Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 Les portes de l'abbaye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Les portes de l'abbaye   Mer 22 Jan - 19:56

Bonsoir, aujourd'hui je vais commencer a vous parler des trois portes de l'abbaye qui pour certaine d'entre elle subsistèrent jusque 1776 date de leur démolition .Les textes sont tiré du livre l'histoire de l'abbaye de saint Denis par madame Félicie d'Ayzac ..

Les portes de l'abbaye .


Généralités


Le rempart d'enceinte de l'abbaye était percé de trois portes.La première et la principale des trois s'ouvrait à l'ouest sur l'emplacement appelé au XVI siècle rue de l'Abbaye dans la ville et était appelée porte de Suger.La seconde était pratiquée dans la muraille sud du parc et donnait issue vers Paris, s'ouvrant dans un chemin creux encaissé de murs appelé à la même époque rue de Vauboulon. Ce dernier nom était le sien.La troisième également percée dans la muraille du parc et s'ouvrant à l'est regardait le village de la Court Neuve. Elle s'appelait au XIV et au XV siècle la porte du Pont et au XVIII siècle la porte Rouge.

la porte de Suger


La première et la principale porte de l'abbaye ouverte à l'ouest sur la ville est celle que Suger avait reconstruite au moyen des dons volontaires offerts par les habitants de Saint Denis et par deux familles du bourg de Saint Marcel,en témoignage de reconnaissance pour l'affranchissement du droit de mainmorte reçu de sa munificence. Ce fut lui qui la munit du puissant appareil défensif que les abbés Mathieu de Vendôme, Robert III et Guy de Monceaux, ne firent que renouveler et rendre plus capable de résistance.La porte de l'ouest survécut aux deux autres qu' une gravure de la collection du maréchal d'Uxelles montre démantelées et croulantes et elle était digne d'ouvrir l'abord de la première et de la plus célèbre abbaye du royaume à l'expiration du XVIII siècle elle était imposante encore et gardait le nom de Suger.La ligne sur laquelle était assise cette porte était tracée d'ouest en est c' est à dire en sens oblique par rapport au plan général de l'abbaye et du monastère sa baie regardait en biais la porte de la cour des anciens des martyrs et au delà l'angle nord est de cette cour où était dans un enfoncement entre la sommellerie et l'hôtel des hôtes la porte intérieure qui donnait accès dans le cloître.La porte de Suger dont le rempart en pierre de taille avait l'épaisseur des constructions du XII siècle ,était à elle seule une masse de quatre corps de logis formant un carré ceux ci environnaient une cour assez vaste pour embrasser dans son pourtour la maison du clerc de la porte avec sa cour particulière et son jardin et encore la petite cour ou promenoir du bâtiment qui formait le fond du quadrilatère.


Voici donc la fin de la première partie de ce sujet mais avant de le clôturer je remets en ligne un dessin que j'ai déjà évoqué et qui représente la porte de suger .




Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Jeu 23 Jan - 21:33

Bonsoir , nous continuons aujourd'hui l'histoire et la description de la porte de Suger .Mais se sujet étant important il sera scindé en plusieurs partie en voici la première .

Histoire et description de la porte


En 1691 l'abbaye allait être démolie pour être réédifiée et les logis abbatiaux parmi lesquels on comptait alors la porte de Suger et ses dépendances, l'aumônerie et toute la suite d' autres logis qui s'y rattachaient ,tout croulait ,tout tombait en ruines non sans garder sur divers points des vestiges de sa beauté et son caractère physionomique. Martinet a gravé un reste de l'édifice dans lequel s'ouvrait la baie de la porte de Suger ,mais tout ce qui l' avait environné était démoli dans ce temps et la gravure ne reproduit qu'un fragment de son rempart extérieur ,sa baie et deux tour de défense. La gravure de dom Germain est sans contredit plus complète, malgré sa grande incorrection et les états de lieux des commissaires de Saint Cyr en expliquent tous les détails. Le corps de logis antérieur marqué sous le n 1 est celui dans lequel était percée la baie de la porte de l'abbaye hersée jusqu en 1779 date de sa démolition et en avant de laquelle avaient existé autrefois ,un fossé et un pont levis L'aspect de cette entrée de l'abbaye avait un caractère mystérieux et sévère sa porte crénelée et flanquée de tours ,était comme un poste avancé établi pour garder la place et en quelque sorte pour la cacher Qu'on se figure un rempart haut lisse crénelé à peine percé à son sommet de trois fenêtres ogivales , baigné par les eaux d 'n fossé profond et flanqué de deux tours saillantes munies de mâchicoulis et de couronnements coniques, au bas de ce mur sur la droite dans l'angle rentrant formé par la saillie de la tour du sud une baie étroite et hersée, tout cela imposant et sombre répulsif et mystérieux et caractérisant plutôt une forteresse que l'asile de la prière et un sanctuaire de paix. Parmi cet appareil sévère près de la ligne des créneaux souriait au front du rempart, la statue de la sainte Vierge debout sur une console à peine saillante, au sommet du pilier butant qui soutenait cette muraille couronnée d'un pinacle à jours taillé dans la pierre même de la paroi c'était sur une forteresse comme une étoile rayonnante dans un ciel voilé de nuages. Cette statue disait à tous que l'abbaye de Saint Denis comme tous les monastères clunisiens s'abritait sous la protection de cette céleste gardienne.

Nous continuerons la découverte des bâtiments de cette porte prochainement .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Dim 26 Jan - 21:56

Bonsoir aujourd'hui nous allons continuer ce qu'était la porte de Suger .plus qu’une simple porte elle était aussi un complexe fortifié dont chaque bâtiments avait une fonction bien définie .c'est ce que nous allons découvrir au fur et à mesure grâce au livre de madame d'ayzac .

description de la porte de Suger suite

Nous avons dit que l'édifice appelé porte de Suger n'était pas seulement une simple entrée ni même un rempart de préservation mais un véritable château fortifié composé de quatre bâtiments flanqués de tours aux quatre angles et enclavant une cour carrée.Ces quatre bâtiments étaient 1° la façade ou bâtiment de l'auditoire (l’officialité); 2° et 3° à gauche et ensuite au fond et faisant face à la porte, les logis de l'official.4° A à droite de la porte d'entrée le pignon de l'aumônerie et la maison du religieux grand prévôt .

1 Façade de la porte de Suger ou bâtiment de l'auditoire

On vient de voir que le bâtiment dans lequel s'ouvrait la porte extérieure était l' auditoire ou officialité. Ce bâtiment avait été terminé sous l'administration de Guy de Châtres en 1234 par Jehan de Chaumont lathomier ou maître de pierre. Deux étages s'y superposaient à la voûte profonde de la porte percée au rez de chaussée, celui-ci outre le passage qui introduisait dans l'abbaye et qui avait été reconstruit lui même en l'an 13oo sous l'abbé Renaud de Giffard,comprenait deux salles basses à l'étage inférieur des tours. L'intérieur des tours profond, ténébreux, sans jours au dehors dans leurs parties moyenne et basse et se prolongeant sous le sol en des souterrains étendus, constituait les prisons domestiques c 'est à dire intérieures et particulières de l'abbaye.Les deux tours qui flanquaient encore au XVII siècle les deux angles de l'auditoire vus de la cour intérieure de l'abbaye, semblent avoir été pareilles à celles de la façade et de même destination, mais à cette époque elles étaient découronnées et sans planchers formant étages ,sorte de puits mystérieux dont le fond et les racines se perdaient dans des profondeurs restées inexplorées au temps de leur démolition, et qui ont été comblées en 1779 par leurs propres et seuls décombres .La disposition des deux autres tours assises aux angles antérieurs du bâtiment de la façade rappelait l'enfer et le purgatoire . Ainsi leurs entrailles profondes recélaient des cachots obscurs où étaient relégués les plus grands coupables, tandis que leurs régions supérieures ouvraient des chambres sous les combles à ceux qui avaient droit à moins de rigueur. Les prisons des tours de Suger furent pratiquées en partie en 1301 sous le gouvernement de l' abbé Renaud de Giffard par deux religieux de l'abbaye même ,les frères Maurice et Alberic lathomiers. La tour de l' escalier à vis fut réparée en 1568, par le maître Pierre Hubert charpentier et recouverte en ardoise à la même époque par le maître Pierre Payot. La planche qui avait formé le pont levis aussi dégradée que les tours par l'irruption des huguenots, dut être aussi renouvelée et la grande commanderie compta a cet effet au maître Léonard maçon la somme de 21 livres tournois.Tels étaient le rez de chaussée et la partie souterraine de l'auditoire, son premier étage se composait de deux salles ,celle du conseil et celle où le religieux official tenait ses séances et présidait son tribunal depuis la destruction du Châtelet siége de toutes les justices de la ville de Saint Denis. Ces deux salles ayant vue sur la rue de l'Abbaye, avaient chacune sa cheminée et son cabinet pratiqué dans l'une des tours adjacentes.Le second étage se composait d'un grenier s' étendant au dessus des deux salles de l'auditoire. L'escalier qui faisait communiquer tous les étages de l'édifice était ménagé dans l'une des tours. Le seuil de la porte franchi on se trouvait dans la première cour intérieure on la nommait cour de la Porte.

Nous continuerons prochainement la suite de la description des bâtiments de la porte de Suger .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Lun 27 Jan - 19:23

Bonsoir voici la suite de la description des bâtiments de la porte de suger .

II Aile gauche et aile du fond ou logis de l'official

L'aile gauche de la cour de la Porte était le logis spécial et propre du religieux official. L'aile contiguë en retour assise en face de la porte était en 1696 l'habitation du médecin ,elle avait été assignée antérieurement à l'official en surplus de son logis propre avec sa cour particulière placée dans l'espace qui la séparait de l'auditoire. Un jardin enclos de murs confinant par sa partie nord à celui de la trésorerie, par son flanc ouest à la rue de la Chevalerie, et par la clôture de l'est à la grande cour abbatiale du monastère prêtait ses parfums et ses ombres aux habitants de ces demeures.

III Aile droite maison du grand prévôt portier

La maison du religieux grand prévôt portier occupait au delà du débouché de l'aumônerie l' aile droite de la cour intérieure placée derrière l'auditoire et faisait face à la petite habitation du clerc de la porte et au plus ancien des deux logis de l'official. Sa distribution dut être identique à celle de tous ces logis d'officiers claustraux qui occupaient dans l 'enclos de l' abbaye de petits édifices détachés ayant leur cour et leur jardin et rappelant dans leur indépendance respective mais sur une échelle plus large les petits logis si complets pratiqués dans quelques chartreuses. Ces demeures à Saint Denis renfermaient deux chambres à feu accompagnées dans quelques unes d'un petit vestibule et d'une antichambre quelquefois un second étage de pareille distribution,dans toutes un cellier sous le sol, un grenier sous la toiture et quelquefois, une écurie enfin pour relier les divisions de ces demeures monastiques un escalier à deux noyaux.En 1696 au delà du seuil de la porte de Suger ,on trouvait à droite un bâtiment couvert en tuiles au pied duquel s'ouvrait un puits.Il n' en restait que les murailles sans autre division à l' intérieur que l'ancien plancher du premier étage, celui -ci était devenu alors un grenier. Ces ruines étaient tout ce qui restait de l'habitation du prévôt portier l'un des officiers les plus éminents de l'abbaye et l' un des premiers entre ceux qui exerçaient les pouvoirs les plus étendus. Des fenêtres de ce logis le grand prévôt dominait la petite habitation du clerc de la porte ,logé ainsi que le valet son adjoint dans une petite maison basse assise en face de celle de ce dignitaire.

Nous continuerons plus tard la description des autre bâtiments annexe de la porte ainsi que les deux autres portes
Au plaisir

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Mar 28 Jan - 14:10

Bonjour aujourd'hui nous allons continuer la visite du complexe de la porte de Suger par le logis du clerc de la porte et nous terminerons par la Galilée .

Logis du clerc de la porte
La maison du clerc de la porte était un petit bâtiment qu' on voyait d' abord à main gauche en entrant dans la cour intérieure à laquelle la porte de Suger donnait accès. Ce petit logis monastique avait une travée de face contenait une écurie au rez de chaussée, au premier deux chambres à feu ,et au second étage un grenier. Pourvue d' une petite cour particulière et attenante d 'un côté à l' escalier de l 'auditoire, de l' autre au logis de l' official l' habitation du clerc de la porte couvrait une perche et demie de superficie on l' aperçoit presque en entier au delà de la baie de porte hersée qui donne accès dans l' abbaye sur la gravure de Martinet .L' hôte de cette habitation assisté d' un serviteur auquel il était interdit de le laisser jamais seul était sous les ordres du grand prévôt. En 1672 il recevait cinquante livres pour ses peines. Il avait la garde et la surveillance du passage de tout venant et nul ne franchissait le seuil, que sous l' inspection de sa vigilance. Tous les jours il ouvrait la porte à l' heure déterminée, selon la saison où le signal du gros bourdon se faisait entendre, c' est à dire à six heures du matin en été et à sept heures en hiver et il la fermait le soir à six heures et demie en hiver et à sept heures et demie en été. Il allait ensuite en remettre les clefs à l' abbé ou au grand prieur et ne la rouvrait plus et n' en faisait plus lever la herse, une fois la nuit arrivée .Clément Fillion domestique portier séculier aux gages des dames de Saint Louis de Saint Cyr fut le dernier gardien de la porte de Suger Sa charge fut supprimée lors de la reconstruction de cette entrée de l' abbaye en 1779 .

la Galilée

C' est dans une petite chambre contiguë à celle du clerc de la porte que se tenaient avec les personnes séculières les conférences qui par leur nature devaient se terminer promptement,nous voulons parler de la Galilée où les religieux officiers avaient affaire quelquefois, le père procureur souvent les simples religieux jamais .La Galilée lieu réservé sur les confins de la clôture mais d' où l on n' y pénétrait pas était le terrain intermédiaire entre le dehors et le cloître où l 'on admettait pour affaire ceux que des intérêts financiers ou purement matériels mettaient en rapport avec quelqu' un des officier, mais qu' on n' eût admis ni dans le parloir ni dans la clôture. C' était le domaine de la discussion de la controverse Là se versaient certaines redevances et s' acquittaient plusieurs d' entre les obligations des tenures .Les agitateurs d'intérêts profanes, les débiteurs, les tenanciers, les vassaux du second et du troisième ordre,les réclamants de toute espèce, étaient arrêtés dans la Galilée les femmes et les jeunes filles venaient y solder leurs coustumes ou y réclamer protection. C' est dans la Galilée, qu' au temps des troubles de la Fronde le sous prieur auteur du Livre des choses mémorables de l'abbaye de Saint Denis, cacha un émissaire du prince de Condé chargé de traiter secrètement avec le cardinal Mazarin logé momentanément dans l' abbaye.


Prochainement nous verrons la fin de la porte et sa démolition.

Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linceul royal
Admin


Messages : 239
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Mar 28 Jan - 17:54

Quelle perte que celle de ces bâtiments médiévaux ! L'on songe toujours au cloître ou aux autres parties monastiques mais les bâtiments annexes avaient eux aussi fière allure. Ces châtelets d'entrée étaient de véritables petits châteaux forts.
On a beau se dire que les constructions de Robert de Cotte sont d'une rare majesté, on ne peut s'empêcher de ressentir un pincement au coeur devant la disparition de cette véritable cité médiévale que constituaient l'ensemble de l'abbaye.

Une fois encore, soyons plein de gratitude pour notre ami Saint Eloi qui nous les fait revivre. Il n'y a pas un seul endroit en France et dans le monde où l'on parle de façon aussi érudite de l'abbaye de Saint-Denis que sur ce forum. Et c'est bien grâce à Saint Eloi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Mer 29 Jan - 20:41

Bonsoir je vais terminer le chapitre consacré a la porte de Suger par son histoire au XVII éme et aux XVIII éme siècle qui sera l'époque de sa démolition .

La belle porte de Suger, les logis de l'official ,celui du grand prévôt ,portier la maison du clerc de la porte, l'aumônerie, l'ancien logis du sous prieur, l'ancienne cène ou habitation du cénier et celle du grand cuisinier, furent en 1668 avec d' autres grands bâtiments situés dans leur voisinage et contigus les uns aux autres çédés juridiquement par les religieux à leur abbé Paul de Gondy cardinal de Retz,ils recevaient de lui en échange les hôtels abbatiaux de Bourbon et de Lorraine que celui ci voulait abattre et qu' il s' agissait de sauver.La porte de Suger constitua donc avec toute cette concession d'édifices les bâtiments abbatiaux sous le règne de ce prélat. On verra la suite de leur destinée dans le chapitre qui traite de ces derniers. Consignons seulement ici que ce vénérable massif, ces logis empreints d'un sceau monastique et traditionnel l'auditoire où des drames à jamais perdus pour nous s'étaient déroulés ,les créneaux dont la dentelure se découpait dans les nuages, la statue de la sainte Vierge encaissée au front du rempart ,les antiques et sombres tours, le rempart qui comptait des siècles ont fait place en 1779 à une entrée sans caractère qui subsiste encore en partie dans celle qu'on voit aujourd'hui La gravure de Martinet qui nous a gardé ce qui restait de cette porte au début du siècle dernier en reproduit le caractère antique et sombre, on y voit à droite et à gauche le rempart qui s' y rattachait délabré croulant et rompu. Un incident des plus sinistres marqua la démolition de ces vieilles tours d'un triste souvenir une femme chargée d'années ayant traîné ses pas tremblants du côté des démolisseurs fut atteinte par une poutre détachée inopinément et fut écrasée par sa chute.


C'est par cet incident que nous clôturons la partie consacrée a la porte de Suger et prochainement nous nous attaquerons a la seconde des trois portes , c'est a dire la porte du sud ou porte neuve de vauboulon .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Jeu 30 Jan - 21:52

Bonsoir, aujourd'hui je vais vous évoquer la seconde porte de l'abbaye qui était appelée porte neuve de vauboulon .De cette porte nous ne savons que peu de chose voici se que madame d'Ayzac écrit.

La seconde porte de l'abbaye nommée en 1650 porte neuve de Vauboulon ,s'ouvrait dans la muraille sud du parc en face de la Platerie , c'est elle ou la porte Rouge, qui était construite ou réparée vers l'an 1302, c'est encore elle qui pendant la Fronde fut brûlée par les troupes royales tandis que les troupes rebelles occupaient la tour du nord et la plateforme du bas clocher de la basilique. Murée par l'ordre des prieurs après les scènes tragiques dont l'abbaye avait été alors le théâtre la porte de Vauboulon ne fut plus rouverte.

Au plaisir .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Ven 31 Jan - 18:31

bonsoir aujourd'hui nous allons découvrir la troisième porte de saint Denis qui s'appelait la porte du pont .Mais contrairement a la seconde nous possédons plus d'information sur cette dernière c'est pour cela que tout comme la porte de suger la description s'étalera sur plusieurs article .

La troisième porte de l'abbaye ou la porte du Pont

La troisième porte de l'abbaye se nommait au v siècle la porte du Pont et s'ouvrait au milieu de la ligne tracée par le haut rempart des jardins à l'est .Elle prenait son nom d'un pont jeté sur l'ancien fossé extérieur creusé autour du mur d'enceinte de la Cousture et différent du vivier alimenté parles eaux du ru de Montfort dans l'enceinte même du parc.On mettait le pied sur ce pont en sortant par la porte de la Cousture et l'on se trouvait dans les champs au point de séparation des deux territoires nommés l'un la tournelle de Saint Louis en Marrois et l'autre la Béqualoue.Éloignée des lieux réguliers, environnée de solitude et jugée favorable à un coup de main la porte du Pont fut toujours à l'heure des troubles un objet d' anxiété ombrageuse pour les habitants de la ville de Saint Denis En 1411 Paris s'étant déclaré pour les Bourguignons contre le parti d'Armagnac .Il fallut pourvoir à la sûreté de ses habitants et à celle de sa banlieue .Les fortifications de la ville de Saint Denis et celles de l'abbaye étaient hors d'état de tenir longtemps, contre un siége en règle.Robert comte de Châtillon envoyé par le roi pour rallier quelques soldats et organiser la défense se vit assez mal secondé par les corps d'artisans levés à la hâte dans la ville de Saint Denis. A peine dit D Félibien eurent - ils fait trois nuits de garde, qu'ils s'avisèrent de murer la porte d 'où l' on sortait de l' abbaye dans les champs ,de crainte disaient ils que les moines n 'appelassent les Armagnacs. En 1588 pendant la guerre des trois Henri, à la veille des mouvements que faisait pressentir l'assassinat du cardinal de Guise ,l'abbaye fait provision d'armes et on voit que son premier soin est de faire environner et garder la porte du Pont. En 1589 pendant ces mêmes dissensions les habitants de Saint Denis élèvent de nouveau la voix et accusent les religieux de vouloir trahir la ville en négligeant la garde du pont qui était derrière l'abbaye afin d'y laisser un passage libre aux ennemis. Il fallut encore une fois murer cette porte afin d'apaiser les clameurs.

Vous découvrirez la suite prochainement .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Dim 2 Fév - 17:02

Bonsoir , nous continuons aujourd'hui à évoquer l'histoire de cette troisième porte qui fut toujours un des point faibles de l'abbaye au vu du textes de madame d'Ayzac .

En 1567 et en 1590, époque de l'irruption des huguenots dans le monastère et ensuite de son pillage par les troupes royales de Henri IV, les portes de l' abbaye ne furent pas seules attaquées, les remparts eux mêmes furent renversés et rasés, les fossés qui les munissaient furent remplis de leurs décombres .Dom Jérôme de Chambellan grand prieur de l 'abbaye et l' un de ses plus dignes restaurateurs les releva en 1606. C' est de cette reconstruction que datent les murs crénelés qu' on voit sur notre gravure, les tours suspendues à leur flanc celles qui en munissent les angles et la porte toute bourgeoise reproduite sur l' estampe de dom Germain à la place où avait existé la porte du Pont .Le nom de la porte du Pont se maintint longtemps même après la destruction du fossé .On la voit dans sa vétusté avec ses tours démantelées sur une gravure du cabinet des estampes signée du nom de Fr de Lapointe mais non datée et dont là valeur comme document paraît incertaine. La nouvelle porte du Pont ne vit pas toujours autour d' elle la paix des champs. Au bout d' un demi siècle à peine pendant les troubles de la Fronde ,elle fut menacée des mêmes assauts qui avaient détruit sa devancière ,l' abbaye étant occupée tantôt par les troupes royales et tantôt par celles des princes ,n vit le sous prieur dom Tixier homme d' une rare énergie faire garder par des garçons puis faire boucher avec des pierres de taille cette porte, la seule existante dans la Cousture puisqu' il avait fait murer peu auparavant après un sanglant épisode la porte neuve de Vauboulon.

La suite des aléa de cette porte prochainement .

Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Mar 4 Fév - 15:16

Bonjour,aujourd'hui nous allons terminer le chapitre consacré a la porte du pont et decouvrirons ce qu'il en advint .


Dernière partie


A la fin du XVII siècle la porte du Pont restaurée ,portait le nom de porte Rouge ,à cause de la couleur éclatante de ses vantaux. Ses traces n' ont point disparu avec tant d' autres souvenirs si complétement effacés, on les trouve dans l' intérieur au mur oriental du parc dont les habitantes cloîtrées voient ses contre forts assiégés par les plantes pariétales et les bases de ses montants masquées par des lierres vivaces ou envahies par les fraisiers et les violettes printanières. Les plans terriers du territoire de la Court Neuve dresses par l'ordre des religieux la montrent sous les noms de porte de la Cousture et de porte Rouge et donnent les anciennes dénominations, des champs sur lesquels elle s' ouvrait au dehors du parc. Celui qui déroulait ses herbages à gauche et qu' occupe actuellement une imprimerie sur étoffes gardait encore à cette époque le nom de champ de la tourelle de saint Louis , il était coupé d' est en ouest par le Crould et se prolongeait au nord du ruban tracé par cette rivière jusqu au terrain vert et au cimetière qui entouraient alors l' église de Saint Rémi, au sud et à l'est vis à vis de la tournelle de saint Louis. Peut être un souvenir aimé, quelque halte du pieux monarque avaient- ils attaché son nom à l' antique tour de défense qu' avait remplacée celle- ci.Pourquoi lorsqu en 1780 ou peut être en 1812 on reconstruisit sur ce même point une tourelle de plaisance à couronnement conique et à jours tréflés ,se vit elle déshéritée de la glorieuse dénomination de sa devancière .Les beaux noms attachés au sol ou aux édifices antiques ne devraient- ils pas se perpétuer et être à l' épreuve du temps.

C'est par ces par ces mots de regrets que ce termine l'histoire et la description des trois portes médiévales de l'abbaye . Mais peut être que dans le sous sol de la ville , des vestiges de ces portes dorment et attendent une hypothétique résurrection .Car cela permettrais de savoir leur dimension mais aussi en quoi elles-étaient faites et peut être trouverions nous des traces des différents assaut quelles connurent .Qui sait si un jour une équipe de chercheur ne décidera pas de s'attaquer a la redécouvertes de ces portes fortifiées.

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Mar 4 Fév - 21:52

Bonsoir en cherchant un peu j'ai trouvé sur le cite http://www.atlas-patrimoine93.fr/pg-html/bases_doc/icono/ficheicono.php?idimage=3464 un plan du cabinets robert de cotte représentant la porte de suger avant la reconstruction de saint Denis .Mais j'ai aussi localisé sur la gravure de Michel germain représentant l'abbaye médiéval 40 an avant les reconstruction cette même porte voici le plan et sa notice ainsi que la gravure et le détail de la porte .

plan + notice



Légende : Abbaye de Saint-Denis, vue de la porte principale dite porte de Suger, de la maison de l'Aumône (à droite de la porte en entrant), du logis du prévôt portier (à gauche de la porte en entrant), du logis du courtilller (au-dessus du logis du portier) ; état époque moderne ; 4e quart 17e siècle ; vers 1690.
Auteur du document reproduit : Robert de Cotte, Jules Hardouin-Mansart
Précisions document reproduit : papier, crayon, encre, aquarelle ; 142 x 120 cm ; [ca 1700]

Service producteur : Service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis
Type de document : carte-plan

Localisation : Bibliothèque nationale de France. Cabinet des Estampes, Paris
Cote : Va 438 n°66

Gravure de Michel Germain




Détail

[img][/img]

Notice


Légende : Vue de l'abbaye de Saint-Denis ; état époque moderne ; 4e quart 17e siècle ; vers 1690. Cette vue perspective donnée par dom Michel Germai dans son Monasticon Gallicanum offre une image légèrement idéalisée de la topographie de l'abbaye. Ainsi, le bâtiment légendé E, entre le dortoir (à gauche) et l'infirmerie (à droite), correspond au projet jamais réalisé de nouveau dortoir. De manière générale, les bâtiments désaffectés ou en ruine sont omis ; des jardins d'agrément ou des vergers sont dessinés à leur place.
Auteur du document reproduit : Michel Germain
Précisions document reproduit : gravure ; 26 x 19 cm ; vers 1690

Au plaisir .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Mer 5 Fév - 22:23

Bonsoir voici deux autre plan réalisé avant et lors de la reconstruction du monastère sur lequel on distingue bien les bâtiments de la porte de suger .Les voici avec leur notices .

Plan et notice




Titre(s) : [Abbaye de Saint-Denis] : Autre plan lavé en rouge [Image fixe] : [dessin]
Publication : [1699]
Description matérielle : 1 dess. : plume et encre de Chine, aquarelle ; 137,3 x 62,7 cm

Note(s) : Premier projet avec deux vestibules à colonnes desservant l'aile Est et un vestibule central ouvrant sur le cloître
Référence(s) : Fonds Robert de Cotte = Robert de Cotte, 68. - Mayer-Long, p.61
Sujet(s) : Abbaye Saint-Denis (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis ; 1633-179. ) -- Constructions

Genre iconographique : Dessins et plans -- 17e siècle
Typologie : Plan au sol




Plan général de l'abbaye de Saint-Denis en France en l'état qu'elle étoit anciennement avec un plan particulier de l'église, où sont marqué les tombeaux des Rois et princes du sang : [dessin]. 1699-1709.
Description matérielle : 1 dess. : plume et encre de Chine, aquarelle ; 180,3 x 118,9 cm

Note(s) : Ce plan est antérieur aux travaux de R. de Cotte
Référence(s) : Fonds Robert de Cotte = Robert de Cotte, 64

au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les portes de l'abbaye   Aujourd'hui à 5:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Les portes de l'abbaye
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méditation à l'abbaye d'Orval.
» journées portes ouvertes
» Saint Gérard de Brogne Fondateur de l'Abbaye de Brogne et commentaire du jour "Des serviteurs quelconques"
» Les Portes du Large
» abbaye de Tamié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: L'ABBAYE :: Les bâtiments de l'abbaye médiévale-
Sauter vers: