurants-preemptes-par-le-louvre

Au plaisir en espérant bientôt les voir exposé.

cheers Very Happy drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spes



Messages : 22
Date d'inscription : 27/11/2013
Age : 37
Localisation : 06

MessageSujet: Re: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Dim 2 Oct - 13:37

Autant rester dans le sujet.

Le tombeau de Jeanne de France, fille de Louis XI, a été profané par les Huguenots en 1562. Ils ont exhumé ses restes, l'ont percé de coups puis dépecé avant de les brûler devant le couvent de l'Annonciade.

La profanation se situe dans le contexte de la profanation des églises catholiques et de désacralisation des corps royaux puisque dans le même temps, les Huguenots ont exhumé le corps de Louis XI pour mieux le profaner à Cléry-Saint-André. Ils ont également exhumé le cœur de François II puis l'ont jeté aux chiens à Orléans.

Je ne sais pas à quoi ressemblait le tombeau de Jeanne de France. Juste une inscription commémorative :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Dim 2 Oct - 19:30

Merci à vous cher ami et je dois vous avouer que je ne connaissait pas cette histoire maintenant il faut peut être trouver des document relatif au tombeau disparu de la fille De Louis XI

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry    Aujourd'hui à 17:59

Revenir en haut Aller en bas
 
La sainte chapelle de Bourges, écrin disparu pour le tombeau de Jean duc de Berry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JETONS] Armes de la Sainte-Chapelle de Dijon à blasonner
» L'HEURE SAINTE DU JEUDI - 1
» Chapelle Alchimique en l'Eglise de Pesmes (haute Saône 70)
» Sainte Thérèse de Lisieux : Une mère spirituelle !
» Sainte Jeanne Delanoue et commentaire du jour "Tout quitter pour suivre le Christ"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: HORS DE SAINT-DENIS, LE SALUT ? :: Tombeaux princiers en France-
Sauter vers: