Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 La momie de Louis XIV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 50
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: La momie de Louis XIV   Sam 30 Avr - 15:24

.
La momie de Louis XIV
(profanation des sépultures royales du lundi 14 octobre 1793)


Louis XIV, roi de France, esquisse préparatoire à son buste en cire, par Benoist


Après avoir ouvert le caveau des Bourbons et découvert les dizaines de cercueils disposés sur des tréteaux, le samedi 12 octobre 1793, les ouvriers firent relâche le dimanche et repassèrent à l'attaque le lundi.*
Ce jour là, après avoir déjeuné, on reprit les profanations vers 3 h de l'après midi.

On jeta d'abord le corps d'Henri IV, déjà sorti de la crypte le samedi, au fond de la fosse commune.
On ouvrit ensuite les cercueils de :
Louis XIII, Louis XIV, Marie de Médicis, Anne d'Autriche, Marie Thérèse, du Grand Dauphin.
Tous furent précipités dans la fosse.

Attardons-nous ici sur le corps de Louis XIV, « ce roi si fameux par l’obéissance que les nations lui portaient. »

On déplaça sa bière en plomb, et sur une plaque de cuivre portant les armes de France et de Navarre, entourées du collier de Saint-Michel et du cordon du Saint-Esprit, on put lire à la lueur sinistre des torches :

« ICI EST LE CORPS DE LOUIS 14,
PAR LA GRACE DE DIEU ROY DE FRANCE ET DE NAVARRE, TRES CHRETIEN ;
DECEDE EN SON CHATEAU DE VERSAILLES
LE PREMIER JOUR DE SEPTEMBRE 1715
RESQUIESCAT IN PACE »

Les ouvriers et les révolutionnaires les guidant firent alors sauter le couvercle du sarcophage en plomb en le forçant. Et, comme pour Henri IV, quelle ne fut pas leur surprise !
Le Roi Soleil était là. On ne percevait au début qu’une forme, un suaire tenu par des bandelettes recouvrant le corps.

En tout cas, le constat est unanime : il s’agit d’un corps de grande taille [ ce qui de nouveau met à mal la légende colportée au XX°s. d’un Louis XIV de taille médiocre. ]


On souleva alors le suaire, et le visage du Grand roi apparut.


Louis XIV, roi de France, à l'âge de 68 ans, en 1706,
buste en cire et véritable perruque (brune à l'origine) portée par le roi, par Benoist.
Cette cire peut donner une idée de l'impressionnant visage
que contemplèrent, interdits, les profanateurs le lundi 14 octobre 1793.

Première surprise : il est très bien conservé, mais la peau est « noire comme de l’encre ». La face ressemble à un masque de cuir.
La tête est sciée mais cela ne se voit immédiatement, la calotte crânienne ayant été recousue après embaumement.
Deuxième surprise : le visage est terriblement expressif et rappelle les nombreuses peintures et gravures célébrant son règne. Le cadavre conservait, à travers les ravages de la mort, un air sévère encore imprégné d’une imposante majesté. On développa une très longue bandelette qui entourait le cou pour mieux assugettir sa tête et le contempler.
Châteaubriand écrira : « En vain, pour défendre son trône, il parut se lever avec la majesté de son siècle et une arrière-garde de huit siècles de rois ; en vain son geste menaçant épouvanta les ennemis de la morts, lorsque, précipité dans la fosse commune, il tomba sur le sein de Marie de Médicis ; tout fut détruit. »

En vérité, nos violeurs de sépultures restèrent un instant stupéfaits devant la dépouille de Louis XIV. La fascination l’emportait. Puis, semblant se ressaisir, comme brusquement révoltés par la majestueuse arrogance du visage, ils sortirent la momie du cercueil, la ressortirent de la crypte, passèrent le portail nord, puis jetèrent le cadavre en position un peu transversale sur celui d’Henri IV.

C’est alors qu’Henri Martin Manteau, le principal témoin de cette journée grâce auquel nous avons ces détails, put descendre dans la fosse :
« Je m’approchai religieusement (…) Il me fallut feindre l’indifférence du vulgaire en portant la main sur la bouche de Louis XIV pour détacher furtivement une de ses dents ; ce fut sans sucès, à cause de l’adhérence des lèvres. Enfin, après un moment d’hésitation, je saisis à la main droite un ongle qui se détacha facilement. (…)
Au même moment je vis descendre un charretier du dépôt, dont le dessein n’était pas équivoque – c’était pour outrager Louis XIV. Cet homme lui fit avec son couteau une large entaille au ventre ; il en retira une grande quantité d’étoupe qui remplaçait les entrailles et servait à tenir les chairs. Avec le même instrument, il ouvrit la bouche qui était aussi garnie d’étoupe. Ce spectacle donna lieu aux bruyantes acclamations de la multitude.
»

On déversa par-dessus, les jours suivants, des dizaines de cadavres des princes et princesses Bourbons. On répandit de la chaux vive.

En 1817, les ossements retrouvés lors des fouilles ordonnées par Louis XVIII ne permirent évidemment pas d’identifier ces restes… Ils reposent aujourd’hui dans l’ossuaire, pêle-mêle.
Les fragments récupérés par Manteau se trouvent avec les cœurs de rois qui ont pu être sauvés. On a donc une moitié du cœur et un ongle de Louis XIV sur une étagère de la chapelle des Princes, dans la crypte.


Quant au cercueil il avait été mené à l’atelier de fonte.
A cette occasion, la plaque de cuivre se trouvant sur le cercueil de Louis XIV fut arrachée, mais miraculeusement sauvée.
Ce n’est qu’au XIX° siècle qu’elle put être retrouvée, en même temps que celle de Marie-Adélaïde, duchesse de Bourgogne, mère de Louis XV, et de celles de Louise Elisabeth de France, fille de ce dernier.
L’architecte Debret les a trouvées dans la boutique d’un chaudronnier de la ville ; elles avaient été réunies ensemble et formaient une casserole ! La plaque de la duchesse de Bourgogne présentait trois perforations en triangle, à la partie inférieure droite, là où était ajusté le manche d’un ustensile ; celle de la fille de Louis XV avait la trace d’un rivet.

Ces plaques sont aujourd’hui dans les réserves du Musée de Cluny. Il serait souhaitable de les rapatrier à Saint-Denis si un jour un musée de la basilique ouvre ses portes !

[ Sur le procès verbal de l'autopsie de Louis XIV, lire sur ce forum :
http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t192-le-proces-verbal-de-l-autopsie-de-louis-xiv-1715#573 ]



sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1417
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: La momie de Louis XIV   Jeu 30 Juil - 19:39

Bonsoir , le site du château de Versailles vient de mettre en ligne le dossier de l'exposition sur le tricentenaire de la mort de Louis XIV .parmi les photos figure la plaque de cuivre du cercueil du roi voici le lien et la photos quand a sa redécouverte elle avait disparue en 1981 a Saint Denis je laisse le soin à Linceul Royal d'en parler .Il a suivit le dossier de la disparition ainsi que de celui de la redécouverte .

http://presse.chateauversailles.fr/expositions/expositions-au-chateau/le-roi-est-mort/


Photo




Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La momie de Louis XIV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wyoming 1932 une étrange momie
» Petites questions avant d'entrer à Louis le Grand...
» BAILLOT (Louis-V.) Fusilier -105è de ligne - Carisey (YONNE)
» FRIANT Louis - Général et Comte d'Empire
» BAILLE (Louis-Paul) Baron de Saint-Pol - Général de brigade.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: LE SORT DES RESTES ROYAUX ET PRINCIERS, DE LA REVOLUTION A NOS JOURS :: La violation des sépultures en 1793-
Sauter vers: