Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 La destruction et la violation des tombeaux royaux et princiers en 1792-1793

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: La destruction et la violation des tombeaux royaux et princiers en 1792-1793   Lun 25 Avr - 20:04

.
La destruction et la violation des tombeaux royaux et princiers en 1792-1793


Violation des caveaux royaux de Saint-Denis, par Hubert Robert, Huile sur toile - Musée Carnavalet

La profanation des sépultures royales de Saint-Denis en 1793 constitue une catastrophe pour l’analyse paleopathologique des restes royaux ou nobiliaires à travers les âges. Outre le scandale moral et le saccage de précieux monuments, la France s’est ainsi privée d’un objet d’étude incomparable.

1) Eté 1791
Destruction des tombeaux de l’abbaye de Royaumont (famille de saint Louis)
Les restes royaux sont ramenés à Saint-Denis. Dom Poirier obtient de placer les ossements des frères et enfants de saint Louis à côté de la sépulture de Marguerite de Provence.
Seuls ont pu être sauvés les monuments en pierre de Philippe Dagobert, frère de Louis IX, et des enfants du roi Louis, Blanche et Jean (les deux derniers présentant un tombeau en émail)

2) Août 1792, chute de la royauté – décembre 1792.
Le gouvernement provisoire ordonne la fonte des monuments en bronze, argent ou métaux divers.
Le somptueux tombeau de Charles VIII en bronze doré et en émail est détruit puis fondu.
Le tombeau de bronze de l’empereur Charles le Chauve subit le même sort.
En revanche, les « Vertus » du tombeau d’Henri II et de Catherine de Médicis échappent à ce carnage, étant jugées dignes d’intérêt par la commission des Beaux Arts de la Convention.
Le soubassement en bronze du monument aux gisants d’Henri et Catherine a , lui, moins de chance et part à la fonte.

3) 1792-1793 – Sur ordre de la Convention nationale –
destruction des insignes de la féodalité et des tombeaux nobles ou princiers dans tous les édifices de la République. Dans toute la France, la destruction des tombeaux et gisants commence.
Les églises parisiennes voient leurs tombeaux disparaître, les sépultures violées et les ossements disparaître aux quatre vents.

4) 1° août 1793 –
Le Comité de Salut public décide du sort des tombeaux et des corps royaux de Saint-Denis, en même temps que de celui de Marie Antoinette et de ses enfants, le 1° août 1793.
Après avoir proposé « de réduire les enfants de Louis le Conspirateur à ce qui pourrait être strictement nécessaire pour deux simples individus, et d’abandonner Marie Antoinette à l’accusateur public », Bertrand Barère de Vieusac, parlant au nom du Comité de Salut public, déclare que « pour célébrer la journée du 10 août, qui a abattu le trône, il fallait, dans son anniversaire, détruire les mausolées fastueux qui sont à Saint-Denis . Car dans la monarchie, les tombeaux même avaient appris à flatter les rois. L’orgueil et le faste royal ne pouvaient s’adoucir sur le théâtre de la mort ; et les porte-sceptres, qui ont fait tant de maux à la France et à l’humanité, semblent encore, dans la tombe, s’enorgueillir d’une grandeur évanouie. La main puissante de la République doit effacer impitoyablement ces épitaphes superbes et démolir ces mausolées qui rappelleraient encore des rois l’effrayant souvenir. »
Le rapport est accepté par la Convention.

5) Du 6 au 8 août, les monuments funéraires en pierre et en marbre sont démontés et subissent des mutilations. Certains sont sciés, d’autres cassés à la masse. Alexandre Lenoir a toutefois pu sauver un grand nombre de tombeaux démontés pour les transférer au Musée des Monuments français qu’il a créé dans l’ancien couvent des Petits Augustins.
Mais à cette occasion, les tombes médiévales sont profanées et des ossements dérobées.
On sort les morceaux de monuments et de gisants par le portail Nord. Ils sont laissés à l’abandon au milieu du cimetière des moines.


6) Octobre 1793 - La profanation des corps des rois…
En octobre, c’est au tour des corps des princes de subir la haine révolutionnaire.


Alexandre Lenoir défend les tombeaux des rois à Saint-Denis contre des révolutionnaires (1793)
Dessin aquarellé de Pierre Joseph Lafontaine
Paris, Musée Carnavalet- © Musée Carnavalet / Roger-Viollet -
On reconnait au fond le tombeau de Louis XII

Du 12 au 25 octobre, les sépultures sont systématiquement violées. Deux fosses communes creusées dans le cimetière des moines au Nord de la basilique attendent les restes royaux et princiers.
Les caveaux sont ouvert et le contenu de chaque tombe est examiné (on recherche les objets précieux, sceptres, bagues, couronnes…). Les cadavres sont jetés dans la fosse des Valois (qui est aussi celle où Mérovingiens, Carolingiens, et Capétiens directs sont précipités) et dans la fosse des Bourbons.


La fosse dite des Valois est à gauche, celle des Bourbons en haut à droite
(emplacements représentés par un rectangle hachuré)

Au total, les révolutionnaires y ont jeté les restes de :
- 43 rois
- 32 reines
- 63 princes du sang
- 10 serviteurs du royaume
- et de deux douzaine d’abbés de Saint-Denis …

Soit plus de 170 corps …

On installe une fonderie devant le portail Nord pour fondre les cercueils et tout le plomb récupéré.
Un procès verbal est dressé sous la surveillance des commissaires politiques de la Convention. Le tout est fait par une quinzaine d’ouvriers.
Des collectionneurs de curiosités descendent dans les fosses pour voir les défunts souverains et en profitent pour s’emparer de restes humains.
Comme au mois d’août, Alexandre Lenoir se rend à l’église pour faire des dessins des objets, squelettes et matériel funéraire retirés. Lui-même n’a pas été à l’abri de la tentation de s’approprier quelques souvenirs macabres. Il fait main basse sur un certain nombre de restes royaux.

Puis on verse de la chaux vive sur ces deux centaines de cadavres et l’on ferme les deux fosses qui devaient être oubliées à jamais.

7) De 1793 à 1806, la basilique de Saint Denis est désaffectée, exposée aux intempéries, sa couverture en plomb ayant été retirée pour être fondue.
L’édifice menace ruine.
Il sert finalement d’entrepôt, d’hôpital militaire, et même de théâtre ( !)
On envisage à plusieurs reprises de le démolir, entièrement ou au moins en partie.

Pourtant, le 20 février 1806, Napoléon décide que Saint-Denis sera la « sepultura imperatorum », pour se rattacher aux trois anciennes dynasties qui avaient régné pendant 1300 ans.
Aussitôt les travaux de restauration commencent.

Louis XVIII fera ramener après 1816 les tombeaux et gisants qui avaient pu être sauvés de la tourmente révolutionnaire. Il fera rouvrir les deux fosses communes, mais il n’y avait plus que des ossements entremêlés, impossibles à identifier. Ils furent extraits puis regroupés dans un ossuaire, dans l’ancien caveau du maréchal de Turenne.

No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1397
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La destruction et la violation des tombeaux royaux et princiers en 1792-1793   Mar 6 Mar - 22:49


bonsoir voici un dessin tiré des album de Alexandre Lenoir et montrant la montagne de saint Denis qui fut réalisé avec les fragment des tombeau détruit a noter les gisant servant de linteau pour une porte sur le sommet des bustes à la gloire de Marat et d'autre personnalité de la convention .ainsi que a la liberté foulant l'absolutisme .





notice

N° d’inventaire :RF5282-18-recto-folio18
Fonds :Dessins
Titre :Vue de la montagne de Saint-Denis 1793
Description :Album Lenoir Alexandre -4- Folio 18 rapporté au recto
Auteur :Anonyme
Ecole :Ecole française
Crédit photographique :(C) RMN-GP (Musée du Louvre) / Michèle Bellot
Période :18e siècle, 19e siècle, période contemporaine de 1789 à 1914
Technique/Matière :encre brune, lavis brun, mine de plomb, plume (dessin)
Hauteur :0.524 m.
Longueur :0.405 m.
Localisation :Paris, musée du Louvre, D.A.G.
Acquisition :1921, don, héritiers d'Alexandre Lenoir

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: La destruction et la violation des tombeaux royaux et princiers en 1792-1793   Mer 7 Mar - 20:07

Il serait d'ailleurs intéressant de savoir quels gisants avaient été utilisés pour cette "montagne". Nous sommes en tout cas avant la "dépanthéonisation" de Marat, et donc avant Thermidor. Alexandre Lenoir était déjà parvenu à mettre les nombreux vestiges à l'abri. Ce n'étaient pas le cas de ceux-ci.

Aussi, j'en arrive à me demander s'il ne s'agit pas des gisants aujourd'hui disparus, comme ceux d'Eudes et de Hugues Capet.

Je vais essayer de vérifier cette hypothèse ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1397
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La destruction et la violation des tombeaux royaux et princiers en 1792-1793   Mer 7 Mar - 21:53


Il se pourrait que le gisant servant de linteau et qui est supporté par les deux autre ressemble à celui de Dagobert dont on sait qu'il fut perdu et je me demande toujours ou partirent après thermidors les sculptures et les débris de cette montagne ?.


Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La destruction et la violation des tombeaux royaux et princiers en 1792-1793   

Revenir en haut Aller en bas
 
La destruction et la violation des tombeaux royaux et princiers en 1792-1793
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le parfait manuel de destruction de soeur Emmanuelle
» KFC et la destruction de la fôret amazonienne - Signez!
» la blonde : une arme de destruction massive !
» Le Plan Maçonnique pour la destruction de la Sainte Messe en 33 points
» LE FLUOR ET LA DESTRUCTION DE L'ESPRIT HUMAIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: LE SORT DES RESTES ROYAUX ET PRINCIERS, DE LA REVOLUTION A NOS JOURS :: La violation des sépultures en 1793-
Sauter vers: