Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  
Partagez | 
 

 Saint Denis, mythe fondateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir



Messages: 186
Date d'inscription: 25/03/2011
Age: 47
Localisation: Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Saint Denis, mythe fondateur   Mar 19 Avr - 15:53

Saint Denis, le mythe devenu Histoire


Le martyre de saint Denis, par Bonnat, fresque du Panthéon, Paris

« Questions tant de fois agitées. Cette matiere est encore aujourd’huy enveloppée de trop d’obscitez, après tous les éclaircissemens que les savants de nostre siecle se sont communiquez mutuellement. »
Dom Michel Félibien, 1706

Depuis Félibien , nous pouvons revendiquer notre ignorance des mystères de la nuit des temps. Tel n’était pas le cas au début du XVIII°s où l’on enrageait encore de n’y voir point clair entre réalité et légende.
L’archéologie ne permet que d’entrevoir l’histoire des lieux, dégagés de la gangue mythique, mais les mystères du saint restent entiers.
En attendant, examinons les différentes Vies de Denis.

Première version
Saint-Denis est mentionné pour la première fois dans la Vie de sainte Geneviève, rédigée vers 520, peu de temps après la mort de la sainte patronne de Paris.
Denis aurait été le premier évêque envoyé en Gaule par le pape Clément (90-100). Il aurait été martyrisé à Catuliacum (toponyme latin de l’actuelle Saint-Denis), où sainte Geneviève aurait fait élever une basilique en son honneur.

Deuxième version
Selon Grégoire de Tours (+ 594), Denis était l’un des sept évêques venus christianiser la Gaule au milieu du III°s.
Envoyé à Paris, Denis aurait été martyrisé au cours de la persécution ordonnée par l’empereur Dèce (249-251).
On voit déjà que l’événement n’est plus situé à la même époque…

Troisième version
Selon la Passion du saint, dite Gloriosae (d’après le premier mot du texte), connue par un manuscrit du IX°s mais contenant des éléments remontant au VI°s, Denis est désormais le patron particulier (peculiaris patronus) du peuple franc et on lui attribue deux compagnons, le prêtre Eleuthère et le diacre Rustique.
Denis est ici un émissaire du pape envoyé à Paris. Il y construit une église et convertit les foules. Le diable riposte en poussant les autorités romaines à la persécution.
Denis, Rustique et Eleuthère confessent leur foi en la Trinité puis subissent le martyre en l’honneur de Dieu.
Une matrone païenne mais pieuse dérobe les corps décapités et les inhume dans un champ à l’extérieur de Paris. Puis elle érige un mausolée au dessus de leur sépulture.


Tombes retrouvées à la verticale du maître-autel dans les années 1950
Elles sont attribuées aux saints martyrs Denis, Rustique et Eleuthère.

Quatrième version
Une deuxième Passion de saint Denis (Post beatam et gloriosam) est composée pendant l’abbatiat de Hilduin, entre 826 et 833.
Elle identifie le saint avec Denis l’Aréopagite, Athénien converti au christianisme par saint-Paul (Actes 17, 16-34), et nous dit, comme la Vie de Sainte Geneviève, qu’il fut envoyé en Gaule par le pape Clément.
Cette fois, Denis est en bonne compagnie ! Non seulement est-il flanqué de Rustique et Eleuthère, mais en plus il a pour compagnons : Marcel (qui se rend en Espagne), Saturnin (envoyé à Toulouse), et Lucien (qui se rend à Beauvais).
L’empereur Domitien (81-96) donne l’ordre de faire torturer puis décapiter Denis, Eleuthère et Rustique. Pour avoir refusé d’abjurer leur foi, les trois saints ont en effet la tête coupée sur le Mont des Martyrs ( Montmartre ?) le septième jour des ides d’octobre (9 octobre).
Mais à la stupeur des soldats romain, saint Denis ramasse sa tête et marche vers le Nord sur 3 km jusqu’au lieu où la matrone Catulla (dont le nom est une variante de l’ancien toponyme de Saint-Denis) enterre les corps. Catulla érige un premier édifice pour protéger les deux tombes. De nombreux miracles s’y produisent alors et les chrétiens gallo-romains veulent se faire enterrer auprès des sépultures.
Hilduin s’est inspiré de cette deuxième passion pour en écrire une troisième, qui sera la grande Passion de l’abbaye.

Cinquième version
Hiduin avait déjà connaissance des deux premières passions lorsque Charlemagne lui demanda de composer un récit plus complet à l’aide de sources grecques et latines. La découverte d’un manuscrit offert par l’empereur byzantin Michel le Bègue (820-829), remontant à la fin du V°s, et contenant des écrits de Denis l’Aréopagite, disciple de saint Paul, allait lancer le projet. C’est sous Louis le Pieux, fils et successeur de Charlemagne, que la rédaction sera achevée. Cette passion est connue sous le nom Post beatam ac salututiferam ou Areopagitica.
Denis, évêque d’Athènes ordonné par saint Paul, évangélise la Grèce, nomme un évêque auxiliaire, puis est envoyé à Paris par le pape Clément. Il y propage la parole du Christ. L’empereur Domitien , inquiet de ces progrès, demande au préfet Fescennius Sisinnius d’arrêter Denis et ses deux compagnons. Mais ceux-ci refusent de sacrifier aux dieux païens. Larcia, femme de Lisbius, à qui Denis avait acheté un terrain pour construire une église, accuse le saint d’avoir ensorcelé son mari. Lisbius, devenu chrétien, est exécuté pour sa foi. Denis est arrêté, grillé sur un lit en fer, jeté en pâture à des bêtes féroces et affamées, enfermé dans une fournaise ardente, torturé sur une croix. Rustique et Eleuthère subissent le même programme. Mais à chaque fois Dieu les sauve et ces tortures restent inefficaces.
Enfin, attendant leur condamnation à mort dans la prison de Glaucinus, les trois martyrs reçoivent la communion du Christ en personne, accompagné d’une multitude d’anges.
Ils sont emmenés par les Romains sur le Mons Mercurii, qui sera désormais appelé le Mont des Martyrs, soit Montmartre, pour être décapités avec des haches émoussées pour augmenter leurs souffrances. Ils meurent en confessant la Trinité.
Après sa décollation, Denis marche sur trois kilomètres en portant sa tête dans ses mains. Il est conduit par un ange et la tête chante des hymnes à la louange du Seigneur.
Le corps du saint s’effondre sur le lieu qui deviendra Saint-Denis et Catulla enterre Denis tout en récupérant les corps de Rustique et Eleuthère.
Le récit se termine par la conversion de Larcia (qui est décapitée à son tour) et de son fils Visbius. Détail important car l’une des principales sources de la Passion par Hilduin serait un « Traité de Visbius » (Conscriptio Visbii) sur lequel on ne sait rien.


Critiques
Abélard (1079-1142), dans son Historia Calamitatum, affirme en s’appuyant sur Bède le Vénérable que Denis l’Aréopagite n’était pas évêque d’Athènes mais de Corinthe. Les moines de Saint-Denis, furieux, traitèrent Bède de menteur, comme Hilduin l’avait lui-même fait.
Pourtant, devant la pression de la puissante abbaye, Abélard renoncera à sa thèse et finira par reprendre les arguments d’Huilduin.

En 1216, le pape Innocent III relativise l’importance de ces problèmes d’identité en remettant à l’abbaye les reliques d’un saint Denis provenant de Grèce. De sorte qu’avec le mélange des reliques on ne pourrait plus douter que l’Aréopagite est bien à Saint-Denis.


sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papyrus



Messages: 4
Date d'inscription: 21/10/2011
Age: 34
Localisation: Coulommiers

MessageSujet: Re: Saint Denis, mythe fondateur   Ven 21 Oct - 16:32

Merci pour tous ces détails !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Saint Denis, mythe fondateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 4 èmes séminaire de Saint-Etienne
» Tympans saint gilles du gard
» TELECHARGER, ECOUTER, ET LIRE LE SAINT CORAN
» Prière à Saint Expédit pour trouver rapidement la solution à un problème
» Saint Denis Evêque et ses Compagnons Martyrs, Saint Jean Léonardi Fondateur, Bienheureux John Henry Newman Prêtre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois ::  :: -