Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 L’église carolingienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: L’église carolingienne   Mar 19 Avr - 13:43

L’église carolingienne

A partir de l’an 750, l’abbé Fulrad préside à la construction du troisième édifice construit au dessus de la tombe de saint Denis. Il subsistera jusqu’à l’époque de Suger.


Les délimitations de la basilique carolingienne sont en blanc.
Dessin J. Prim, Michaël Wyss

Les liens privilégiés que l’abbaye entretenait avec la royauté mérovingienne se renforcent sous les Carolingiens.
En 741, les funérailles de Charles Martel inaugurent une deuxième série d’inhumations royales dans la basilique.
Les abbés Fulrad (750-784), Fardulfe (797-807), Hilduin (814-843) et Louis (843-867) sont tous des conseillers des rois. Leur implication dans la vie politique de l’empire franc va tellement progresser qu’en 867 l’empereur Charles le Chauve finit par s’approprier le titre d’abbé de Saint-Denis !
L’idée de Fulrad d’une reconstruction radicale remonte sans doute à la visite du pape Etienne II à Saint-Denis au cours de l’hiver 754-755. Le souverain pontife était venu sacrer Pépin le Bref, sa femme Berthe et ses deux fils Carloman et Charles (le futur Charlemagne). A l’issue de cette grandiose messe, l’église mérovingienne avait paru un peu étriquée pour la solennelle liturgie romaine.

L’abbé Fulrad, en tant que représentant de Pépin le Bref, avait effectué plusieurs voyages à Rome d’où il tira son inspiration pour reconstruire Saint-Denis. Les travaux auraient commencé peu après la mort de Pépin en 768 et la consécration eut lieu en présence de Charlemagne le 24 février 775.
Cette nouvelle église, de plan basilical, comprenait un transept faiblement débordant et ouvrant à l’Est sur une abside semi-circulaire. La nef présentait deux files de colonnes, neufs travées et mesurait intérieurement 20,70 m de large. Certains fûts de colonnes torsadées ont été prélevés dans des monuments antiques d’Italie, notamment plusieurs fragments de marbre de Synnada (Turquie).
Sous l’abside, une crypte annulaire, bâtie à la manière de celles de Rome, permettait aux pèlerins d’accéder à une confession dans laquelle devaient être exposées les reliques de saint Denis et de ses deux compagnons, saint Rustique, l’archiprêtre, et saint Eleuthère, l’archidiacre.
On peut encore voir dans la crypte actuelle les vestiges de ce corridor qui longeait l’intérieur de l’abside.
Vestiges de l'abside de l'église carolingienne construite par l'abbé Fulrad entre 768 et 775. L'élévation intérieure correspond dans la partie basse à une crypte-martyrium. Depuis 1972, un massif de tuiles restitue les corridors courbes de cette crypte. Celle-ci était éclairée par des fenêtres ornées de peintures en imitation de marbre. Des traces de polychromie sont toujours visibles dans ces fenêtres rectangulaires.


En 832, sous l’abbatiat d’Hilduin, l’église est agrandie, à l’Est, par une chapelle implantée à l’extérieur de l’abside. A l’Ouest, là où Pépin le Bref avait choisi de se faire inhumer, devant le seuil de la basilique, son fils Charlemagne fit construire une curieuse construction polygonale. Pépin, d’après la tradition que rapporta Suger, avait voulu être enterré sur le ventre, prostré, et non sur le dos, au seuil des portes de l’église pour que sa sépulture soit foulée par les pas des fidèles, « à cause des péchés de son père Charles Martel ».

Si l’on en croit une description faite par les moines en 799, l’église comptait :
- 4 grandes portes dont 2 d’or et d’argent ; et 3 portes intérieures plus petites ( 2 d’or et d’ivoire et une d’argent)
- 90 colonnes à l’intérieur et 103 dans les portiques à l’extérieur (un atrium devant l’entrée ?)
- 52 colonnes dans les chapelles du monastère
- 45 grands arcs
- 101 fenêtres
- 1250 luminaires
Les verrières présentaient des motifs floraux, géométriques, ou de lettres.

En 832, plus de 50 ans après que Charlemagne eut ordonné la dédicace de l’abbatiale, l’abbé Hilduin agrandit la crypte vers l’Est. Il fit édifier une chapelle à trois vaisseaux dédiée à la Sainte Vierge, à saint Jean et à tous les saints.
Les murs de la partie centrale conservaient les reliques de la Passion et étaient décorés de pierres dorées.
Il y avait aussi un puits aux eaux réputées curatives.

Jusqu’au XII°, cet édifice carolingien ne connut aucune modification majeure, à l’exception d’une tour offerte par Guillaume le Conquérant (+ 1087), duc de Normandie et roi d’Angleterre.




king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: L’église carolingienne   Sam 22 Déc - 20:25


Bonsoir voici la photos de fragment d'une colonne carolingienne provenant de la basilique et trouvée lors des fouilles réalisée dans les année 80 et 90 autour de la basilique .



Fragment de la colonne antique en marbre de Synnada

Plusieurs fosses dépotoirs fouillées dans le quartier d'habitation au nord de la basilique ont livré trois fragments provenant d'une colonne en marbre ornée de vingt-cinq cannelures torsadées. Cette découverte est à relier à une description de la basilique carolingienne par l'abbé Suger (1122-1151) selon laquelle ses colonnades comportaient une grande variété de marbre. De plus, la restitution du demi-diamètre du fût correspond très exactement aux rayons des trous d'encastrement pratiqués dans plusieurs bases cubiques que l'archéologue Sumner McKnight Crosby


a mis au jour dans la nef de cette église, entre 1946 et 1948.

Or, ce fût de colonne est taillé dans du marbre de Synnada, carrière située près d'Afyon en Turquie, dont l'activité a cessé à la fin de l'Antiquité mais dont les produits avaient été expédiés dans tout le pourtour méditerranéen. Il a donc été prélevé dans un monument antique pour être remployé dans la basilique.

L'histoire de l'architecture carolingienne abonde d'exemples montrant à quel point les monuments antiques d'Italie furent convoités pour leurs marbres. Fulrad

, abbé de Saint-Denis, effectua entre 750 et 757 plusieurs voyages à Rome en sa qualité de représentant du roi Pépin auprès du pape. On sait également que l'abbé conçut sa nouvelle église sur le plan des basiliques romaines. Mais eut-il les moyens de faire venir d'Italie des pièces telles que ce fût de colonne ?

350 ans plus tard, Suger dut restaurer la nef de l'église carolingienne. C'est peut-être à cette occasion que l'on remplaça cette colonne de marbre par un fût moderne.
Ces fragment sont visible au musée d'histoire de saint Denis .

source ( saint-denis.culture.fr )

Au plaisir.


source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1355
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: restitution de la basilique carolingienne   Sam 29 Déc - 21:03

bonsoir voici tiré du cite http: saint Denis culture. 3 restitution hypothétique de la basilique carolingienne et du bourg monastique

dessin et commentaire





Restitution hypothétique de la basilique carolingienne, de la chapelle d'Hilduin et des bâtiments conventuels.
© Ministère de la culture / M. Wyss, A.-B. Pimpaud, M.-O. Agnes.




Restitution hypothétique de la basilique
carolingienne vue depuis l'ouest.



Reconstitution du bâtiment résidentiel
établi dans le prolongement de
la galerie de l'église Saint-Barthélemy.

Notre reconstitution de la basilique de Fulrad

repose principalement sur les fouilles de S. Crosby et sur le récent réexamen des vestiges toujours conservés dans l'actuelle crypte archéologique, par W. Jacobsen et M. Wyss. Il s'agit d'une église entièrement nouvelle qui adopte le plan d'une basilique à trois vaisseaux

, longue de neuf travées

. La nef centrale est séparée des bas-côtés par deux files de colonnes dont les bases sont toujours conservées en place. L'édifice, couvert d'un simple plafond, est précédé, à l'ouest, d'un vestibule enserré entre deux tours. À l'est, la nef ouvre sur un transepten légère saillie.

L'abside semi-circulaire, à pilastres extérieurs, comprend une crypte annulaire dont les deux couloirs restent, encore à l'heure actuelle,

pour une information plus complète voici le lien vers :"http://www.saint-denis.culture.fr/fr/1_3a5_3d.htm.

Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’église carolingienne   Aujourd'hui à 17:59

Revenir en haut Aller en bas
 
L’église carolingienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croyez vous que l'Église soit infiltrée par des groupes anti-catholiques
» Voici l'église que je fréquente...
» "pourquoi aller à l'église "de T. RADCLIFFE
» Défense et illustration de la sainte-Église catholique
» L'Apostolicité de l'Église et l'Abbé Belmont

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: L'ABBAYE :: la basilique, son histoire et son architecture-
Sauter vers: