Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 Le mystère de la tête de Henri IV (?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 30 Mar - 19:58

.
LE MYSTERE DE LA TETE DE HENRI IV



©️ Galaxie Presse

La profanation des tombeaux royaux de la basilique Saint-Denis, en 1793, fut assurément une perte considérable sur le plan patrimonial et anthropologique : plus d’une centaine de momies ont été sorties de leurs sarcophages, mutilées par les révolutionnaires, puis jetées en fosse commune sous des boisseaux de chaux vive. Très peu de restes ont survécu à cette "deuxième mort des rois de France"
Aussi, l'apparition d'une tête momifiée en décembre 2010 passant pour celle du roi Henri IV n'a pu qu'attirer l'attention des spécialistes.
Conservée dans diverses collections privées successives, cette tête n'était pas une inconnue. Depuis 1919, les érudits en connaissait l'existence dont la promotion avait été faite par un certainJoseph-Emile Bourdais, son "inventeur".
Disparue en 1947, la tête a été retrouvée chez un particulier en janvier 2010 au terme d'une enquête menée par deux journalistes, S. Gabet et P. Belet, mis sur la piste par le Pr Jean- Pierre Babelon de l’Académie des inscriptions et belles- Lettres.

Une étude multidisciplinaire scientifique dirigée par le docteur Charlier l'a récemment identifiée comme étant celle de Henri IV.
L’origine théorique de ce « trophée » résiderait par ailleurs dans le sauvetage supposé de nom breux restes historiques et notamment corporels par le célèbre Alexandre Lenoir (fondateur du Musée des monuments français) au moment du pillage révolutionnaire.
La presse française et internationale s'en est fait largement l'échos, d'autant que l'enquête a été validée par le British Medical Journal.
La tête a été remise au prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, ainé des Capétiens Bourbons. Elle attend depuis, dans le coffre d'une banque parisienne, les autorisations ministérielles d'inhumation dans la basilique de Saint-Denis.

Pourtant, l'historien et journaliste Philippe Delorme, auteur d'un ouvrage sur le Vert-Galant ("Henri IV, les réalités d'un mythe") et d'une enquête historique sur le coeur de Louis XVII, conteste actuellement cette découverte. Il s'étonne notamment que le crâne examiné ne soit "ni scié, ni trépané comme cela se pratiquait systématiquement pour les embaumements royaux". Et fait état de témoins ayant déclaré que le crâne était ouvert, lors de la profanation de la nécropole des rois à l'abbaye de Saint-Denis, en 1793.

Qu'en est-il de ce débat ?
Nous faisons ici le point, en exposant les points de vue, sans prendre parti.



Masque mortuaire du roi Henri IV, pris quelques heures après son assassinat, mai 1610
Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris


I - Les arguments des partisans de l'authenticité -

A) Sur le plan scientifique
Malheureusement, le comité scientifique n'est pas parvenu à trouver de l'ADN "lisible" dans ou sur la tête. Il était ancien et trop contaminé (le plomb du cercueil et l'exposition à Montmartre aux ultra-violets par Bourdais entre 1930 et 1937 y seraient-ils pour quelque chose ???)
Mais l'équipe ne s'est pas découragée et a affirmé avoir trouvé 30 indices concordants, ce qui est résolument suffisant pour établir une certitude à 99,9% (cf Conférence de presse du 16 décembre 2010)
Nous donnons ici les principaux :


1) Une lésion pigmentée noirâtre « en chou-fleur » a été mise en évidence au niveau du pli nasogénien droit, de 1,1 cm de grand axe, compatible avec un nævus ou un histiocytofibrome ; plusieurs portrait de Henri IV montrent que le souverain avait cette marque à cet emplacement.

2) Par ailleurs, le lobe de l’oreille droite était percé (orifice de 4,5 mm de diamètre), avec une patine évidente indiquant le port prolongé d’une boucle d’oreille (l’oreille gauche étant arrachée, donc inobservable) .
On a bien un portrait du roi à l'oreille droite percée; la chose était du reste à la mode chez les hommes fréquentant la cour de Charles IX puis celle de Henri III.

3) Au niveau de l’hémimaxillaire supérieur gauche (mis à nu parun défaut cutané en regard), était visible la cicatrice osseuse du traumatisme infligé par Jean Châtel lors de sa tentative d’assassinat du 27 décembre 1594 par arme blanche. La recalcification s'est opérée et a pu être évaluée à une quinzaine d'années, ce qui coïcinde bien (mort de H. IV = 1610)

4) De nombreux cheveux et poils de barbe, et quelques restes de moustache étaient encore présents à la surface cutanée, caractérisés par une couleur rousse et, par place, blanche (avec des longueurs maximales conservées respectivement de 7, 60 et 24 mm): telles étaient les caractéristiques des phanères du roi au moment de son décès, avec des cheveux particulièrement courts, en début de canitie. Il a été prouvé que ces teintes ne sont pas issues d'une évolution post-mortem.

5) L’état buccodentaire était parailleurs extrêmement mauvais, avec de nombreuses pertes dentaires ante mortem anciennes et six abcès apicaux - une caractéristique attestée par les contemporains du monarque dont la mauvaise haleine était légendaire…
L’âge du défunt est évalué à 50-60 ans. Henri IV en avait 57 au moment de son assassinat.

6) trois sections par arme blanche étaient visibles au niveau de l’extrémité inférieure du cou, passant juste sous le corps de la septième vertèbre cervicale, correspondant aux coups de sabre infligés par un révolutionnaire en octobre 1793 au moment de la décollation de la tête dans un but de mutilation régicide, après plusieurs jours d’exposition dans son cercueil mis à la verticale contre un pilier de la crypte.

7) Une datation au carbone 14, réalisée à partir de restes musculaires prélevés au centre du cou, a donné comme résultats une année de décès entre 1450 et 1650, encadrant l’année de mort de Henri IV (1610).

8 ) La reconstitution faciale à partir des reliefs crâniens tombe en accord d’une part avec les figurations de Henri IV (tableaux, gravures, bustes), d’autre part avec les moulages de son visage réalisés juste après son décès et au moment de l’exhumation de 1793 (surtout avec l'exemplaire de masque funéraire réalisé en 1610 et conservé à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, à Paris). Est notamment bien visibles son front haut, son nez fort, son menton quadrangulaire et proéminent.
De même, la superposition des reliefs crâniens sur ces divers portraits réalisés d’après nature montrait une correspondance anatomique parfaite.
On notera celle-ci par exemple, spectaculaire (masque mortuaire / crâne de la tête "Bourdais" scannée) :


Affiche du congrès de pathographie de mai 2011
Voir sur le site de Pathographie du docteur Charlier
http://pathographie.blogspot.com/2010/07/4eme-colloque-international-de.html

9) Certes, on sciait le crâne des rois, reines et princes français au moment de l'autopsie, voire de l'embaumement. Or, on ne trouve rien de tel sur la tête "Bourdais". Bien plus, l’examen tomodensito - métrique réalisé sur la tête embaumée a montré la persistance de matières cérébrales au sein d’une cavité crânienne intacte.
Pourtant, le rapport d’autopsie de Henri IV, publié dans les Oeuvres complètes du chirurgien Jacques Guillemeau et véritable faire-valoir du praticien, ne mentionne pas de crâniotomie ni d’examen de l’encéphale. Un tel temps nécropsique n’était en effet pas systématique dès lors que la cause du décès avait été trouvée par ailleurs (deux plaies thoraciques mortelles par arme blanche infligées par Ravaillac). C’est en outre un second homme de l’art, Pierre Pigray, qui fut en charge de l’embaumement royal, respectant à la lettre le souhait d’une conservation corporelle « selon l’art des Italiens »… (exprimé par Marie de Médicis, veuve du roi défunt au moment de l'autopsie ?) Il est vrai que selon les techniques en usage à la cour des Médicis au même moment (dont les détails sont connus grâce à l’étude paléopathologique des momies de San Lorenzo à Florence réalisée par l’équipe de Gino Fornaciari), mais aussi dans toute l’Italie du Nord, sur les corps de l’élite politique et religieuse (dont les momies ont été étudiées par l’équipe de Renato Grilletto, Rosa Boano et Ezio Fulcheri), on ne sciait que rarement les crânes pour en ôter le cerveau.
On peut alors supposer qu'aucune ouverture du crâne ne fut pratiquée afin de garantir une intégrité complète à cette zone anatomique symbolique, même si cette innovation allait complètement à contrecourant des embaumements royaux français classiques où le crâne était systématiquement scié afin d’en extirper le cerveau et les méninges).



©️ British Medical Journal

10) On a retrouvé des résidus noirâtres très denses de façon circonférentielle au niveau de la base du cou, dont l’analyse Raman a permis l’identification précise : du noir d’ivoire, un type très particulier de carbone amorphe obtenu par calcination anaérobie d’os d’animaux. Or, l’usage de cette matière première est préconisé par Pierre Pigray dans son traité d’embaumement afin d’en disposer à la surface du cadavre avant le bandelettage, pour absorber les mauvaises odeurs et les éventuelles humeurs liquides (sauf la tête, qui doit garder son aspect naturel).

11) De nombreux résidus végétaux, enfin, étaient présents dans la cavité buccale, trop fragmentés pour être identifiables, et trop « éventés » pour être reconnaissables par des nez professionnels : ils étaient également destinés à contrer les émanations méphitiques ; le corps de Henri IV en avait reçus.

12) L’ensemble du corps avait été totalement bandeletté. On retrouve justement des traces de bandelettes au niveau du nez (de ce fait écrasé au niveau des tissus mous, et déjeté sur le côté gauche), du cartilage thyroïde (pomme d’Adam) et de la nuque.

13) Plusieurs dépôts blanchâtres infracentimétriques ont été notés sur la face (os malaires gauche et droit, pariétal gauche), mais absents de la partie postérieure de la tête. Leur analyse élémentaire par microfluorescence X a montré une composition très riche en silice et aluminium (respectivement 57 et 22 %) avec des traces de fer, titane et potassium, et parfois de calcium et soufre, c’est-à-dire la composition classique d’un plâtre moderne. Ce qui cadre parfaitement avec la pose du masque mortuaire en 1610.

14) Enfin, des reliques de Henri IV (barbe, pouce, dent), provenant des pillages de 1793 et déposées aux musée de Pontoise et de Chateauroux ont révélé des teneurs en plomb de même caractère isotopique (unique et propre) que le plomb retrouvé sur la tête. Ce qui signifie que le plomb (du cercueil ?) provenait assurément de la même mine.


B) Sur le plan historique :
- On sait que Bourdais a acheté la momie en octobre 1919. Elle provient de la mise aux enchères des biens du peintre Emma Nallet Poussin décédée en 1909.

1° hypothèse : la tête a été acquise par Gustav Ernst zu Erbach-Schönberg, graf (comte) zu Erbach-Schönberg en 1793 qui l'aurait ramenée en Allemagne où une tradition existe à ce sujet. C'est qu'il y a toujours au château d'Erbach en Allemagne des reliques qui auraient été données au comte par Alexandre Lenoir (un morceau de crâne de Henri IV, les fragments des corps de Louis XIV et de Marie de Médicis...) La tête momifiée, elle, aurait donc été rachetée à la fin du XIX° siècle par Emma Nallet-Poussin. On s'étonnera sans doute de l'absence d'affinités entre un comte allemand et une artiste-peintre de Montmartre à un siècle de distance...!
Et en plus, que dire du fragment de tête d'Erbach si une tête momifiée intacte est revenue à Paris ?!! L'une des deux est forcément fausse ! Il est vrai qu'Alexandre Lenoir n'hésitait pas au besoin à échanger ou donner des faux et que ses affirmations sont à prendre avec prudence.

2° hypothèse :
Parmi les compagnons d'atelier d'Emma Nallet-Poussin, on remarque la présence d'un certain Alfred Lenoir, peintre et sculpteur. Celui-ci est le petit-fils d'Alexandre Lenoir qui publia le rapport d'exhumation rédigé par Dom Poirier. Conservateur du patrimoine, Alexandre Lenoir était également sur les lieux pour se constituer au passage une collection personnelle de divers ossements royaux. Ce "cabinet de curiosités" macabres a été retrouvé en partie à sa mort et restitué à Saint-Denis où il repose depuis 1893 sous la forme d'une caisse d'ossements variés près du cercueil de Louis XVI et de Marie Antoinette. Méticuleux, il renseigna scrupuleusement ses acquisitions dont l’omoplate d’Hugues Capet, la mâchoire de Catherine de Médicis, le tibia de Charles VI, …
Pour que la tête vendue à Drouot soit effectivement celle d'Henri IV, il faudrait supposer qu'elle ait été subtilisée par Alexandre Lenoir, que son petit-fils l'ait recueillie et qu'il l'ait transmise d'une manière ou d'une autre à Emma Nallet-Poussin … Or, le petit-fils d'Alexandre Lenoir a fréquenté les mêmes écoles, les mêmes ateliers et les mêmes salons qu'Emma Nallet-Poussin...

- En outre, la tête de Henri IV n'était plus avec le corps lorsque l'on a réouvert la fosse commune en 1816. Le rapport des fouilles de 1816 mentionne trois squelettes sans tête. Jean-Pierre Babelon en a conclu qu'un corps aurait été celui de Henri IV. On peut supposer que les deux autres étaient ceux de Louis XIII et Louis XIV, puisque leur cadavre avait été jetés sur celui de Henri IV.
Or, Boudais achète bien en 1919 une tête momifiée...mais aussi deux autres crânes humains qui faisaient partie du lot Nallet-Poussin !


.......................................................................................................................................................................
- Article de Philippe Charlier dans la Revue du Praticien, vol.60, 20/12/2010
http://www.larevuedupraticien.fr/images/stories/articles/1474_rdp10_MEM_Charlier.pdf
- Sur le site internet du BMJ :
http://www.bmj.com/content/suppl/2010/12/14/bmj.c6805.DC1/chap835561.w1_default.pdf


(Suite dans le prochain message. Cette fois, la parole est donnée aux sceptiques et opposants : ) Suspect

.


Dernière édition par Alexandre Lenoir le Lun 6 Juin - 21:14, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 30 Mar - 20:02

.


II – Les arguments des opposants à l’authenticité


Les historiens Philippe Delorme et Joël Cornette, ainsi que les scientifiques italiens Fornaciari et Rollo contestent les conclusions des partisans de l’authenticité.


1) Selon eux, l’ « art des Italiens » n’a jamais existé. Les deux journalistes ayant retrouvé la tête ont déniché cette mention dans "l'Histoire des Girondins" de Lamartine (1847), elle-même citée dans la brochure de Bourdais. L’ouvrage de Lamartine ne contient qu’une ligne sur la chose et ne peut être qualifié d’œuvre historico-scientifique.
Autre interrogation : l'existence même d'un "art des Italiens" spécifique aux Médicis, qui consisterait à embaumer sans découper le crâne. Gino Fornaciari, paléopathologiste à Pise, spécialiste des momies, a mené les études sur les momies Médicis à Florence. Il affirme qu'il n'existe pas "d'art des Italiens", que plusieurs crânes Médicis sont sciés et qu'il ignore la raison pour laquelle certains ne le sont pas (« J'ai étudié neuf corps de Médicis reposant dans l'église San Lorenzo à Florence : quatre d'entre eux avaient le crâne scié. »). Du reste, le propre oncle de Marie de Médicis, le grand-duc Ferdinand, mort en 1609, a eu le crâne scié. Et le fils de Henri IV et de Marie de Médicis, le duc d'Orléans, mort un an après le roi, a eu aussi le crâne scié. Pourquoi Marie de Médicis aurait-elle demandé quelque chose de différent pour son mari et pour son fils ?
D’autant que le livre consulté par Charlier à Florence est justement "Le Mummie", écrit par le professeur Gino Fornaciari, son principal adversaire à l'"authentification" du crâne. Fornaciari et Silvia Marinozzi, la coautrice du livre, expliquent dans ce livre l'histoire des procédés d'embaumement à l'époque médiévale et moderne. Pigray est en effet cité mais nullement pour préconiser une méthode sans ouverture du crâne. Tout au contraire la "Chirurgia" de Pigray (citée dans le livre) explique qu'il convient de vider les "trois ventres" (crâne, thorax et abdomen). Nulle part dans l'oeuvre de Pigray, il n'est question d'une autre méthode ("à l'italienne") sans ouverture du crâne. Charlier se trompe donc en affirmant le contraire. D'autre part Pigray n'a jamais mis les pieds en Italie, et son nom figure dans le procès verbal d'autopsie de Henri IV. Il ne s’est jamais inspiré d’un pseudo art italien pour l’embaumement. Selon Joël Cornette, "Le corps du Roi donne lieu à tout un cérémonial et la tradition est de scier le crâne, explique-t-il. Le chirurgien d'Henri IV, Jacques Guillemeau, décrit ce procédé d'embaumement avec ouverture du ventre supérieur [la tête, NDLR] en 1612, deux ans après la mort du roi. S'il y avait eu une exception, il l'aurait noté."

2) La tête « Bourdais » n’a pas le crâne scié et a conservé un reliquat de matière cérébrale. Or, le crâne de Henri IV, lui, avait été scié. Le témoignage, difficilement réfutable, de Dom Druon, indique bien que "le cadavre avait le crâne scié, et contenait à la place de la cervelle, qui en avait été ôtée, de l'étoupe...". Ce que confirme Alexandre Lenoir, lui-même présent : « Ce cadavre, considéré comme momie sèche, avait le crâne sciée et contenait à la place de la cervelle, qui en avait été ôtée, de l’étoupe enduite d’une liqueur extraite d’aromates, qui répandait encore une odeur tellement forte qu’il était presque impossible de la supporter. » Ce constat est également appuyé par le témoignage de l’officier de la Garde nationale Tinthouin.


Gravure d'Alexis Chataignier et d'Edme Bovinet, d'après Eustache-Hyacinthe Langlais, fin XVIII°s, ©️ BNF, cabinet des estampes


Dessin, "d'après nature" d'Alexandre Lenoir, tiré de son album. Année inconnue.
Musée du Louvre département des Arts graphiques, ©️ RMN

Il est très difficile de tirer une conclusion des dessin ci-dessus. Le premier n'a sans doute pas été réalisé par un témoin. Le second, si. On a l'impression que le sommet de la tête du roi est assez dégarni. Mais s'agit-il d'un crâne scié puis recousu ?

3) Le docteur Philippe Charlier a comparé le crâne au masque mortuaire du Vert galant. Sa conclusion : une correspondance parfaite. L'Italien Franco Ugo Rollo, professeur d'anthropologie physique et spécialiste des momies, n’en croit rien. "J'ai fait la comparaison en utilisant les clichés scannographiques publiés par le docteur Charlier [dans le British Medical Journal , NDLR] et, selon moi, il n'y a pas de correspondance entre la tête et le masque", explique-t-il. Lui qui étudié Otzi, la célèbre momie naturelle retrouvée dans un glacier en 1991, va plus loin encore : "Les sutures de la tête-Bourdais sont apparemment ouvertes. Il est plus probable que cette tête soit celle d'un homme âgé de 30 à 40 ans." Or, Henri IV est mort à 57 ans…

4) Si l’on peut juger que la superposition masque mortuaire de 1610 / profil tête « Bourdais » scannérisée est néanmoins impressionnante, la reconstitution faciale réalisée sur le modèle policier des portraits robots, elle, semble peu convaincante. Regardez bien les traits sur les portraits d'époque :
http://www.youtube.com/watch?v=SxqFewJU_Rs

Or avec la "reconstitution faciale" de la tête Bourdais.. :


©️ British Medical Journal (BMJ)

Les yeux sont trop rapprochés, la lèvre supérieure est trop charnue, la mâchoire est très large et l'on en fait une preuve. Or, aucun portrait du roi ne l'atteste. Ceux d'Henri de Navarre, jeune et imberbe, semblent montrer le contraire. Certains, de qualité et peu flatteurs, montrent même un menton assez fin.
Mais surtout le nez est beaucoup trop court. Son extrémité est à mi chemin entre le sommet et la lèvre supérieure. Or, TOUS les portraits d'Henri IV montrent la même chose : le bout du nez (fort long) du roi arrivait presque au niveau de la lèvre supérieure. Et on le voit très bien sur le masque mortuaire de 1610.
Cette reconstitution ne cadre guère avec ce que l'on connait du visage du monarque.

5) Tout ce qui a entouré le cadavre d'Henri IV s'est déroulé devant un vaste public. On ne voit pas à quel moment la tête aurait pu être enlevée... Aucune source écrite, jusqu'à la preuve du contraire, ne le mentionne ; aucun des témoignages dont nous disposons sur les journées des 12, 13 et 14 octobre ne permet de l'avancer... La seule hypothèse (mais l'histoire ne se fabrique pas avec des si ) serait que Lenoir ait dérobé la tête à un moment où le public était absent. Mais on ne voit pas quand, dans la mesure où la mise des cadavres dans la chaux vive a été faite, encore une fois, en public...

6) Nombreuses étaient les personnes masculines à avoir des trous aux oreilles à la fin du XVI°s. Ce n’était en rien propre à Henri IV. Avoir une mauvaise dentition non plus.

7) La fourchette du carbone 14 est ridiculement large (1450-1650). Il faut affiner la recherche des résultats. Car si l’on découvre que la fourchette se restreint sur le début ou la fin de la période…alors adieu Henri IV ! Un résultat affiné donnant 1450-1540 ou 1605-1650 fait s’écrouler la concordance. On ne peut donc rien déduire des résultats actuels.

Cool Jamais le compte-rendu de 1817 n’a parlé de trois squelettes décapités retrouvés lors des fouilles. C’est un abus d’interprétation du texte. Et dire que la tête de Henri IV n'était plus avec le corps est absurde puisque aucun corps n'était alors identifiable : il n'y avait plus qu'une bouillie d'ossements mélangés issus de dizaines de corps. Aucun texte de 1816 n'affirme que l'on aurait retrouvé un corps de Henri IV sans tête...et pour cause !
Mais surtout, il n'est pas expressément dit qu'il s'agissait de corps sans tête. Voici l'extrait du rapport de 1816 : " les ossements etoient tous en etat de dessication (...) et il etoit impossible d'y rien trouver entier (...) et dans l'ordre naturel, si (ne fut) les portions inférieures de trois corps gissant dans leur situation naturelle, en état complet de dessication comme tous les autres ossements, mais sans adherance au surplus du corps dont elles avoient ete séparées, par l'affaissement des terres".
Qu'est ce que les commissaires enquêteurs ont vu ? Que veut dire "portions inférieures" ? Et le "surplus du corps" ? Ne pourrait-il pas s'agir du bassin et des deux jambes ? Et du buste, séparé ? Le rapport n'a pas l'air de parler de corps sans tête. D'autant que les trois derniers mots semblent plutôt évoquer une coupure des restes par glissement de terrain ou fait naturel... Pour trois corps sans tête, il ne peut pas s'agir d'une frappe chirurgicale par "affaissement des terres". On penserait plutôt tout de suite à une décapitation ou à un rapt. Ce n'est pas ce que dit le rapport qui a plutôt l'air de donner un tout autre sens à "portions inférieures..."
En outre, les corps de Henri IV, Louis XIII et Louis XIV se trouvaient au fond de la fosse. On a précipité ensuite dessus des dizaines de corps. Imaginez plus de 20 ans après l'amas d'ossements dégagés : il est matériellement impossible que ces trois restes, écrasés, aient pu être repérés, détectés intacts sans avoir été mélangés aux autres restes. Dans ce mélange boueux (il pleuvait !) on retirait chaque os au fur et à mesure.
La découverte correspondrait plutôt à des restes trouvés à la surface du magma d'ossements, moins comprimés et mélangés qu'en dessous, en tout cas mieux repérables une fois légèrement dégagés au sommet du paquet d'os.

9°) De plus, l'inventaire de 1919 parle de deux crânes et d'une tête momifiée...
Or, les trois rois ont été retrouvés en 1793 momifiés et en bon état. Alors pourquoi seule la tête de Henri IV aurait-elle conservé cet aspect 100 plus tard et pas les deux autres...??????

A moins de considérer... que seule la tête de Henri IV n'a pas été sciée et que les deux autres restes ne seraient que les simples calottes crâniennes sciées, elles, de Louis XIII et de Louis XIV (elles se seraient moins bien conservées ?). Mais que disent les archives de Drouot ? Deux crânes entiers ou deux simples sommets de crânes sciés ?
On n’en sait rien…
Au fait, si Bourdais croyait sérieusement que les deux autres restes avaient appartenu à Louis XIII et à Louis XIV, pourquoi n'en parle-t-il plus ensuite ? Et que sont-ils devenus ?
Si l'on suit l'hypothèse du documentaire (non prouvée) que le lot venant de Nallet Poussin a comme origine un trafic d'Alexandre Lenoir, alors ce paquet d'ossements a une importance historique certaine !
Or, Bourdais ne dit pas ce qu'il en a fait ! Sa veuve non plus ? Les deux enquêteurs ne semblent pas s'être intéressés à cette question, pas plus qu'ils n'ont cherché à faire expertiser les restes du château d'Erbach, alors même que le comte actuel leur proposait de les leur prêter à cette fin, notamment pour une analyse ADN.

10) Philippe Delorme s'interroge également sur le fait que les généticiens n'aient pas été en mesure de "reconstituer une empreinte génétique complète", surtout sur un reste aussi bien conservé et d’une telle taille, couvert de peau, de poils, contenant encore des restes organiques. L’explication par le plomb irradiant est douteuse : "Aucune expérience sur le plomb n'a été faite qui conclurait qu'il altère l'ADN", note le très prudent Jean-Jacques Cassiman, généticien à l'université de Louvain, qui s’étonne de l’absence d’ADN.
Le professeur Gérard Lucotte, généticien réputé, a d’ailleurs déclaré, lors de la conférence de presse, que cet échec était "sidérant" "un fait unique dans l'histoire de l'ADN". Quant à trouver des éléments de comparaison, pour l'ADN mt, ce ne serait pas avec Marie de Médicis qu'il faudrait comparer, mais avec la lignée féminine de Jeanne d'Albret, mère du Vert Galant. D'autre part, il existe des "reliques" authentiques (ou authentifiables par recoupement) de Henri IV – notamment les restes de Pontoise et de Châteauroux) qui ont été étudiées justement par les généticiens dans le cadre de l'étude. Ont-ils de l'ADNmt exploitable ? Cela n’a pas été révélé.

Au total, 1/ La crâniotomie a dû avoir lieu en 1610. 2/ On n'a aucun document prouvant une "décapitation" en 1793. 3/ On ne sait rien de la provenance de la tête (celle qui est présentée aujourd'hui) achetée en 1919 par le brocanteur Bourdais 3 francs à l'hôtel Drouot. 4/ C'est d'ailleurs ce Bourdais qui a décrété (pris d'une inspiration divine ) que c'était la tête de Henri IV... Pourquoi pas celle de César ou de Napoléon ?
Trop d’indices s’opposent à faire coïncider la tête Bourdais avec un hypothétique crâne du roi Henri IV…qui se trouve vraisemblablement au milieu des restes de l’ossuaire de Saint-Denis.

........................................................................................................................................................................

- Site facebook de Philippe Delorme : Philippe Delorme, Une autre Histoire
http://www.facebook.com/pages/Une-autre-Histoire-avec-Philippe-Delorme/229223613710
- Les doutes du professeur Fornaciari dans le BMJ:
http://www.bmj.com/content/342/bmj.d293.full?ijkey=c5faeedf83805a24084534ac4a0efe875e36d1fb&keytype2=tf_ipsecsha
- Les doutes de Joël Cornette sur le site du magazine L'Histoire:
http://www.histoire.presse.fr/content/2_articles_alaune/article?id=14060

(Prochain épisode : la riposte des partisans de l'authenticité : bounce )

.


Dernière édition par Alexandre Lenoir le Lun 25 Avr - 19:16, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 30 Mar - 20:04

III – La réplique des partisans de l’authenticité

1) Le docteur Charlier a répondu que l’enquête sur l'ADN a été réalisée par deux des meilleurs laboratoires mondiaux, habitués à travailler sur les ADN archéologiques. Il s'agit d'un ADN ancien probablement contaminé. Si les laboratoires n'ont pas trouvé d'ADN, c'est qu'il n'y en a pas.

2) Le docteur Charlier récuse fermement les propos du professeur Rollo sur l’âge du défunt : " les sutures sont largement fermées et on observe des lésions d'arthrose et de cataracte, signes de sénescence." Il confirme la tranche d’âge 50-60 ans.

3) Les analyses toxicologiques des reliques de Pontoise (poils et pouce appartenant censément à Henri IV) et de la momie montrent que ces restes ont été conservés dans le même contenant de plomb. Tout ça constitue déjà "un luxe en ostéo-archéologie", dixit le docteur Charlier. Les opposants à l’authenticité ont d’ailleurs été incapables de contrer cet argument.

4) Les critiques du professeur Rollo sur la comparaison crâne scannérisé / masque mortuaire reposaient sur une superposition incomplète qui a depuis été perfectionnée par le Dr Charlier. Le document présenté ci-dessus au I – 8 présente le dernier état, avec une coïncidence rigoureuse.


5) Sur le crâne scié :
On a principalement des témoignages de l’ancien bénédictin Dom Druon, du futur conservateur du patrimoine Alexandre Lenoir (il n’était alors qu’un garde d’un dépôt d’œuvres d’art, futur Musée des Monuments Français), d’un autre ancien religieux de Saint-Denis, Dom Laforcade, de l’abbé de Verneuil et de Tinthouin, officier de la garde nationale.
Or, la lecture des différents récits, met en lumière de sérieux doutes quant à leur fidélité (« Note sur les exhumations », rapport inédit de Bruno Galland, directeur scientifique des Archives nationales, site de Paris - 2010).
En effet, la plupart des rédacteurs n’ont fait que reproduire des années plus tard, à l’identique et mot pour mot, le récit de Dom Druon, le seul écrit in situ, le « Journal historique de l’extraction des cercueils royaux de l’abbaye de Saint-Denis » qui n’est d’ailleurs sans doute lui-même que la mise au net ou le développement du récit du commissaire Dom Poirier (ce qu’affirma, en 1817, Alexandre Lenoir). Les archives de Dom Poirier ayant brûlé lors de l’incendie de la bibliothèque de Saint-Germain des Prés en 1794, il n’existe donc pas de documents attribués à Poirier, autre que la très sèche relation qu'il a présentée à la Commission des monuments et qui n'entre pas dans le détail de l’exhumation des corps.
C’est donc le texte de Dom Druon qui est le récit de base. Or, le texte d’origine ne mentionne pas de crâne scié. De tous les témoins présents à Saint-Denis en 1793, seuls deux (Tinthouin et Alexandre Lenoir) ont écrit qu’à l’ouverture de son cercueil, Henri IV avait « le crâne scié et contenait à la place de la cervelle, qui en avait été ôtée, de l’étoupe enduite d’une liqueur extraites d’aromates, qui répandait une odeur tellement forte qu’il était presque impossible de la supporter ». Après une analyse des textes originaux, on peut d’abord noter que deux témoins ont recopié mot pour mot le fameux « Journal (le plus ancien, celui de Dom Druon) d’extraction des cercueils de l’abbaye de Saint-Denis » mais en y ajoutant quelques détails, comme la partie consacrée au crâne scié d’Henri IV. Ces deux textes en question étant exactement les mêmes, l’un des auteurs a donc rajouté ce détail dans son témoignage, que l’autre a repris textuellement par la suite. Quel que soit l’auteur d’origine, il suffit donc que l’un ait commis une erreur pour que l’autre recopie cette même erreur !

On remarque ensuite que les témoins ont rédigé leur texte des années après les faits, rendant les souvenirs lointains et incertains. Nous ne connaissons pas la date précise de rédaction du rapport de Tinthouin bien qu’il soit postérieur aux exhumations. Quant à Lenoir, il le publie en 1801 (Notes historiques sur les exhumations faites en 1793 dans l’abbaye de Saint-Denis, dans « Le Musée des monuments français », Paris). L’auteur de l’anecdote du « crâne scié » a sans doute commis une erreur en rédigeant son témoignage longtemps après les faits, ayant vu passer devant lui tous les rois avec un crâne scié. Il a prêté à Henri IV ce qu’il a vu chez une majorité d’autres. Il a pu aussi en rajouter par pittoresque, Lenoir étant coutumier du fait.

6) Il n’existe aucun ouvrage contemporain de la mort du roi, en 1610, précisant le sort réservé au cerveau durant l’embaumement du corps et permettant de confirmer formellement le « témoignage » Lenoir de 1801. Par ailleurs, et contrairement à ce que l’on croyait jusqu’alors, la pratique de la craniotomie n’était pas systématique à la cour de France, y compris pour les membres de la famille royale, à l’instar d’Anne d’Autriche ou d’Henriette d’Angleterre (pour laquelle Louis XIV avait expressément demandé de ne pas ouvrir le crâne). Et l’on n’a aucune preuve pour Louis XIII.

7) Philippe Charlier, le médecin légiste, a dirigé l'équipe de 20 spécialistes français, danois, italiens et américains, à l'origine de la découverte, défend ses conclusions bec et ongles. Correspondances anatomiques (âge, sexe, cicatrice, naevus à l'aile du nez, trou de boucle d'oreille), analyses toxicologiques, scanners, superpositions faciales, ont été systématiquement recoupés par des recherches historiques. "Entre 30 preuves scientifiques qui s'accumulent les unes aux autres sans aucune preuve scientifique contradictoire, le tout validé par un comité de lecture international, et une vieille archive (la mention au crâne sciée) dont on ne sait pas trop comment elle a été écrite, il y a juste deux poids et deux mesures", s'indigne le journaliste Stéphane Gabet, à l’origine de la redécouverte de la tête.

........................................................................................................................................................................
Sur le site du magazine l'Histoire :
- Pourquoi la tête d'Henri IV a-t-elle été authentifiée à 99,9% ? Par Stéphane Gabet , Pierre Belet , Jean-Pierre Babelon :
http://histoire.presse.fr/content/2_articles/article?id=14216
- La réponse de Philippe Charlier,Jean-Pierre Babelon, et Bruno Galland, à Fornaciari :
http://www.bmj.com/content/342/bmj.d301.full.html?ijkey=30Lh9gw8gOz9mz0&keytype=ref

study


Dernière édition par Alexandre Lenoir le Mer 30 Mar - 21:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 30 Mar - 20:06

IV – Dernières nouvelles…

- Le film des deux journalistes ayant retrouvé la tête Bourdais a été diffusé le dimanche 13 mars sur France 5. Il est aussi sorti en dvd.
http://www.info-histoire.com/actualite/media/5530/le-mystere-de-la-tete-henri-iv-dimanche-13-mars-sur-france-5/
http://boutique.francetv.com/dvd-blu-ray/documentaires/histoire-civilisation/le-mystere-de-la-tete-d-henri-iv.html

- Philippe Charlier et Philippe Delorme préparent chacun un ouvrage pour défendre leurs positions respectives.

- Philippe Charlier a néanmoins accepté que les résultats de l’expertise au carbone 14 soit relus et de nouveau analysés par ses collègues italiens.
- Un étrange document, une archive de 1937, suggère qu’Emma-Nallet Poussin aurait reçu la tête de son mari qui la détenait lui-même d’un commandant (Lautin)…l’ayant ramené de Tahiti !!!
http://www.google.fr/#q=nallet-poussin& ... 2695e912fb

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linceul royal
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Ven 1 Avr - 11:50

Ce rappel des positions des uns et des autres depuis la conférence de presse du 16 décembre 2010 est en effet fort utile pour que chacun puisse se faire son opinion.
A vous, chers amis, de les commenter pour faire avancer le débat, en y apportant le cas échéant des informations ou connaissances nouvelles !

Je me permets d'ajouter un argument présenté par Joël Cornette dans son article sur le site de l'Histoire (cité plus haut par Alexandre Lenoir) :
la bouche est grande ouverte, alors que la momie de Henri IV avait en 1793 la bouche fermée. Or, la momification se serait faite la bouche ouverte sur la tête Bourdais.
L'idée est intéressante mais demanderait à être contrôlée et vérifiée. Car on observe la peau arrachée du côté de la joue gauche (il n'y en a même plus du tout !) et l'on voit des plissement suspects sur le profil droit, comme si l'ensemble avait été tiré. Or, des profanateurs ont bien forcé la mâchoire de Henri IV en octobre 1793 pour en extraire des dents. Je ne sais trop que penser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
Suger

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 37
Localisation : Hong Kong

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 27 Avr - 15:45

Sujet si habilement et exhaustivement traité qu'il est difficile d'en dire davantage ; j'attends avec grand intérêt la publication des ouvrages aux thèses opposées. Cela sera des plus passionnants. Et alors peut-être aurai-je l'impression de pouvoir "en dire plus" que ce qui n'est déjà dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mar 10 Mai - 18:45

Selon des dernières trouvailles (mais en phase de vérification) sur lesquelles je dirai quelques mots prochainement, il apparait qu'Alexandre Lenoir a peut-être connu le grand-père d'Emma-Nallet Poussin, un peintre lui aussi. En tous les cas, il connaissait une partie de l'oeuvre de cet artiste. Ce dernier aurait aussi croisé avant la Révolution Petit-Radel, architecte qui s'est emparé des coeurs royaux en 1793. Il en a donné à ses amis Saint-Martin et Martin Drolling pour faire de la "mummie" c'est à dire une matière fournissant un glacis merveilleux aux tableaux.
Mais la piste Petit-Radel est trop faible. Quant à la première, rien ne la prouve pour l'instant d'autant que dans les milieux artistiques de la fin de l'Ancien Régime et de la Révolution, tout le monde se connaissait... Ce n'est pas (en l'état actuel de la piste) une preuve en soi ni même un indice.
Mais il faut creuser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain ROGER-RAVILY

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 03/05/2011
Age : 70
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 11 Mai - 5:53

Oui, mais si cela ne constitue pas une preuve supplémentaire, cela ne confirme en rien le contraire.
Cela ne contredit pas la thèse que la tête soit authentique.

On perd uniquement une preuve complémentaire mais cela n'altère en rien le reste des présomptions concordantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 11 Mai - 13:37

En effet. Mais l'absence d'ADN constitue tout de même un manque ; les tests positifs auraient réglé la question et il n'y aurait plus de polémique aujourd'hui.
Le docteur Charlier a donc dû trouver des éléments scientifiques "hors ADN", ce qui n'était pas gagné d'avance. D'ailleurs, j'avoue être resté très sceptique jusqu'à ce que les analyses de plomb apportent des résultats étonnants.
Reste une question que je ne cesse de me poser : comment ce plomb du cercueil a pu se retrouver sur la momie alors que le corps était dans un tissu lui-même entouré de bandelettes ? A aucun moment le corps n'a pu se retrouver en contact avec le plomb... et pourtant il y en a !


L'intérêt, au-delà de l'expérience scientifique, est de trouver une traçabilité historique sur deux axes :
1) Comment diable Bourdais a-t-il pu se mettre en tête qu'il s'agissait de la tête d'Henri IV et non pas de la tête de X ou de Y. Sa brochure n'est en rien explicite et le mystère demeure.

2) Et surtout quelle trajectoire a subie la tête durant 120 ans ??? La redécouverte en 1919 relevait de l'improbable. Et c'est un cas où l'hypothèse fantaisiste d'un original nommé Bourdais (dont la brochure est parfois délirante) deviendrait réalité. L'histoire n'est assurément pas banale.
Ce n'est en rien anecdotique dans la mesure où cette connaissance nous permettrait de découvrir les filières de reliques et le sort d'autres restes royaux après 1793...sans compter le rôle de certaines personnalités éminentes dans ce genre de trafic.

D'ordinaire, dans ce genre d'enquête, c'est la science qui au dernier moment vient valider les recherches des historiens.
Ici, c'est partiellement l'inverse. On court un peu après l'Histoire pour être sûr à 99% que la science, sans ADN, ne se trompe pas et que le faisceau d'indices est suffisant. Mais c'est ce qui rend le cas passionnant.
D'ailleurs, les deux journalistes découvreurs et le Dr Charlier sont bien sur cette position : il faut maintenant savoir ce qui s'est passé entre 1793 et 1919.
De ce point de vue, Emma Nallet-Poussin est le personnage clé.


On peut lire utilement le point sur cet aspect du mystère :
http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t128-la-tete-henri-iv-bourdais-ou-etait-elle-entre-1793-et-1919#293

.


Dernière édition par Alexandre Lenoir le Dim 12 Juin - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alain ROGER-RAVILY

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 03/05/2011
Age : 70
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 11 Mai - 14:13

La technique du faisceau d'indices appelle effectivement à réunir tous les éléments concordants dont l'oreille percée n'est sûrement pas le moindre.
La découverte de Nicole Garnier est du plus grand intérêt.
Mais ce qui est troublant c'est l'absence totale d'éléments contredisant la possibilité que la tête soit authentiquement celle du roi Henri.
On ne pourra prouver que la possibilité d'un lien de personnes, mais on imagine mal des témoignages autre que des actes notariés, par exemple, attestant d'une cession de bien entre eux.

Les éléments de momification florentine, si extravagante pour un roi de France, l'oreille percée, qui, sans la gravure paraissait incongrue, montrent bien que des indices concordants peuvent amener
à conclure sans ADN. Cette dernière technique est inattaquable cela ne veut pas dire que l'on ne puisse s'en passer.

Pour ma part j'ai jugé les conclusions de l'enquête satisfaisante en l'état. Comme cela a été écrit ici même, le "cousinage" entre les acteurs du temps ne montreraient qu'un passage de la propriété de la tête a pu se faire par là.
C'est important, cela ne peut être non plus la seule pièce probante.

C'est la concordance d'éléments qui n'ont rien à voir entre eux et qui convergent vers la même possible authenticité qui parait le mieux établir la réalité de cette découverte. Comme l'absence d'éléments les contrariant qui amène à penser que cette tête est la bonne.

Laissons la parole aux veritables experts.

Notamment pour connaître les conditions de propagation du plomb, métal mou qui imprégne les objets confinés dans les cercueils.
On sait que le plomb diffuse dans l'eau des conduites, en quelques heures si l'eau n'a pas circulé. Sans doute que la diffuson altére tout ce que contiennent les cercueils au bout de plusieurs siècles.

J'avais cru comprendre que seul un journaliste pseudo historien avait émis des doutes au vue des expeertises réalisées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Mer 11 Mai - 15:31

Je dirais que, pris isolément, ces indices ne sont pas forcément probants. Après tout, à la fin du XVI° siècle, les princes avaient souvent les deux oreilles percées. La blessure recalcifiée virtuellement attribuée à l'attentat de Chatel est troublante (d'autant que la durée estimée de la trace de recalcification coïncide assez bien) mais est bien au-dessus de la lèvre...
Mais il est vrai que mis bout à bout...

En tout cas, le plomb, lui, est un argument très solide ! L'isotope individualisé est un excellent indicateur.
Une collègue enseignant la physique et la chimie m'a expliqué que le plomb ne pourrait en aucun cas se déplacer seul à sec ni irradier, mais que l'humidité à l'intérieur du cercueil, même minime, pourrait imprégner le corps facilement. Elle a évoqué comme cause possible de cette humidité les produits d'embaumement.
Cette explication me semble parfaitement convaincante. Sauf que la méthode de Pigray visait justement à l'embaumer en le desséchant totalement (c'est pourquoi on a retrouvé sur le cou les fameuses traces de carbone). C'est donc un corps à la peau sèche qui aurait théoriquement été placé dans le cercueil de plomb. Je dis théoriquement, car un corps ne peut se dessécher en totalité sur un délai aussi bref.
Et qui sait si des produits d'embaumement n'ont pas, EN PLUS, été placés en certaines zones, sans être généralisées ? C'est bien ce que faisaient les anciens Egyptiens...et pourtant leurs momies étaient sèches.
Ce qui expliquerait la présence de plomb sur la tête et le pouce.

Je pense en revanche que le Dr Charlier aurait dû être plus prudent sur la question de "l'art des Italiens". C'est d'ailleurs là dessus que la polémique a éclaté et certains ne l'ont pas loupé. De grands spécialistes italiens affirment que cet art n'a jamais existé chez les Médicis et que l'on trouve environ 20% de crânes sciés dans la famille. Il n'y avait donc pas un "art" systématique.
Les princes arragonnais du Sud de l'Italie, eux, avaient au contraire le crâne systématiquement sciés.
En vérité, il convient se méfier des mots (surtout qu'ici, invoquer Lamartine était léger) et retourner aux seuls faits. On ne sait pas pourquoi les uns ou les autres avaient des traitement différents.
Tout dépendait des circonstances du moment. Un proche, une épouse, pouvaient demander à ce que le visage ou la tête ne soit pas abimé par une telle intervention, étant bouleversé par la disparition du défunt.
Marie de Médicis, toute à son chagrin, a parfaitement pu demander aux chirurgiens de ne pas "cuisiner davantage son pauvre époux qui avait déjà reçu plusieurs coups de poignards... Ce n'est qu'une hypothèse, certes, mais l'inverse n'est pas prouvable non plus. D'autant que l'on ouvrait la tête systématiquement pour connaître les causes d'un décès indéterminées. Or, ici elles étaient évidentes...ce n'était donc pas utile.
L'aurait-ce été par contre pour un embaumement ? Oui, sauf intervention d'un proche ; et en Italie du Nord on s'en passait, le reste de l'éviscération étant jugé suffisant.
Aurait-on pu se contenter de faire des trous à l'arrière ... ? Là aussi, tout dépend s'il y a eu une intervention de la reine. On ne le saura jamais.

A noter aussi que Louis XIII, lui, n'a sans doute pas eu le crâne scié. Louis XIV, si.

http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t18-rapport-d-autopsie-de-louis-xiii-y-a-t-il-eu-sciage-du-crane

.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 28 Mai - 13:23

Le film de Stéphane Gabet et Pierre Belet sur la tête Bourdet / d'Henri IV est enfin disponible sur le net.
( On peut aussi l'acheter en DVD :
http://www.boutiquesdemusees.fr/fr/boutique/produits/details/2348-dvd-video-le-mystere-de-la-tete-henri-iv.html )

Mais avant de vous le présenter, voici, pour vous mettre en appétit, l'extrait du "Secret d'Histoire" présenté par Stéphane Bern sur Henri IV, du mois d'août 2009. A l'époque, la "tête Bourdais" n'avait pas encore été retrouvée.
L'extrait pose bien l'enjeu du mystère :
(Attention, le sujet commence vraiment à 1 minute et 15 secondes après le début de la vidéo)





Et maintenant, un an et demi après... et une tête de plus de retrouvée, voici le film de Stéphane Gabet et Pierre Belet, les découvreurs de la tête momifiée :

LE MYSTERE DE LA TETE D'HENRI IV
















king


Dernière édition par Alexandre Lenoir le Mer 1 Juin - 18:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1426
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 47
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 28 Mai - 17:36


Cher ALEXANDRE merci pour ces vidéo très intéressantes mais aussi interpellante quand à la tète présumée d’Henri IV ce document est vraiment très bien fait .

amitié
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linceul royal
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 4 Juin - 13:06

.
L'emplacement de la blessure de Jean Châtelet confirmée sur la tête d'Henri IV ?

Est-ce une découverte ? Il faudrait voir le tableau lui-même, pour en être sûr.

La peinture anonyme du début du XVII° s " Portrait d'Henri IV en cuirasse et panache blanc", aujourd'hui au château de Versailles, semble présenter un détail qui aurait jusqu'à aujourd'hui échappé à tous les observateurs.
Si ce détail était confirmé, il irait dans le sens de l'authenticité de la "tête Bourdais" comme véritable tête d'Henri IV.


L'un des arguments du docteur Charlier était la blessure recalcifiée trouvée au niveau de l’hémimaxillaire supérieur gauche (mis à nu par un défaut cutané en regard), reste visible de la cicatrice osseuse du traumatisme infligé par Jean Châtel lors de sa tentative d’assassinat du 27 décembre 1594 par arme blanche.


Or, le seul récit de l'attentat relate que le roi avait été blessé à la lèvre et avait perdu une dent. Ce qui permettait d'avoir un doute car la blessure de la tête Bourdais est légèrement au dessus de la dentition. Seule information allant dans le sens de l'authenticité : la durée de recalcification du trou correspondrait à une quinzaine d'année, ce qui coïncide bien (27 décembre 1594 - 14 mai 1610).
Mais quid de l'emplacement exact ?

Or, la peinture de Versailles présente un détail étrange. J'ai eu beau l'examiner avec une loupe sur la couverture de la dernière édition du livre de J.P. Babelon, je n'en suis pas absolument certain ; mais on distingue une sorte de triangle, ou plus sûrement losange, qui imiterait une morsure. A voir de plus près, il ne semble pas que ça soit une craquelure du tableau mais bien une délimitation réalisée par le peintre lui-même.


Il faudrait vérifier sur place, au château de Versailles.
Car si cet élément est confirmé, il aurait une importance fondamentale : la trace correspond exactement à la blessure recalcifiée de la tête Bourdais ! Ce qui voudrait dire que le coup de Châtel serait tombé verticalement, frappant le roi d'estoc à l'hémimaxilliaire supérieur, puis aurait ripé jusqu'à la lèvre supérieure gauche. Châtel, qui voulait frappé le roi au cou, a loupé la trajectoire car le roi s'est abaissé à cet instant pour relever un courtisan. En revanche, le fait qu'une dent ait été cassée prouve que le poing de Châtel a dû finir dans la figure du roi, étant donnée la brutalité du trait, et que ce n'est pas forcément la lame qui en est la cause. D'ailleurs, le roi n'a pas réagi sur le moment comme s'il avait reçu un coup de couteau, mais plutôt comme s'il avait reçu un gros soufflet ou un violent coup de coude . Je renvoie à l'extrait de l'ouvrage de Babelon :
" La foule se fend pour laisser passer deux gentilshommes qui viennent saluer le roi, MM. de Ragny et de Montigny. Montigny plie le genou, Henri se baisse pour le relever. Un geste furtif, un léger bruit, comme un soufflet, et le roi s'est redressé, invectivant contre sa folle Mathurine pour lui avoir donné cette chiquenaude. Mais le sang coule de sa bouche. Montigny surpris jette un regard circulaire et aperçoit l'étudiant (Châtel) : ''C'est vous ou moi qui avons blessé le roi.'' On se jette sur l'inconnu, on trouve le couteau ensanglanté à ses pieds ..."
Le roi a été pansé, un emplâtre a été posé.

Si le portrait du roi à Versailles représente bien cette blessure cicatrisée, ce sera une découverte capitale car ce détail coïncide parfaitement avec la blessure repérée dans l'os de la tête momifiée.
Il faudrait vérifier sur place qu'il ne s'agit pas des hasards picturaux de la composition et que le peintre à bien chercher à circonvenir une zone pour délimiter une blessure. On ne pourra l'analyser que de très près.

Ce portrait doit se trouver dans les salles de peinture du XVII°s au palais de Versailles.
Si l'un de nos amis passe par là... (???) Appel aux bonnes volontés pour confirmer ou infirmer !

.


Dernière édition par Linceul royal le Lun 13 Juin - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
Alain ROGER-RAVILY

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 03/05/2011
Age : 70
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Dim 5 Juin - 8:38

Les salles du XVII° du premier étage sont invisibles depuis des années, et celles du rez de chaussée étaient fermées lors de ma dernière visite courant mai.
En effet, la galerie d'introduction du château de Versailles doit s'y installer et j'ai bien peur que cela ne soit donc déjà commencé.
A mon avis le tableau sera invisible pendant longtemps.
Je vous invite à faire un courrier aux conservateurs, particulièrement à Nicolas Milovanovic, qui se montre trés accesible, et à lui soumettre par écrit votre question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suger

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 37
Localisation : Hong Kong

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 11 Juin - 4:30

La qualité de ma connexion internet étant assez mauvaise je n'ai qu'avec peine pu visionner pour l'instant que la moitié des vidéos.

Mais dors et déjà un élément qui me choque beaucoup dans leur reportage (1ère vidéo) : lorsque l'on prétend que trois corps dont la partie supérieure est manquante signifie nécessairement trois corps dont la tête seule manque !! Et à quoi correspond le buste dans son ensemble alors ? A une partie inférieure du corps à peu près à même hauteur que les pieds ???!?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Dim 12 Juin - 21:35


Il est vrai, monsieur l'abbé, que cet extrait du rapport d'exhumation de 1817 est presque impossible à interpréter, ou alors on peut le faire dans tous les sens.
Je crois qu'il faut détacher la question de l'authenticité de la tête momifiée de celle des prétendus corps décapités.
Car quand bien même trois corps décapités auraient été retrouvés, il est impossible de dire qu'il s'agissait de ceux reposant tout au fond de la fosse (là où Henri IV avait été jeté, en premier). C'est même improbable car détecter les ossements d'un corps écrasés sous d'autres cadavres 25 ans après et repérer l'emplacement de leur tête aurait relevé du tour de force.
On ne saura sans doute jamais ce que les enquêteurs de la Restauration ont vu exactement.


Nouvelle page sur le destin hypothétique et mystérieux de la tête entre 1793 et 1919 :
http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t128-la-tete-henri-iv-bourdais-ou-etait-elle-entre-1793-et-1919#293
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 2 Juil - 12:13

Article de Frédéric Lewino paru dans le Point du 22 juin 2011 (avec video explicative du docteur Charlier)

On y apprend que l'Élysée songerait à organiser une inhumation de la précieuse relique à la basilique de Saint-Denis, avec les honneurs dus à un chef d'État. En attendant, c'est un ingénieur géomètre topographe nommé Stéphane Varéa qui a réalisé une reproduction du visage virtuel par scannographe . Le but étant de fixer de façon quasi éternelle l'image de cette tête, car elle est promise à tomber en poussière dans son futur tombeau, selon Philippe Charlier...

S'il s'agit bien de la tête d'Henri IV, cette dernière déclaration est pour le moins désinvolte ! Cette tête momifiée s'est relativement bien conservée durant deux siècles en ayant subi bien des aléas. Et il faudrait qu'on la réinhume dignement pour qu'elle se détruise ! Et que l'on accepte cela avec placidité !
Il existe des contenants modernes scientifiquement hermétiques pouvant préserver parfaitement de l'humidité ! Et avant de parler d'une réinhumation à St Denis, il aurait peut-être fallu songer à trouver les matières adéquates et les isolants pour réaliser ce coffre !
Espérons que ces déclarations très légères ne sont qu'une maladresse de Charlier.

www.lepoint.fr/science/c-est-bien-la-tete-d-henri-iv-22-06-2011-1344645_25.php+%22tete+d%27henri+iv%22&cd=4&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&source=www.google.fr" target="_blank" rel="nofollow">http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:4g80lEbI4oIJ:www.lepoint.fr/science/c-est-bien-la-tete-d-henri-iv-22-06-2011-1344645_25.php+%22tete+d%27henri+iv%22&cd=4&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&source=www.google.fr

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linceul royal
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 2 Juil - 12:39

Oui, j'avais vu cela.

En tout cas, le doctorant Thomas Delvaux, qui partage le point de vue de Philippe Delorme, n'a pas tardé à réagir pour attaquer la pseudo-rigueur scientifique des découvreurs de la tête Bourdais.
Il met le doigt sur la légèreté de la partie historique de l'enquête, avec beaucoup de pertinence.

http://www.morinie.com/J&E_5.pdf

On sera toutefois plus réservé sur deux points :
1) La question du crâne scié. La source Lenoir semble très fragile car il s'agit d'un ajout tardif. On peut même se demander s'il n'y a pas eu confusion, des années plus tard, avec la tête de Louis XIV (qui fut jeté sur le corps de Henri IV dans la fosse commune et qui avait le crâne scié et recousu - ce qui n'était pas le cas de Louis XIII)
Dom Poirier n'a jamais écrit qu'Henri IV avait eu le crâne découpé.
(voir 3° page de la réplique de Gabet/Belet/Babelon)
http://www.histoire.presse.fr/content/2_articles_alaune/article?id=14216#titre


2) Thomas Delvaux s'appuie sur un extrait du livre de Joël Cornette Henri IV à Saint-Denis.
Aucune mention n'est laissée aux travaux de Joël Cornette lequel donne une description précise du traitement infligé au corps du roi : "débarrassé de tous les organes putrescibles, y compris la langue et les yeux, le cadavre fut d’abord lavé à l’aide de vin balsamique contenant du girofle, des roses, du citron, de l’orange, de la coloquinte, du styrax et du benjoin. Des boules de coton vinrent obturer la bouche, les yeux, le nez et les oreilles.
On enveloppa ensuite le corps dans de la toile cirée avant de le remplir de différents baumes […] : écorces de cyprès, lavande, thym, sauge, romarin, sel, poivre, absinthe, benjoin, styrax, myrrhe, origan, cannelle, aneth, clous de girofle, écorces de citron, anis et encens".
Il est particulièrement étrange que l'on ne retrouve aucun de ces éléments. Comment expliquer que l'imprégnation soit si faible qu'il n'en reste rien sur l'ensemble du matériel organique présent ?

Je m'étais moi aussi laissé prendre par cet extrait pour récuser d'emblée les conclusions de Charlier. Or il ne vient nullement d'un rapport d'embaumement, mais d'un traité de Louis Pénicher de la fin du XVII°s (1699 et non pas 1649 comme l'écrit Delvaux). Il ne s'agit donc pas de Henri IV...

Prudence...

Il est en revanche dommage, comme le souligne Delvaux, de ne pas avoir fait expertiser les reliques possédées par le comte d'Erbach. D'autant que celui-ci était demandeur ! Aux dernières nouvelles, il serait très dépité d'avoir été délaissé par les deux journalistes redécouvreurs de la tête Bourdais. On le comprend...


Rolling Eyes


Dernière édition par Linceul royal le Sam 2 Juil - 13:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 2 Juil - 12:52

Certes, cher Linceul Royal.
Mais les arguments de Delvaux me semblent plus intéressants sur le plan historique que sur le plan scientifique.
C'est bien pour cela que nous nous sommes demandés dans le sujet voisin ce qu'avait bien pu devenir la tête entre 1793 et 1919.
C'est toute la question Emma Nallet-Poussin. Ce peintre est la clé d'aval qui seule peut nous mener vers l'amont.

A noter que Philippe Charlier vient de mettre en ligne une synthèse de ses travaux sur la question (embaumement avec ou sans crâne scié ?) :
http://www.larevuedupraticien.fr/images/stories/MemMed_2011_rdp6_henri4_long.pdf

Bonne lecture !


Superposition du masque mortuaire d'Henri IV et de la "tête Bourdais" (dite tête d'Henri IV)
Parfaite, selon le docteur Charlier.



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linceul royal
Admin
avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 9 Fév - 21:49

Décembre 2012 : l'ADN a parlé :
La tête a bien le même ADN que l'ADN de Louis XVI

Janvier 2013 : la tête d'Henri IV est reconstituée à partir du crâne :

http://www.francetvinfo.fr/video-henri-iv-le-visage-d-un-roi_247869.html

http://www.francetvinfo.fr/video-henri-iv-le-visage-d-un-roi_247869.html

http://bcove.me/7nohwqzy

.


Dernière édition par Linceul royal le Sam 2 Mar - 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1426
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 47
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    Sam 9 Fév - 22:33


Que voila une bonne nouvelle en tout cas merci pour ce reportage vidéo maintenant il est a souhaiter que la tête du roi rejoigne la basilique pour un dernier repos au près des restes des membres de sa famille.Il n'y a pu que a comprendre comment quelqu'un pu s'emparer de la tête sans que les conventionnelles s'en aperçoivent.
Mais aussi, nous savons a coup sur maintenant qu'il y a possibilité d’identifier le corps de Louis XVI pour lever définitivement le doute sur son authenticité grâce au sang du mouchoir.


Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mystère de la tête de Henri IV (?)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mystère de la tête de Henri IV (?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Message de Jésus via Henri de Belgique 5 fév.2008
» Un mystère du diamant Hope résolu
» CHARPENTIER Henri-François-Marie - Comte et général .
» RIVIERE,Henri,Laurent.Capitaine de Vaisseau.
» Saint Henri II Empereur d'Allemagne, commentaire du jour "Jésus se mit à faire des reproches aux villes où..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: LE SORT DES RESTES ROYAUX ET PRINCIERS, DE LA REVOLUTION A NOS JOURS :: Inventaire des restes royaux dispersés ( à / hors de Saint-Denis)-
Sauter vers: