Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 Le tombeau de Charles VIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lenoir



Messages : 186
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 49
Localisation : Musée des Monuments français ... à Paris

MessageSujet: Le tombeau de Charles VIII   Ven 1 Avr - 21:26

LE TOMBEAU DE CHARLES VIII

Le tombeau du roi Charles VIII (1483-1798) était l'un des plus riches de Saint-Denis, réalisé en grande partie en bronze doré et en émail. Comme tous les tombeaux n'étant pas de pierre, il fut fondu dès 1792. Les derniers vestiges disparurent en 1793

La mort du roi Charles VIII marque une rupture avec les traditions monumentales médiévales des gisants sur dalle de marbre.
Installé dans le transept, il était d'une étonnante originalité. On estime qu'il est le précurseur des nouveaux usages funéraires qui seront en vogue pendant un siècle avant de s'éteindre brusquement en 1610, à la mort d'Henri IV - qui sera le premier roi à ne pas avoir un monument funéraire depuis quatre siècles.


Tombeau de Charles VIII
(dessin provenant des recueils de Gaignières. Tombeaux volume 2) - folio 48

Charles VIII meurt prématurément, à 27 ans, le 7 avril 1498 au château d'Amboise, en regardant jouer à la paume, après avoir violemment heurté du front un linteau de pierre sur la montée cavalière du château. Après sa mort, la succession revient à son cousin Louis XII, lequel épouse également sa veuve, Anne de Bretagne. Il est inhumé à la basilique Saint-Denis tandis que son cœur rejoint la Basilique Notre-Dame de Cléry, afin qu'il puisse être près de ses parents, Louis XI et Charlotte de Savoie. Ce qui montre que le jeune souverain avait dû songer à sa mort et à sa sépulture, comme Charles V en son temps.
Pourtant, Charles VIII ne fut pas inhumé dans la chapelle établie par Charles V, qui était devenue la chapelle des "rois Charles" - comme son nom pouvait l'y prédisposer. C'est que la place manquait dans cette chapelle déjà bien remplie de monuments funéraires des XIV° et XV° siècles.
Il fut enterré dans l'un des lieux les mieux exposés de l'église : à la croisée du transept, au Nord-Ouest du maître-autel. Ce secteur n'avait connu aucune modification depuis l'enterrement de Jeanne de France et de Navarre aux pieds de son père Louis X le Hutin en 1349.


Cartel de la basilique - On reconnait le tombeau de Charles VIII à l'orant royal
et aux quatre anges en bas à gauche du plan

Ce choix d'un emplacement aussi privilégié était audacieux.
Sans doute faut-il y voir la volonté de la jeune veuve du roi, Anne de Bretagne. On peut en dire autant pour la conception esthétique du tombeau. Mais le roi avait peut-être avant sa mort montré son admiration pour le tombeau de son père, le roi Louis XI, inhumé à Cléry Saint-André.

Les monuments funéraires ayant inspiré le tombeau de Charles VIII

- A Cléry Saint-André, la statue en cuivre et bronze doré de Louis XI, père de Charles VIII - disparue pendant les Guerres de religion -, représentait le roi en habits de chasseur, priant à genoux devant Notre-Dame sur un coussin aux couleurs des armes de France. Elle était l'oeuvre de l'orfèvre Conrad de Cologne et du fondeur Laurent Wrine. En vérité, la statue dégageait une réelle simplicité, tenant un chapeau de chasseur entre les mains et accompagné de son chien.


Ancien priant en cuivre et bronze de Louis XI à Cléry
(détruit par les huguenots dans la 2° moitié du XVI°s)

- Il y a aussi des coïncidences iconographiques et stylistiques entre le tombeau de Charles VIII et les autres monuments funéraires commandés par Anne et son second époux le roi Louis XII.

En 1499, la reine commande à Jean Perréal et à Michel Colombe un magnifique monument à la mémoire de ses parents pour l'église des Carmes de Nantes où reposaient son père François II, duc de Bretagne, et sa première femme, Marguerite de Bretagne. Y reposaient aussi le fils unique des défunts et y sera transféré le corps de la mère d'Anne, Marguerite de Foix, après l'achèvement du tombeau.
Certes, les parents d'Anne sont représentés couchés sur une plate-forme de marbre noire, dans une position classiquement médiévale. Mais trois anges soutiennent les coussins sur lesquels repose leur tête. Les armoiries sont figurées aux pieds, celles du duc portées par un lion et celles de la duchesse par un lévrier. Aux angles du socle se trouvent les quatre grandes statues des Vertus montant la garde, derrière lesquelles figurent les armes de Bretagne. Sur le bloc inférieur du tombeau, des pleurants vêtus de noir sont sculptés dans des médaillons.


Tombeau de François II et de Marguerite de Bretagne
...aujourd'hui dans la cathédrale de Nantes


On retrouve une disposition en partie analogue pour un autre tombeau commandé par Anne, celui des deux fils qu'elle avait eu avec Charles VIII et qui étaient enterrés à Saint-Martin de Tours. Les gisants reposent leur tête sur des coussins soutenus par deux anges et, à leurs pieds, deux autres anges présentent les armoiries des défunts. Les armes, couronnées, étaient représentées de nouveau sur le soubassement du tombeau.

Tombeau des enfants de Charles VIII et d'Anne de Bretagne
Cathédrale de Tours

De même, c'est au retour de son expédition en Italie en 1500 que Louis XII fit élever le monument funéraire à la mémoire de ses ancêtres Louis d'Orléans et Valentine Visconti aux Célestins. Les artistes sont deux Milanais et deux Florentins. Dans les niches, on voit les apôtres, les évangélistes et les saints, le tout traité selon un type italien.

L'originalité du tombeau de Charles VIII

Tous ces monuments commémoratifs ont dû être une source d'inspiration pour les commanditaires comme pour les artistes. Cependant, le monument de Charles VIII, de par son emplacement, allait attirer tous les regards. Il devait donc être plus impressionnant que tous les tombeaux commandées par Anne de Bretagne et par Louis XII pour leurs plus proches parents. Mais la reine en a bel et bien supervisé la conception puis les travaux. L'exécution en fut confiée à l'Italien Guido Paganino Mazzoni, "chevalier, painctre et enlumineur" que Charles VIII avait ramené de ses conquêtes italiennes, et qui était passé au service de Louis XII.
De fait, ce tombeau surpassait tous les autres à Saint-Denis par ses dimensions et son ornementation somptueuse

Le monument mesurait 8 pieds et demi de long et 4 pieds et demi de large. Il dominait les gisants médiévaux en avant desquels il fut placé.
La statue monumentale en bronze doré représentant le roi en orant. Celui-ci était revêtu de la robe bleue à fleurs de lys dorées réalisée en émail. C'était assurément l'élément le plus remarquable de ce tombeau unique par la somptuosité.
Cette attitude rappelait la statue de Louis XI à Cléry. Mais alors que ce dernier était représenté en chasseur, Charles VIII, lui, présentait une image de roi en majesté, pieux, absorbé dans la prière. Le priant était tourné vers le maître -autel et le tombeau de saint-Denis et de ses deux compagnons.

Aux quatre angles du socle, des anges en bronze polychrome, comme les anges de Tours et les animaux de Nantes, portaient des écus avec les armoiries de France, Naples, Sicile et Jérusalem ... mais curieusement sous une forme utilisée par Louis XII !

Le soubassement rectangulaire était orné de figures féminines dans des médaillons - comme au tombeau de François II à Nantes. Elles représentaient peut-être des vertus ou des pleurants (?) comme à Nantes également.
Des rubans de "K" entrelacés se déroulaient entre ces figures féminines, sur tout le pourtour du soubassement.

Devant le roi se trouvait un prie-Dieu, où un livre de prière était ouvert, juste à côté d'une couronne fermée. Celle-ci représentait-elle l'union des deux royaumes revendiqués par Charles VIII ?

Mémoire du tombeau de Charles VIII

Ce tombeau a beaucoup influencé les réalisations postérieures de la basilique, notamment à cause de la représentation du souverain en prière, sans couronne. Elle sera reprise au XVI° dans les tombeaux à transis ( Louis XII, François I° et Henri II ).

La Révolution vint à bout de cette réalisation exceptionnelle dont la richesse métallique devint une faiblesse au moment où l'on fondait toutes les plaques de métal dans l'abbaye dévastée.
Après le 10 août 1792 - chute de la royauté - les 4 anges et l'effigie qui était en bronze sont retirés puis fondus.
Le 08 aout 1793 a lieu la démolition des restes du tombeau (les marbres, pour l'essentiel...)
Enfin, le 13 octobre 1793, le caveau est ouvert et les révolutionnaires découvrent le cercueil de plomb posé sur des tréteaux. Dedans on a trouvé des os presque desséchés. Ils furent jetés dans l'une des deux fosses communes au Nord de l'église.

Il ne reste aujourd'hui plus rien du tombeau de Charles VIII. Le souvenir de cette merveille ne nous est conservé que par des descriptions et dessins qui ne peuvent consoler de cette perte catastrophique pour la basilique et notre patrimoine en général.


L'emplacement du tombeau est aujourd'hui occupé par un modeste armonium...

No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1371
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le tombeau de Charles VIII   Dim 11 Sep - 13:58


En consultant la base de donnée de Gallica je suis tombé sur un autre dessin du merveilleux tombeaux de Charles VIII tiré lui aussi des recueils de dessin de Roger Gaignière .

Le voici on remarque mieux les sculptures et on a une vue de dessus de la forme du tombeau

dessin


Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1371
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le tombeau de Charles VIII   Dim 11 Sep - 21:56


En analysant le second dessin de gainière j'ai observé que la couronne représentée ne serait autre que celle du sacre des roi qui disparut pendant la ligues se qui en aurait pus faire un témoins précieux de cette merveille si ce magnifique tombeau prémisse des tombeaux de Louis XII de François 1er et de Henri II n'avait pas été détruit à la révolution .

au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1371
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le tombeau de Charles VIII   Ven 30 Déc - 22:49


pour compléter le sujet voici ce que l'on pouvait voir jadis sur la grille du cœur proche du tombeau du roi Charles VIII :Il s'agit d'une plaque de cuivre sur lequel était inscrite l’épitaphe du roi on reconnait la main de justice trônant au dessus les armoiries du royaume de France accolée au armorie de Jérusalem le tout surmonté de la couronne héraldique ouverte ornée de lys des rois de France .cette plaque fut fondue à la révolution mais il nous en reste un dessin de Roger Gaignière qui est conservé a la bibliothèque nationale .A noter au passage que l'on peut se faire une idée de la grille qui entouré le cœur.



Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1371
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le tombeau de Charles VIII   Mer 4 Jan - 13:47


erratum

En relisant la notice de la bnf concernant cette épitaphe il apparait que se ne sont pas les armes de Jérusalem,mais celle d’Anjou Sicile. veuillez m’excuser pour cette petite erreur .

Au plaisir .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1371
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le tombeau de Charles VIII   Ven 24 Fév - 23:22

bonsoir après la description précise du tombeau que notre ami Alexandre Lenoir à fait de ce chef - d’œuvre du début de la renaissance que fut le tombeau de Charles VIII je livre le texte écrit en ancien Français par une personne qui vit se chef d’œuvre 90 an avant sa destruction .Ce témoin n'est autre que dom félibien a qui l'on doit entre autre les gravures des armoires du trésor de saint Denis j.Maintenant je vais laisser parler dom félibien .

Le tombeau qui se voit au bas des degrez du sanctuaire du costé l évangile est du roy Charles VIII Ce tombeau est de marbre noir enrichi d ornemens & de figures de bronze doré Il a prés de huit pieds demy de long fur quatre pieds & demy de large Au dessus de son soubassement il ya sur le plinte de la base des doubles KK qui marquent le chiffre du roy Charles Ces mêmes lettres font repetées de symétrie dans les faces du tombeau où l on a placé tout autour dans douze ronds autant de figures de femmes représentant des Vertus & dans intervalles de ces enfoncemens ainsi qu aux extrémitez des faces une environnée d une branche de laurier pour marquer les conquestes de Prince La figure du Roy est à genoux fur le tombeau vestuë de habits royaux devant un prie Dieu & accompagnée de quatre d anges portans chacun un écusson aux armes de France & de Jérusalem

mais il vit aussi la plaque est les épitaphes inscrite .voici se qu'il écrit .

Au pilier le plus proche est attachée une table de cuivre doré où sonc écrites en lettres d or les deux épitaphes suivantes

Hic O Slave jaces Francorum Carole Regum Cui vicia ejl sorti Britonis ora manu Parthenope illufirem tribuit captiva triumphum Claraque Fornovio pugna peraóla solo Cœpit s Henricus regno depuis us avito Bellata aufpiciis fceptra Britanna tuis O plures longinqua die s fifata dédissent Te nullus toto major in orbe foret Vixit

annos 28 Obiít anno a Natali Domini 1498 Aprilii 7 Opus Paganini Mutinensii

AUTRE

iS Trams in hoc saxo Carolus florentibus amis Occubuìtj cunólos mors truculenta rapit Regibus hic magnis satus est Gallosque féroces Rexit & adjecit régna fuperba jugo JMagnanimi Régis jufia pietate movere y Calicolumque Patri da 3 probe Galle preccs

voila donc ce que notre ami félibien put lire mais surtout retranscrire nous permettant ainsi de nous souvenir que avant la révolution saint Denis était un temple de l'art tout en étant une nécropole .

Au plaisir .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI



Messages : 1371
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Le tombeau de Charles VIII   Dim 23 Mar - 20:29

En consultant sur google book le livre de Gilles corozet  publié en 1586 et qui a pour titre Les Antiquitez, croniques et singularitez de Paris j'ai trouvé une gravure du tombeau de Charles VIII  qui bien que plus naïve et moins bien réalisée que celle de Félibien , n'en reste pas moins un témoignage de ce tombeau disparu bien que certain détaille des écusson  manque .

gravure



A chacun de s'en faire son idée .

Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le tombeau de Charles VIII   Aujourd'hui à 5:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Le tombeau de Charles VIII
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DESAIX Louis Charles Antoine - Général
» documentaire le tombeau de Jésus sur TF1 le 29 mai!!!!!!
» BEAUTEMPS BEAUPRE Charles François,hydrographe.
» Tombeau de Philippe Pot, Grand Sénéchal de Bourgogne.
» Charles Chaplin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: LES TOMBEAUX ROYAUX, PRINCIERS, ET AUTRES :: Les tombeaux disparus-
Sauter vers: