Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 D'or et d'argent - les tombeaux (disparus) de Philippe Auguste et Louis VIII le Lion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: D'or et d'argent - les tombeaux (disparus) de Philippe Auguste et Louis VIII le Lion   Mer 20 Avr - 14:11

.
Les tombeaux d'or et d'argent de Philippe Auguste et de Louis VIII le Lion


Statue de Philippe Auguste, cathédrale de Reims

Philippe II dit Auguste meurt le 14 juillet 1223 à Mantes. Le Roi ayant chassé les Anglais de la moitié Ouest de la France et détruit les domaines anglo-angevins, jouit alors d’une image glorieuse dans toute l’Europe. Pour tous, il est le vainqueur de Bouvines et le plus puissant monarque d’Occident.
Les moines de Saint-Denis le déclarent donc dignes de reposer dans le tombeau de Dagobert ou dans celui de l’empereur Charles le Chauve.
De fait, nous dit Guillaume Le Breton, source assez fiable, « une pierre recouvrait son corps à côté de celui de Dagobert ». Le Roi aurait été enterré au Sud du maître-autel.
Pourtant, une chronique composée par un ecclésiastique bien informé de Saint-Martin de Tours, et qui va jusqu’aux années 1225-1227, nous dit que Philippe Auguste était enterré devant le maître-autel. Le corps du Roi a donc été déplacé, sans doute après la mort de Louis VIII, à l’initiative de sa veuve Blanche de Castille. Celle-ci aurait envisagé d’ériger d’imposants tombeaux commémorant le roi Louis VIII et son père. Or, si la sépulture de Philippe Auguste se trouvait près de celle de Dagobert, il ne restait plus guère de place pour rassembler le père et le fils.
En outre, la perspective de devoir un jour trouver un emplacement pour Louis IX aux côtés de son père et de son grand-père, a emporté la décision.
La sépulture des trois rois dans la croisée du transept était la meilleure solution.


Louis VIII, roi de France, Musée de Versailles

C’est là que deux somptueux tombeaux furent érigés pour Philippe Auguste et Louis VIII au milieu du XIII°s.

Celui de Philippe Auguste est le premier cité dans les chroniques.
Richer de Senones, qui écrit entre 1254 et 1260, ne mentionne pas encore le monument dédié à Louis VIII mais est très impressionné par le « tombeau en argent doré avec de nombreuses images » de Philippe Auguste.
Le Ménestrel de Reims (vers 1260) ne décrit, lui aussi, que le tombeau du père : «  tombe de fin or et d’argent où il est tresgeteiz comme rois ; et sont quarante-huit evesques en quatre costeiz de la tombe, enlevei et figurei comme esvesque, revestu si comme pour chanteir messe, les mitres en chiés et les croces es mains. »

Le tombeau de Louis VIII apparaît un peu plus tard, dans une chronique se terminant en 1272 et décrivant les "mauseola" du roi et de son père comme étant « merveilleusement façonnés en or et argent » et « resplendissants ».


Il est difficile de savoir à quoi ressemblait exactement les deux tombeaux centraux.
Mais les rares descriptions dont nous disposons fournissent une impression semblable à la représentation ci-dessus.
Il s'agit ici du tombeau de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, postérieur d'un siècle et demi à ceux de Philippe Auguste et de Louis VIII... mais il n'est pas impossible qu'il s'inspire de ceux des deux grands rois - à ceci près que ceux-ci étaient en argent doré et non en marbre.

Ces tombeaux ont été détruits, avec celui de saint Louis, sous l’occupation anglaise entre 1420 et 1435. L’or et l’argent ont été fondus pour les besoins de la guerre en France menée par le roi Lancastre Henri VI et son oncle Bedford.

Après la fin de la guerre de Cent ans, il ne restait plus au sol que trois dalles marquant l’emplacement de ces somptueux sépulcres.

No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1404
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: D'or et d'argent - les tombeaux (disparus) de Philippe Auguste et Louis VIII le Lion   Mar 10 Juil - 15:09

Bonjour, voici tiré du livre de félibien la relation des funérailles de Philippe II Auguste (attention le texte en en ancien Français)

Philippe Auguste mourut à Mantes le quatorzième de Juillet de la même année agé de cinquante huit ans. Dès le lendemain on apporta son corps à abbaye de Saint Denys. Il avoit choisi cette église pour sa sépulture ayant aimé suivre en cela l'exemple de ses ancêtres plutôt que celui de son pere Louis VII qui voulut estre enterré en l 'abbaye de Barbeaux prés de Melun. Un grand nombre d'évêques assemblez pour lors à Paris dans un concile contre les Albigeois se trouvèrent fort à propos pour honorer au nom des provinces du les funérailles d 'un Prince a qui toute la France estoit redevable de l'avoir accrue par ses conquestes & rendue plus florissante que n 'avait fait aucun de ses prédécesseurs depuis Charlemagne L auteur de la vie de Philippe nomme vingt cinq archevêques ou évêques qui assistèrent à ses obsèques sans compter Bertrand cardinal et évêque de Porto légat apostolique Ce qu'il y eut de fort singulier fut de voir le légat l' l archevêque de Reims chanter la grande messe tous deux à la fois à deux autels différens pendant que les autres évêques les religieux & tout le clergé leur répondoient comme un seul officiant Le roy Louis & Philippe son frère assistèrent à la cérémonie avec Jean roy de Jérusalem qui estoit pour lors en France Philippe Auguste eut sa sépulture dans le chœur sous une tombe d argent doré ornée de figures fort bien travaillées Comme pendant sa vie il avait toujours eu une dévotion particulière à Denys & beaucoup d' affection pour cette Abbaye il voulut qu il s' en conserva des marques après lui .Par son testament daté du mois de Septembre de l' an 1222 il lègue à l abbaye de Saint Denys tous ses joyaux et les croix d or pour estre vendus & employez à l’achat de fonds de terres suffisantes a l' entretien de vingt religieux dont il voulait que l' on augmentast la communauté .Louis VIII fils et successeur de Philippe racheta tous ces joyaux Guillaume de Nangis rapporte que le prix monta à douze mille livres en comptant une croix d or que l' on réserva et qui fut estimée quatre cens livres(1) C'est sans doute ce présent si considérable qui a fait mettre Philippe Auguste au nombre des principaux bienfaiteurs de l' abbaye de Saint Denys où l' on célèbre pour lui tous les ans un service avec la même solemnité que pour Charles le Chauve estimé être le principal bienfaiteur de ce monastère aprés Dagobert .

1°)Cette croix survécut jusqu'à la révolution; dans les gravures des armoires elle se situait dans la planche 1 et portait la lettre A



Pour en savoir plus sur cette croix allez dans :http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t55-description-des-pieces-de-la-planche-i-de-felibien

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
D'or et d'argent - les tombeaux (disparus) de Philippe Auguste et Louis VIII le Lion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je lis, tu lis, nous lisons... l'Argent!!
» l'eglise trouve ou l'argent ?
» Astrum Argentum ("étoile d'argent")
» La maladie de Medjugorje » : l’argent
» SOCIOLOGIE / L'argent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: LES TOMBEAUX ROYAUX, PRINCIERS, ET AUTRES :: Les tombeaux disparus-
Sauter vers: