Saint-Denis, cimetière des Rois

Forum consacré aux tombeaux royaux de la basilique de Saint-Denis
 
PortailPortail  AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  CalendrierCalendrier  

Partagez | 
 

 Rois de cire : l'effigie funéraire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Linceul royal
Admin
avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Rois de cire : l'effigie funéraire    Dim 8 Mai - 15:52

Rois de cire : les effigies funéraires de Saint-Denis

La pratique de l’ « effigie vivante » du Roi en cire fut continue en France de 1422 (funérailles de Charles VI) à 1610 (funérailles d’Henri IV) . Un mannequin de bois dont seules la tête et les mains étaient en cire, représentait le roi mort durant ses funérailles. Le visage était réalisé d’après le masque mortuaire du défunt.


L'effigie vivante d'Henri IV - gravure d'Isaac Briot (1585-1670), 1610
Paris, © BNF
Ces effigies étaient toutes exposées dans de grandes armoires de la grande salle du trésor de Saint-Denis, au milieu des richesses de celui-ci. Aucune n’a survécu à la Révolution. Elles étaient pourtant célèbres et les touristes visitant Saint-Denis ne manquaient ni le trésor ni les visages de cire, très réalistes, des souverains français. Elles étaient surtout admirées à titre de curiosité (un peu morbide ?).

Pour bien situer le lieu où était exposé le trésor dans ses vitrine, il faut examiner le plan ci-dessous.

Partie du plan de l'église de l'abbaye royale de Saint-Denis, gravé par Iselin en 1705
(tiré de l'Atlas historique de St Denis, sous la direction de Michaël Wyss -
le document n'est pas ici de qualité à cause de la pliure où se trouve justement le trésor !
On devine toutefois les vitrines du trésor représentées par des rectangles gris contre les murs de la pièce d'exposition.
Mais une vitrine contenait spécialement les bustes en cire récupérés sur les anciens mannequins)



Nous pouvons nous faire une idée de ce qu’était ce musée de cire royal en visitant à Londres le musée Undercroft de Westminster Abbey. Car les Anglais, eux, ont conservé les figures de cire de leurs rois…
Leur perte est en tout cas très dommageable pour le patrimoine et l’histoire de la France, car nous avions là des visages authentiques de nos rois depuis le Moyen Age.
Mais aussi parce que c’est en France que ce rituel fut le plus développé et le plus abouti, revêtant une dimension mystique incomparable.

Il importe donc que l'on revienne sur l’histoire de ces effigies funéraires dyonisiennes.


Il faut remonter à l’empire romain pour trouver ce besoin de conserver le souverain vivant par une effigie lors de ses funérailles. Dion Cassius en parle pour les funérailles de Pertinax en 193, Hérodien l’évoque pour celles de Septime Sévère en 211. Pourtant, ces pratiques n’avaient pas grand-chose à voir avec le rituel français.
La première occurrence indiscutable de l'usage d'une effigie funéraire en Europe après la chute de l'empire romain se situe en Angleterre, en 1327, pour le roi Edouard II. Sur le continent comme en Angleterre, on avait alors depuis longtemps l'habitude de transporter processionnellement le corps du prince mort, bien visible dans le cercueil ouvert. Les raisons cachées qui font qu'on décida de montrer une effigie d'Edouard II tiennent à l’assassinat de celui-ci sur ordre de son épouse Isabelle de France et de son amant Mortimer : nul ne devait voir le corps. Cette effigie ne jouait donc aucun autre rôle que celui de substitut du corps qui reposait dessous dans le cercueil.
L’emploi d’une effigie funèbre fut irrégulière jusqu’aux Tudors, puis continue jusqu’à Jacques I° Stuart. Il n’en est plus question après 1625.

Cire d'Henry VII Tudor, abbaye de Westminster
Extraordinairement vivante, elle est le dernier vestige du mannequin;
celui-ci était habillé et couronné, comme les effigies françaises



Effigie de Catherine de France, fille de Charles VI roi de France et soeur de Charles VII
Elle devint de force la femme d'Henri V roi d'Angleterre, après le désastreux traité de Troyes
qui livrait la France aux Anglais. En France, une telle effigie féminine n'aurait pas été possible.
Seuls les rois régnants y avaient droit, en vertu de la loi salique.
Effigie auj. à l'abbaye de Westminster - Londres

Les funérailles d'Henri V d'Angleterre, en 1427, jouèrent un rôle décisif dans l'adoption par les Français de l'effigie funéraire. A cette époque, les Anglais occupaient toute la France du Nord à la suite du désastre d’Azincourt et du honteux traité de Troyes. Henri V mourut au château de Vincennes, son corps y fut bouilli, et son cortège funèbre, avec l'effigie posée sur le cercueil fermé, traversa Paris pour commencer son long voyage vers l'Angleterre. Quelques semaines plus tard mourait le roi de France Charles VI à l’Hôtel Saint-Paul, et il eut lui aussi son effigie; que les Anglais l'aient imposées aux Français, ou que ceux-ci l'aient adoptée de leur propre mouvement, peu importe : l'effigie de Charles VI créa une "tradition instantanée" qui fut observée pour presque tous les rois France pendant près de deux siècles.

Gisant de Charles VI, réalisé par le sculpteur à partir du masque mortuaire -
On y lit, les traits tirés et le rictus prononcé, la maladie du roi fou.
Il donne une idée de ce à quoi ressemblait l'effigie de cire du monarque.


Profil du gisant de Charles VI

Fragments des gisants de Charles VII et de Marie d'Anjou
Le visage du gisant de Charles VII a été réalisé à partir de son masque mortuaire
l'effigie de cire, détruite en 1793, ne devait pas être très différente.
On retrouve, comme sur le portrait de Jean Fouquet, un roi à la fin de sa vie : yeux cernés, traits gonflés.

Mais aux mains des Français, l'effigie subit une transformation qui en fit, bien plus que jamais en Angleterre, le centre et la vedette du cérémonial funéraire royal.
Dès 1422, il semble qu'aux yeux de certains spectateurs elle était quelque chose de plus qu'un simple substitut du corps royal, auparavant exposé dans le cercueil ouvert : les présidents de Parlement, qui marchaient aux coins de la litière royale où reposait l'effigie (sur des draperies qui cachaient le cercueil placé dessous), ne portaient pas, comme tout le reste des assitants, une tenue de deuil.
L'effigie, revêtue de tous les insignes de la royauté, et les Présidents, portant leur habit de cérémonie habituels signifiant par là, comme ils le déclarent explicitement, que la justice ne cesse pas par la mort du roi -- s'avançaient ensemble, ilot de pourpre au milieu d'un océan de noir.

En 1500, l'élément décisif qui distingue l'effigie anglaise de la française apparaît désormais en toute clarté: l'effigie du roi de France est de plus en plus traitée comme s'il s'agissait du roi vivant. En 1461 l'effigie était déjà sûrement faite à son image, car nous savons qu'on utilisa un masque mortuaire. Parce qu'on les a conservés, le masque mortuaire d'Henri IV et la tête de cire faite d'après ce moulage pour être utilisée comme effigie funéraire, ne sont que les prototype de la véritable effigie que les révolutionnaires ont détruite en 1793. Mais trois prototypes subsistent. L’un d’eux est monté sur un buste portant une armure.
Ces modèles sont très impressionnants ; ils imitent vraiment la vie. C’est le modèle jugé le plus ressemblant qui a été choisi comme effigie définitive (détruite en 1793) ; mais ses concurrents malheureux sont déjà vivants de réalisme !
L’un, réalisé par Bourdin d’Orléans, est au musée Carnavalet à Paris, l’autre réalisé par Guillaume Dupré est au château de Chantilly. Du Tillet dit très clairement que l’effigie est faite pour « esmouvoir le peuple ».


Buste en cire d'Henri IV réalisé par Michel Bourdin d'Orléans (mort en 1623), 1610
Paris, musée Carnavalet
Il rend bien compte de l'effigie vivante qui frappa tous les contemporains par son réalisme



Modèle réalisé par Guillaume Dupré - Musée Condé, Château de Chantilly

En 1498 le Parlement déclare que c'est une ancienne coutume (un summa vetustate) de traiter le roi mort comme s'il était vivant jusqu'au jour où son corps est mis en terre. Après 1500, l'effigie funéraire française se sépare complètement de l'anglaise dont elle était sortie.
Pour commencer, en 1515, aux funérailles de Louis XII, le corps et l'effigie sont portés séparément dans le convoi funèbre, le corps est transporté sur un chariot à l'avant du cortège, l'effigie est portée sur une litière , comme nous le voyons sur une gravure sur bois contemporaine, revêtue de tous les attributs royaux et entourée des Présidents de Parlement en robe rouge.
L'effigie a désormais acquis sa place à elle, distincte du corps, dans le cérémonial. Nous savons que, depuis 1515, divers grands personnages cherchent à se placer le plus près possible de l'effigie, essayent même (mais en vain) d'évincer les Présidents de Parlement : preuve que la vedette du drame cérémoniel, c'est maintenant l'effigie.

L’année 1547 marque l'étape ultime du processus par lequel l'effigie acquiert l'autonomie d'une chose vivante : exposée seule dans l'apparat d'une salle d'honneur tendue de pourpre et d'or, l'effigie de François Ier se voit servie des repas pendant huit jours, jusqu'au moment où elle disparaît pour faire place au cercueil, exposé dans la même salle qu'en une seule nuit on a tendue de noir et transformée en salle de deuil. L’origine du repas servi à l’effigie remonte sans doute aux services commémoratifs qui étaient une coutume funéraire traditionnelle au Moyen Age (repas servi à la place du mort pendant 30 jours dès le XI°s .)
Pour les funérailles de François I°, on tint expressément à ce que la coutume ressemblât aux antiques tradition romaine ; goût propre à la Renaissance oblige.
Le cérémonial complet dans la forme achevée qu'il prend donc à la Renaissance, fut accompli pour quatre rois de France : François Ier, Henri II, Charles IX, Henri IV.


De tous ces rituels il ne nous reste qu'une seule représentation figurée : l'effigie d'Henri IV reposant dans la salle d'honneur du Louvre (actuelle salle des Caryatides).


L'effigie vivante d'Henri IV, détruite en 1793 - gravure de Pierre Firens (+ 1636), 1610 Paris
© BNF

Selon le Mercure français, la salle était tapissée des plus riches tapisseries du Roi. Tout au bout était le tribunal de 4 marches. Dessus, une estrade de 3 marches sur laquelle était le lit. Au dessus un riche dais violet semé de fleurs de lys d’or. Sur une couverture de drap d’or semé de fleurs de lys d’or à parement d’hermine était l’effigie. L’Henri IV de cire était revêtu d’une chemise de toile de hollande, puis par-dessus d’une camisole de satin cramoisi doublée de taffetas rouge et bordée d’un passement d’or. Par-dessus, la grande tunique de satin azurée, semée de fleurs de lys d’or avec passement d’argent sur les manches. Par-dessus était le lourd manteau royal violet à fleurs de lys, doublé d’hermine. L’effigie porte le collier du Saint-Esprit. La tête porte un bonnet de velour rouge ; par-dessus est la couronne de pierres précieuses. Les jambes sont chaussées de bottines de velours rouge semées de fleurs de lys d’or, semelées de satin de même couleur. L’effigie a les mains jointes. De chaque côté de l’oreiller principal se trouvent deux coussins fleurdelysés supportant chacun sceptre et main de justice. De chaque côté du lit, des chapelles avec autel. Une chaire est même installée à droite du lit pour les prêches. En face, on place le fauteuil du Roi et la table où on le servira.
Du 10 juin jusqu’au 21, les courtisans assistèrent ainsi à un lever, à un diner, à un souper fictif servis à l’effigie.
Les repas (évidemment non consommés !), sont ensuite distribués aux pauvres.
L’effigie suivit, dans le grand cortège, le corbillard royal. Elle était entourée par les évêques. Les parlementaires, un peu jaloux, faisaient tout pour s’en approcher au plus près. A Notre-Dame comme à saint-Denis, l’effigie et le cercueil royal étaient placés côte à côte sous une chapelle ardente. L’ensemble du dispositif final devait avoir un aspect imposant et fantastique : au centre du chœur gisait l’effigie du roi, flamboyante à la lumière des mille cierges qui projetaient une faible lueur sur les gisants des prédécesseurs ! L’effigie ne reste que la première nuit ; elle est ensuite retirée, laissant seul le catafalque. Elle est ensuite portée au trésor où elle rejoint les autres effigies royales .

Tiré de la procession funéraire d'Henri IV, 1610, Paris
© BNF Cabinet des estampes
Par un étrange paradoxe, c’est le roi de France mort qui semble vivant, tandis que le roi vivant ne semble pas encore exister. François I°, dont l’effigie fut réalisée par François Clouet, semblait éveillé et en bonne santé. On lui servait de la viande et du vin selon un rituel très précis , décrit par un témoin occulaire : « Après le pain défait et préparé, la viande et service conduit par un huissier, maître d’hôtel, panetier, pages de la chambre, écuyer de cuisines et garde-vaisselles : la serviette présentée au plus digne personnage qui se trouvât là pour essuyer les mains dudit Seigneur.
La table bénie par un cardinal, les bassins à eau à laver présentés à la chaise dudit Seigneur, comme s’il eût été vif et assis dedans. Les trois services de ladite table continués avec les mêmes formes (…) sans oublier ceux du vin, avec la présentation de la coupe aux endroits et heures que ledit Seigneur Roi avait accoutumé de boire, deux fois à chacun de ses repas. »
Le nouveau roi n'assiste pas aux funérailles, car, comme le disent des auteurs du XVIe siècle,"n'estant convenable à leurs (aux rois) sacrées personnes s'entremettre des mortuaires." Le sens symbolique de la proposition "le roi ne porte pas le deuil" s'accorde bien avec l'ensemble des maximes qui traitent de la complétude du pouvoir royal.
Mais les rois d'Angleterre et de France n’ont pas commencé à s'abstenir d'assister aux funérailles de leur prédécesseur pour ces raisons symboliques profondes.
Au moins en France, l'absence du nouveau roi fut le résultat d'une série de hasards qui remontent plus haut que l'introduction de l'effigie. En 1380 il y avait la peste à Paris, en 1422 une armée anglaise ; en 1461 Louis XI était brouillé avec son père Charles VII, et à sa propre mort en 1483 il voulut un enterrement privé –jusqu'à ce qu'en 1498, Louis XII, que rien n'empêchait d'assister aux obsèques de Charles VIII, choisit de s'en abstenir.
A cette époque, l'effigie du roi mort commençait à être honorée comme si elle était le roi vivant, comme le note officiellement le Parlement de Paris dans un arrêt déjà cité. Donc, si Louis XII s'était présenté devant l'effigie de Charles VIII, il aurait créé une situation paradoxale : un roi vivant, mais non couronné, aurait été confronté à un roi couronné, mais non vivant.
A partir de 1498, il est fermement établi que le nouveau roi ne doit pas assister aux funérailles de l'ancien. On peut se demander ce qui se serait passé si François Ier avait assisté aux funérailles de Louis XII en 1515 : aurait-il marché près du corps ou près de l'effigie, maintenant qu'ils étaient séparés dans le convoi? En fait, si la coutume avait été pour le roi d'assister aux funérailles, le corps et l'effigie du roi mort n'auraient jamais été séparés.
Le livre magistral d'Ernst H. Kantorowicz sur les « Deux corps du Roi » présente justement le contraste entre le corps naturel mort dans son cercueil, et le corps mystique du même roi, apparemment toujours vivant, sous la forme d'une effigie. Donc, la présence du nouveau roi eût fait de l'effigie un objet dérisoire.

Masque mortuaire d'Henri IV (copie de La Rochelle ; l'original est à la bibliothèque Sainte Geneviève à Paris)
Mais une question se pose presque naturellement : pourquoi les Anglais n'ont ils pas introduit dans leurs funérailles, sous une forme quelconque, le symbolisme des deux corps? Après tout, ce sont eux qui avaient inventé l'effigie !
C'est qu'en Angleterre le corps politique est constamment conjoint à un corps naturel vivant. Alors que le corps politique se laisse très facilement comprendre comme une entité abstraite, une fiction légale, il ne se prête pas volontiers a une représentation une représentation matérielle sous la forme d'une effigie du roi mort, puisqu'il ne peut exister que dans un roi vivant. C'est pourquoi l'effigie funéraire anglaise n'est qu'une "image" (picture est un mot souvent utilisé pour le désigne) du corps naturel qui repose dans le cercueil sous l'effigie : le corps politique a déja investi le corps du roi vivant.
En France, l'effigie du roi mort représente le corps mystique immortel. On peut parler de "corps politique" pour le roi d'Angleterre, comme dans la citation précédente, et de "corps mystique" lorsqu'il s'agit du roi de France. Dans le langage des juristes de la fin du Moyen Age, on trouve souvent l'expression "corps mystique et politique du roi".
Corps politique (cas anglais) est terre à terre : comme le dit le plus fameux juriste de l'époque Tudor, Sir Edward Coke, Dieu seul est capable de faire un corps naturel ; c’est l'homme qui a conçu le corps politique qui est une fiction légale utile.
Corps mystique (cas français), suggère une façon de voir toute inverse : le corps naturel est un objet matériel, corruptible, le "corps mystique du roi" est un mystère transcendant, un don de Dieu.

Il existe une semblable différence entre la façon anglaise et française d'exprimer la notion que "le roi ne meurt jamais". Les juristes Tudor l'expriment régulièrement à la manière de : "Le roi, comme Roi, ne meurt jamais" : par un accent sur le second "Roi" quand on parle, une lettre majuscule, quand on écrit, on fait voir clairement que c'est seulement la royauté qui échappe au sort mortel.
En France, la distinction entre les deux corps du roi n'est pas soulignée, mais au contraire brouillée, dans une expression énigmatique : Le roi ne meurt jamais.
En traitant l'effigie du mort comme si elle était vivant, et comme si c'était une entité séparée du corps du roi, on fait voir le roi et la Royauté ensemble dans le même roi mort, laissant à l'imagination du spectateur le soin de reconnaître la profonde signification constitutionnelle de l'effigie comme incarnation de la puissance souveraine.
Lorsqu'en 1547 l'effigie funéraire royale acquiert son caractère de vivante merveille, c'est-à dire lorsqu'on se met à lui servir des repas dans la salle d'honneur, un auteur contemporain évoqua la ressemblance avec le ritus consecrationis de la Rome antique : pendant plusieurs jours l'effigie de l'empereur défunt était traitée comme si elle était vivante, jusqu'au moment où elle était brûlée en même temps que le corps sur un gigantesque bucher, dont s'échappait un aigle, signifiant que l'âme de l'empereur avait rejoint les dieux.


L'effigie de cire de François I° était, parait-il, l'une des plus impressionnantes.
Son priant a dû s'en inspirer. Nous n'avons plus le François I° de Clouet, mais bien le visage d'un vieil homme.

En Angleterre, l'effigie funéraire n'avait pas de rôle symbolique : l'abandonner n'avait donc pas de conséquences dans le domaine des principes constitutionnels.
Alors qu'en France, et en France seulement, parmi nos six exemples, le rituel de l'effigie avait évolué jusqu'à sa forme achevée comme un système indigène d'adaptation du cérémonial au droit public.
Or, l'extinction de ce rituel après 1610 est lié à des changements fondamentaux dans ce droit public qui avait nourri l'évolution du rituel.
En 1610, les Présidents du Parlement de Paris avaient manifestement en vue la notion des deux corps du roi quand ils parlaient de "l'image du Roi en cire, qui représentoit le Roi dans toute sa majesté, comme s'il étoit vivant."

Mais la qualité magique de cette effigie avait été compromise avant même le début des funérailles. En France la règle cardinale du cérémonial funèbre de la royauté était que le nouveau roi devait rester invisible, en sorte que puisse se soutenir le monde, comme si le vieux roi en effigie était traité comme s'il était vivant tandis qu'il reposait sur le lit d'honneur dans la salle de parade, puis lorsque plus tard il était porté triomphalement dans le convoi.
Ainsi, si on remonte à 1547, Henri II, quoique empêché par la coutume d'assister aux funérailles de François Ier, s'arrangea pour voir passer le cortège du haut d'une fenêtre de la rue St. Jacques. Il avait averti ses compagnons de le traiter sans révérence aucune, mais comme un simple particulier, de façon à ne pas révéler sa véritable qualité, car sa seule présence était, disait-il, un "travesti". Dans mon esprit, l'image d'Henri II, dissimulant le fait qu'il est déjà roi parfait, baissant les yeux pour voir passer le corps enfermé dans le cercueil du roi de France mort, porté sur un char drapé de noir, et suivi, à quelque distance, par l'effigie toute pareille à ce même roi vivant, portée en triomphe, cette image exprime avec force le fait et la fiction que dit à sa manière la maxime : “Le roi ne meurt jamais."

Le masque mortuaire de Henri II a servi à Germain Pilon
pour s'essayer à sculpter le visage du gisant d'Henri II et de Catherine de Médicis

Voir à ce sujet :
http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net/t24-masque-mortuaire-d-henri-ii-un-temoignage#33


Mais en 1610, le comportement traditionnellement discret du nouveau roi fut abandonné dans les heures dramatiques qui suivirent l'assassinat d'Henri IV. Dès le lendemain matin, Louis XIII, âgé de huit ans, couronné, revêtu de tous les attributs de la royauté, était intronisé en un lit de justice devant le Parlement de Paris, tandis qu'un édit établissant la régence de sa mère était lu en son nom. Il faut dire que, dans la perspective plus large des cérémonials royaux, ce couronnement préemptif, comme l'appelle un contemporain, posait un grave problème pour les organisateurs du sacre et couronnement de Louis XIII, qui eût lieu juste cinq mois plus tard à Reims. Dans l'intervalle, les funérailles d'Henri IV furent conduites avec toute la pompe habituelle, mais il y eut toutes sortes de faux-pas. La déclaration du Parlement qui établit avec une si belle clarté le principe des deux corps du roi fut faite pour tenter de s'opposer aux prétentions de deux évêques qui voulaient marcher plus près de l'effigie que les Présidents; et lorsqu’un rescrit du conseil de régence donne raison aux évêques, le Parlement "fut indigné de voir qu'on osât se servir du nom du Roi même, pour donner atteinte à la Majeste du Roi." Là aussi, la doctrine des deux corps se devine, mais dans la mesure où cette déclaration oppose l'autorité du nouveau roi à la Majesté du précédent, le mystère exprimé par le cérémonial funèbre est compromis.
Quelques années avant ces événements, surnommés par les spécialistes"La crise du cérémonial en 1610", des jurisconsultes français avaient établi la théorie de la succession instantanée du nouveau roi, utilisant diverses maximes : "Le roi ne meurt jamais" ; "le mort saisit le vif", pour conclure "qu'au mesme instant que le Roy defunct a la bouche close, son successeur est Roy parfait par une continuation immédiate." Le lit de justice de Louis XIII, tenu le lendemain de la mort de son père, n'est pas seulement une mesure imposée par les circonstances : c'est aussi une mise en scène cérémonielle de la nouvelle définition de la succession royale, totale et instantanée. Louis XIV et Louis XV étaient mineurs, eux aussi, à leur avènement, et ils tinrent très vite un "lit de justice inaugural", mais même s'ils avaient été majeurs, ils n’auraient sans doute pas daigné accomplir pour leur prédécesseur des rites funéraires centrés sur une effigie reproduisant les traits de ce roi vivant.

Bref, l'effigie funéraire a disparu en France quand la théories des deux corps du roi qu'elle manifestait est devenue obsolète.
Toutefois, le rituel de l'effigie mis en oeuvre pour les rois de France fut le seul en Europe à posséder les qualités d'une création originale, et à mêler étroitement cérémonial royal et droit public. On ne peut regretter que ses traces matérielles les plus impressionnantes, les effigies de cires des rois de France, reproduisant si bien les traits des illustres défunts, aient été si stupidement détruits par les révolutionnaires en 1793.

king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1404
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Jeu 13 Sep - 21:19


Bonsoir en consultant un cite sur les dernier Valois .J'ai trouvé une gravure représentant l' effigie de la reine Marguerite de Valois 1ere femme du roi Henry IV et sœur des trois dernier roi Valois .J e suis un peu étonné car je pensais que l' effigie d 'Henri Iv avait été la dernière représentation de ce types en voici le dessin ainsi que un petit résumé .



L'effigie funéraire de Marguerite de Valois en 1615

Cette gravure exceptionnelle présente dans les collections du musée Czartoryski de Cracovie représente la veillée funéraire autour de l'effigie de la reine.

On y voit à ses pieds, le petit roi Louis XIII tenant une chandelle, rendant un dernier hommage à la princesse des fleurs de lys.

La scène se passe à l'hôtel de la reine, alors ouvert au public ; "il y a une presse aussi grande qu'à un ballet", témoigne le poète François de Malherbe1.




Le roi Louis XIII



Effigie de la reine .


Malheureusement ,la défunte ne pourra pas être inhumée à Saint-Denis avant plusieurs années, la révolte des Grands du royaume empêchant Marie de Médicis de faire procéder à ses funérailles. Celles-ci n'auront lieu que le 20 Juillet 1616 dans la plus stricte intimité, alors que son coeur sera déposé dans une urne de plomb confiée au couvent des Filles du Sacré-Coeur. .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linceul royal
Admin
avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 23/03/2011
Localisation : Abbaye de Saint-Denis

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Sam 15 Sep - 18:46

Stupéfiant ! C'est une découverte d'importance ! Merci, cher Etienne !
Une fois de plus, les secrets des funérailles royales et de tout ce qui touchent aux objets de la mémoire royale ne vous échappent jamais !

Est-on sûr du cadre ? Serait-ce son palais de la rive gauche (Hôtel de la reine) ou, au Louvre, les honneurs de la salle du Petit-Bourbon ou pourquoi pas d'un salon du Louvre lui-même ? Etait-ce vraiment marqué sur ce document ? La salle me semble très vaste.
Le jeune Louis XIII et Marie de Médicis appréciaient beaucoup la première épouse d'Henri IV. Celle-ci avait su s'intégrer à la nouvelle famille du roi.

Autre question : qu'est devenue l'effigie ? Je doute qu'elle ait pu trouver place dans le trésor de St Denis ; l'honneur en étant réservé au roi. Mais sait-on jamais ? Y aurait-il un indice dans les inventaires ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintdenis-tombeaux.forumculture.net
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1404
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Sam 15 Sep - 21:39


Cher ami d'après la notice la scène se passe bien à l’hôtel de la reine .Quand aux effigie des reines je ne sais point ou elles étaient conservée peut être que j’aurai un début de réponse lorsque je recevrait le livre sur l'inventaire de 1634 .


Cordialement .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1404
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Mar 1 Jan - 22:10

Bonsoir ,

voici tiré du bulletin de la société d'histoire de France de 1957 ,une brève description tirée des mémoire du dernier organiste de l'abbaye avant la révolution le sieur Gautier de l'habillement et du nombre d’effigie de cire que recelait le trésor de saint Denis on n'y apprend entre autre que le trésor de la saint chapelles fut déposé en 1791 dans les armoires les contenants .

Il y avait racontait -il dans les armoires au dessus de celle ou étaient les objets du trésor , plusieurs roi anciens , au nombres de Huit figures , lesquels étaient de cires fort bien moulées d'après la mort de plusieurs roi au moments de leurs décès .Lesquels étaient assez ressemblants .Tels était Louis XII ,François 1er et autre le reste du corps étaient des mannequin habillé en manteau rouges assez grossièrement fait avec des fleurs de lys d'or.Ce sont dans ces armoires d'en haut que furent réappropriée qu'on plaça le trésor de la sainte chapelle lors de sont transport a saint Denis .

Voila donc la situation dans laquelle se trouvait les effigies royales en 1791 et nous apprenons ainsi quelles étaient au nombres de Huit dont trois que nous connaissons mais a qui appartenaient les effigies des 5 autres . Mais il y a aussi un second mystère car si la coutume a commencé avec Charles VI et c'est terminée avec Henry IV ,il y aurait du avoir en tout 11 effigie .Donc en 1791 trois manquaient mais lesquels voila donc une nouvelle énigme en perspectives.

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richelieu

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 30/06/2011
Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Lun 6 Mai - 9:20

L'effigie de Louis XIII:





Je voudrais voir cette image de plus bonne qualité ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://richelieu.forum24.ru/
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1404
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Lun 6 Mai - 9:30


Cher éminence merci car je pensait que les effigie funéraire s’arrêtaient avec Henry IV mais la vous nous montrait grâce a cette image que Louis XIII eut droit également à son effigie .Sait on ou est conservé se document intéressant ?.

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richelieu

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 30/06/2011
Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Mer 10 Juil - 9:09

L'effigie de Louis XIV:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://richelieu.forum24.ru/
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1404
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Mer 10 Juil - 21:16

cher éminence que voila une belle trouvaille malgré que les funérailles avec l’effigie disparurent a partir de Louis XIII je vois que le roi défunt été toujours représenté .On ne peu que regretter la perte de toute ces effigie qui nous aurait donné une représentation exacte du visage des rois de France .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAINT ELOI

avatar

Messages : 1404
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 46
Localisation : solre-sur sambre belgique

MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    Mer 15 Jan - 21:36

Bonsoir voici tiré du livre de madame Félicie d'ayzac une description de la chambre du trépas est des ornements qui ornaient toute les effigies de cire ainsi que la pièce et le lit .

Le cercueil voilé d'un ample draps d'or était introduit dans la chambre du trépas et sur le lit mortuaire,dérobé à tous les regards par une draperie traînante. La salle était tendue de tapisseries somptueuses. Cette exposition durait dix huit jours,les six premiers jours de l' exposition la table du roi demeuré dressée et était servie des mêmes mets et par officiers que pendant la vie du prince défunt.A la place d honneur devant cette table s'élevait le lit de de ce qu'on nommait l'effigie ,il était garni d'un matelas de satin couvert d'un drap de fine toile de Hollande ,portant soixante aunes de long et d'un autre drap d'or frisé rehaussé d'une double bordure, l'une d'hermine mouchetée et portant deux pieds de hauteur, l'autre de toile blanche unie . L' effigie ou statue en pied, moulée en cire et de grandeur naturelle du roi défunt ,rappelant autant que possible la ressemblance de ses traits ,portait simultanément avec le lit de parade le nom de représentation. l' effigie était revêtue de tous les insignes royaux, une chemise de toile de Hollande brodée en soie noire ,une camisole de satin rouge cramoisi dont on ne voyait que les extrémité ,sur les jambes une tunique de satin semée de fleurs de lis d or et bordée d une passementerie tissue en or et en argent ,le manteau royal de velours violet cramoisi azuré semé de fleurs de lis d'or doublé de taffetas bleu bordé d'hermine et agrafé sur l' épaule droite par un joyau de grand prix, au cou le grand ordre du roi sur la tête un petit bonnet de velours cramoisi brun et pardessus la couronne royale, étincelante de pierreries ,aux jambes des bottines d'or trait' semelées de satin rouge cramoisi .Telle était la parure de l'effigie Celle - ci avait les mains jointes et à l'index de la main droite resplendissait un anneau d'or enrichi d'une pierre précieuse.Trois carreaux couverts de drap d'or reposaient sur le lit même de parade aux deux côtés et aux pieds de l'effigie sur celui de droite était le sceptre sur celui de gauche la main de justice ouverte adaptée à une hampe de deux pieds et demi de long sur le carreau posé à l'extrémité reposait l'épée qu'avait portée le prince.


Voila donc a quoi ressemblait l'effigie lorsque elle était exposée dans la chambre du trépas avant les funérailles proprement dite .

Au plaisir .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rois de cire : l'effigie funéraire    

Revenir en haut Aller en bas
 
Rois de cire : l'effigie funéraire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rite funéraire grec
» Projet de monument funéraire
» Traditions funéraires
» Les Puits Rituels et Funéraires
» FUNÉRAILLES CATHOLIQUES: RÈGLES À SUIVRE...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Denis, cimetière des Rois :: LE CORPS DU ROI :: Cérémonies des funérailles royales et princières-
Sauter vers: